Naruto :: Follow The Hero Index du Forum
Naruto :: Follow The Hero
Forum RPG Francophone
 
Naruto :: Follow The Hero Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Otonashi Saya ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Otonashi Saya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 00:35 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Nom : Otonashi
Prénom : Saya
Age : 16 ans
Grade : Genin
Village : Konoha


Description physique : Saya est de petite taille et l’on pourrait la placer dans la catégorie « poids plume »…
Sa silhouette svelte et gracieuse ne lui permet pas de développer une force herculéenne, au contraire cela la rendre plutôt faible au combat en corps à corps. 
Ses yeux,d’une indéfinissable couleur, une sorte de violet rosé, sont envoutant et brillent bien souvent d’une lueur de malice…
Sa peau laiteuse et nacré, son petit nez fin très légèrement retroussé, ses lèvres vermeilles joliment dessinées, ses pomettes toujours rosies, et ses cheveux rose mi-long et soyeux, dont quelques mèches rebelles encadres son doux visage, font d’elle une adolescente tout à fait charmante…
On la dit volontiers « mignonne »…
Physiquement, elle est encore très enfantine et on lui donne sans mal un ou deux ans de moins…
Son visage semble pétiller de gaieté et respirer la fraîcheur en raison des larges sourires juvéniles qu’elle arbore à la moindre occasion… ou plutôt devrais-je dire à la moindre de ses bêtises.
Elle détient un côté insaisissable et sauvage qui la rend des plus attirantes.
Il émane d’elle une gentillesse certaine qu’elle ne parvient pas à cacher au même titre que sa fragilité.
Ses regards parfois taquins souvent méfiants semblent toujours être à la recherche de quelque chose…
Pour se vêtir, elle choisit généralement ses tenues, toutes plus insolites les unes que les autres, en fonction de son teint ou de ses jolies prunelles.
Sa couleur préférée étant le rose, elle porte généralement des kimonos de ce coloris, assez courts et très audacieux, qui lui donnent un petit côté "sexy" contrastant avec sa candeur naturelle.
Elle aime, vous l'aurez compris, ce qui sort de l’ordinaire.
Saya orne également ses cheveux de petits rubans ou de pinces en tout genre différant selon sa tenue.
Elle semble aussi posséder une innocence toute puérile qui s’associe sans peine à une naïveté auxquelles il ne faut pas s’y fier… …
Beaucoup jalouse son physique si délicat qui lui fait ressembler à l’une de ses poupées de collection que l’on entrepose soigneusement par peur de les abîmer… Et s’il est vrai qu’elle paraît précieuse et prête à voler en éclat, il vaut mieux ne pas s’y tromper… 


Description mentale : Notre petite adolescente est un peu particulière…
En réalité, on pourrait bien la qualifier de « sauvageonne ».   
Assez démonstrative, surtout envers ceux qu’elle n’apprécie pas, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et sa franchise en a blessé plus d’un même si tel n’était pas le but.
Car n’allez pas croire qu’elle soit méchante ou aime faire du mal intentionnellement non, bien au contraire mais ses réflexions directes en ont froissé et irrités plus d’un…
Toutefois, être male vue et même détestée ne la dérange pas, elle y est habituée et un part d’elle recherche d’ailleurs le ressentiment d’autrui…
Ainsi, elle ne peut s’attacher et le désert affectif qu’elle s’obstine à faire régner la rassure… De la sorte ses liens ne la feront pas souffrir ni ne l’empêcheront d’avancer… 
Saya n’a pas vraiment de règles, disons plutôt qu’elle suit ses propres lois sans vraiment se soucier de celles déjà instaurée…
Elle veut suivre sa voie et non celle que l’on pourrait éventuellement lui dicter… en oubliant parfois la notion de respect…
La jeune fille a un caractère bien trempé et n'apprécie pas vraiment qu'on lui tienne tête.
Rares sont ceux qui s'y tentent d'ailleurs. En outre, elle veut toujours avoir le dernier mot !
Refusant de s’attarder à sa solitude, elle préfère se rapprocher de la nature avec qui elle a un rapport très particulier. C’est lorsque elle est proche de celle-ci qu’elle retrouve sa sérénité, son calme mais également qu’elle dévoile sa mélancolie…
Mais ce dont elle est le plus proche c’est incontestablement des loups…
D’ailleurs, elle a l’un d’eux pour meilleur ami. Bien loin d’en être effrayée, elle les trouve bien plus intéressants, plus simples et sincères que les humains…
On parle souvent d’elle comme étant « la petite voleuse » ou, plus dur « la petite peste »…
En effet, il n’est pas rare de la voir chaparder discrètement quelque chose…
Ce n’est pas par plaisir,…ou pas seulement, mais elle n’est pas ce que l’on pourrait appeler riche et son tuteur non plus…
Elle ne se pose donc pas de question, vivant au jour le jour, allant la où le vent la porte…
L’adolescente chérit d’ailleurs cette liberté si apparente chez les canidés… Faire ce qu’elle veut quand elle veut, voilà ce à quoi elle aspire, sans barrières, sans attaches…
Elle a pourtant un bon fond, un grand cœur et est d’une intelligence, d’une sagacité hors du commun mais s’acharne à paraître immature…
Si elle paraître enthousiaste et pleine de vie, la kunoichi dissimule un chagrin et une douleur certaine. C’est la raison pour laquelle elle refuse de mettre son âme à nue, afin de se protéger contre de nouvelles douleurs…
Elle a depuis longtemps perdu confiance en les Hommes, ce qui n’est pas étranger à son pouvoir. 
Il y a en elle deux facettes : l'une qui rêve d'être aimé et d’oublier sa méfiance spontanée puis une autre qui a bien trop peur pour recommencer un tel défit et préfère plutôt se faire mal voir afin de préserver ce qui peut encore l’être.
Son don l’a fait grandir trop vite et c’est pourquoi elle joue cette comédie de petite excentrique… Elle sait l’égoïsme, la cupidité, l’envie et les sentiments néfaste mais néanmoins omniprésent chez l’être humains… Elle connaît la violence et la cruauté de certain… ils le lui ont dit… lui ont apporté la preuve que le monde n’est pas tout rose comme elle l’avait d’abords crus…
Mais le pire pour cette jolie demoiselle est la perte de l’espoir… qu’elle a égarée au détour d’un chemin, de sa route jalonnée de désillusion…


Histoire : Tout a commencé par une froide nuit d’hiver…en plein cœur de la forêt… L’obscurité qui y régnait était totale… Seule une lumière fauve faisait encore régner le calme des bêtes sauvages peuplant cet endroit hostile, les éloignant le plus possible d’un campement des plus précaires… Les flammes s’élevaient dans le ciel, réchauffant l’atmosphère glaciale…
Les mains devant cette source rougeoyante de chaleur, un homme aux traits tirés par la fatigue et la maigreur attendait, inquiet, que le bébé jaillisse du ventre de son épouse et puisse enfin pousser son premier cri…
La génitrice souffrait le martyre, ne cessant de répéter qu’elle se déchirait de l’intérieure, qu’elle n’en pouvait plus, gémissant, priant pour que cette torture s’arrête… Le futur père, lui, ne répondait rien…la regardant avec désolation… espérant que cette lente agonie s’achèverait bientôt… Ce n’était pas normal, ils le savaient tous les deux… L’accouchement avait débuté depuis bientôt trois heures mais le nourrisson ne semblait pas désireux de libérer enfin la maman de toute sa souffrance…

Le temps défila ainsi… des minutes, des heures bientôt…
Puis le mari s’éloigna afin de chercher de quoi attiser l’âtre… ce fut là son erreur… car à son retour, il n’y avait plus un bruit…
Un silence à vous faire frissonner…
Terrifié, il s’empressa de rejoindre sa bien aimée mais s’était déjà trop tard… Au sol gisait un petit être au teint bleuté qui ne semblait pas respirer, au même titre que la femme qui venait de le mettre au monde… Elle était morte…
Une hémorragie interne ne pardonne pas loin de toute civilisation…
Mais comment auraient-ils put faire autrement, eux, deux vulgaires déserteur, traquéx par de puissants ninja ? Se cacher avait parut être la meilleure solution…

Horrifié, désespéré le veuf prit l’enfant dans ses bras et ce geste fut suffisant pour le réanimer…
Un pleur, puis un second… Il était sauvé… Non, elle était sauvée… mais la nouvelle mère, elle, ne pourrait jamais serrer le fruit de sa chair et de son sang, son bébé, contre sa peau si douce…
Ce bébé… c’était moi…


Je grandis donc sans mère… Mon père construisit une petite cabane suffisamment confortable dans ce bois où j’avais vu le jour, veillant toujours à ce que je ne manque de rien…
J’étais heureuse ainsi, même si l’absence d’un modèle féminin me faisait cruellement défaut…
A sept ans, j’étais un véritable petit garçon manqué…
Mon géniteur, lui, se montrait bon et patient, m’apprenant ce qu’il savait de l’art ninja, me parlant sans cesse de celle que je n’avait pu connaître, et me répétant inlassablement que je lui ressemblait beaucoup…
Trop jeune je ne réalisais pas qu’il attendait simplement de moi que je devienne une seconde Chisé, comme s’appelait cette femme qui m’était inconnu mais qui m’avait donnait la vie…
Je me sentais bien comme cela, entretenant une complicité certaine avec celui que je surnommais alors « papa »…


Mais, un jour, tout bascula… Il rencontra une femme, Akemi, dont il tomba profondément amoureux…
Du haut de mes huit ans, je considérais tout d’abord cela comme une trahison envers son ex-épouse puis bien vite je devins jalouse de l’intérêt qu’il lui portait…
Il me délaissait au profit de cette étrangère et j’avais beaucoup de mal à le comprendre et surtout à l’accepter…
N’ayant d’yeux que pour elle, il se mit vite à son service et je découvrais avec horreur la faiblesse d’esprit de ce dernier…
De plus, cette inconnue était une personne austère et aigrie qui n’aimait pas les enfants…
Aussi tentait-elle par tous les moyens de m’éloigner, de m’évincer de l’esprit de mon père, me considérant peut-être comme une menace…


Elle nous força rapidement à aménager en ville… Je détestais ce mode de vie mais j’avais beau me plaindre à mon père, il ne me voyait plus… c’est à peine s’il l'on échangeait encore quelques mots…
Pour se libérer de mon inconfortable présence, ma belle-mère m’envoya à l’académie ninja…
J’étais douée mais peu concentrée… Je commençais donc à faire le pitre espérant attirer l’attention de mon cher papa mais en vain… je ne reçus que réprimandes et rebuffades…


Je souffrais, pleurant toutes les larmes de mon corps, dissimulée derrière l’ombre de « la vieille » comme je me plaisais à l’appeler…
J’étais gênante mais ne savais où me mettre pour ne plus les déranger… Chaque fois, c’était la même chose : regards noirs, report de conversations à plus tard, ou désintérêt flagrant pour mes propos… Je me sentais si seule…


Puis, désireuse de ne plus leur imposer ma compagnie, qui me semblait alors insupportable, je décidais de m’enfuir, de retourner à ma vie d’autrefois…
J’avais neuf ans...
J’embarquai mes maigres affaires et me mit à marcher…
La route fut longue mais je parvins enfin à destination…
La nuit tomba… Une à une les étoiles s’allumaient dans ce ciel d’encre…
Et moi, je n’avais nulle part où me réfugier…
Effrayée, je m’assis donc sur un tronc d’arbre, sanglotant, attendant que revienne enfin la lumière… J’avais toujours eu peur du noir…


C’est alors que je le vis…c’était une petite chose informe, couchée près des buissons, à peine éclairé par le croissant de lune…
Je m’approchai, non sans hésitation, et découvrit alors un petit louveteau qui posa alors sur moi des yeux ambré et emplit de terreur…
Je posai alors la main sur son pelage soyeux, tentant de lui apporter le réconfort dont j’aurai eu bien besoin aussi…


Peut-être était-ce l’insouciance de mon âge ou un pressentiment me soufflant que je n’avais rien à craindre, mais je le pris alors au creux de mes bras, le berçant doucement, lui murmurant de douces paroles comme avait jadis l’habitude de le faire mon père lors de mes nuits de cauchemars… 
Etrangement, l’animal prit confiance et me lécha fébrilement la joue avant de clore les paupières… Je me sentais bien… plus sereine et plus heureuse que je ne l’avais été depuis bien longtemps…
Apaisée, je m’endormis ainsi, la boule de poils toujours lovée contre moi…


A mon réveil, le petit loup était toujours là et je pus l’observer plus à ma guise…
Son pelage brillant était d’un noir ébène et ses yeux perçant brillaient amicalement…
Toutefois, ce qui attira aussitôt mon attention fut une petite tâche blanche au sommet de son crâne… une tâche ayant l’aspect insolite d’un croissant de lune… le même que celui qui avait veillé sur nous lorsque nous étions plongés dans un profond sommeil…
Il ne m’en fallut pas plus pour la baptiser : Mikazuki, littéralement : croissant de lune…
La petite créature ne paraissait pas pressée de me quitter aussi l’incitais-je de mon mieux à rester près de moi…
Je le surnommais rapidement Kazuki et nous devinrent en seulement une journée, unie comme les deux doigts de la main…  Pour moi, il était un chiot et n’était en rien une bête sauvage… Je ne voyais en lui qu’un compagnon… mais il en allait autrement pour mon entourage… mes « proches »…


Mon géniteur me retrouva quelques jours après… Je fus surprise qu'il ait pris l’initiative de me chercher et surtout de venir ici…
C'est alors que je me fis méchamment gronder, et je subis le pire châtiment de ma vie, une punition corporelle qui ne s’oublie pas de si tôt…
Par la suite, il me demanda de me débarrasser de « cette chose » et de rentrer avec lui, à « la maison »… La leur sans doute, pas la mienne…
Je refusai et il menaça de tuer de louveteau, je le suppliai de ne pas faire ça… de me laisser l’emmener avec moi…
Furieux, il secoua la tête et s’approcha de la petite bête tétanisée par la vue de « ce géant »…
J’hurlai alors et, dans un élan de courage, je bondis sur lui, lui attrapant fermement le bras et à cet instant… enfin disons que mon pouvoir se déclencha bien malgré moi…
Je ne peux dire avec précision depuis combien de temps déjà il sommeillait en moi, puisque tout contact était devenu proscrit avec cet homme… et que je ne savais même plus à quoi pouvait ressembler la douceur d’une caresse…

Quoi qu’il en soit, quelque chose d’étrange se produit, une réaction qui n’allait pas tarder à m’être familière… L’être que je venais de saisir se retourna soudain vers moi, les yeux emplit de colère… et il parla… parla encore sans que je ne puisse l’arrêter, sans que me sanglots et gémissement ne puissent l’atteindre…
Il me révéla à quel point je l’avais déçue, me disant qu’en fin de compte je ne ressemblais en rien à Chisé, que je n’étais qu’une gamine mal éduquée et qu’il aurait du se montrer plus ferme avec moi, il me lança que j’essayais de briser son couple et de gâcher sa vie, il m’accusa même de la mort de maman… Et cela dura longtemps…
Puis, il sembla sortir de cette état de transe, plaqua les mains à ses lèvres avant de s’approcher de moi et de me serrer contre lui en s’excusant… Mais ce que je venais d’entendre, rien ne pourrait l’effacer pas même des excuses…
Je le repoussai alors, pleine de rage…


Voilà donc tout ce qu’il pensait de moi… Je ne valais rien, strictement rien à ses yeux, je n’étais que la fille embarrassante de son ex-femme qui l’empêchait de se reconstruire et d’oublier…
Je ne savais plus que penser… Je l’avais aimé si fort… je l’aimais encore tellement… Qu’avais-je bien pu faire ?! J’avais toujours essayé d’être une fillette parfaite, une enfant idéale dont il pouvait être fière… mais… j’avais échoué et dans les propos qu’il venait de tenir il n’y avait, en outre, plus une once d’amour…


Où était passée cette personne attachante et pleine de douceur ? Loin, bien loin… dévorée par cette atroce Akemi…
Elle avait réussis en fin de compte… elle avait volé mon père…
Il ne me considérait même plus comme son « bébé »… Elle lui avait monté la tête contre moi et dans toute sa bêtise il s’était laissé prendre au piège…

Je me redressai donc, pris Kazuki dans mes bras, sans prendre la peine de sécher mes larmes et me mis à courir…
Ce fut la dernière fois que je le vis… il ne chercha même pas à me rattraper… Que lui importait ma vie désormais tant qu’il était près de ma belle-mère ?


Alors moi et le jeune loup écumèrent les routes à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose, espérant qu’une vie nouvelle nous apparaisse et que des portes s’ouvrent enfin à nous…
Mais, vagabondant de villages en villages, je ne trouvai nul être digne d’intérêt… Tous des hypocrites…
Mais je restais souriante, essayant de préserver ma nature joviale pour mon ami, mon frère animal, qui me suivait toujours sans rechigner… et puis, je n’étais pas de nature à me laisser abattre… ou plutôt de nature à montrer mon désespoir et mon chagrin…
Je masquais habilement ma peine, restant pleine d’entrain en priant pour que personne ne se rende compte que ce n’était qu’une grossière façade…


Ce qui s’était passé avec mon père se reproduisit plusieurs fois lorsqu’en proie à une curiosité ou à un tourment non négligeable, je touchais quelqu’un…
C’était toujours douloureux… je détestais ce pouvoir… d’où pouvait-il bien venir ?!
Nous continuâmes ainsi, allant de désillusions en déceptions…  


J’avais douze ans déjà… Je vivais grâce à mes petits larcins, à ma débrouillardise innée… et surtout à la chasse du louvard…
Je ne m’attarder pas trop dans les villages avoisinants, préférant la tranquillité des bois et collines…
Mais un jour, le destin nous sourit enfin…
J’étais alors en pleine forêt comme à l’accoutumé lorsque mon pieds se prit bêtement dans un piège ninja…
Furieuse, pour na pas dire enragée, de m’être laissée avoir de la sorte, je me mis à crier ma colère sans me douter que quelqu’un allait m’entendre…
Mais je le vis… il apparut, l’air affolé… C’était un homme plutôt âgé mais qui avait bonne mine… en comprenant la situation, il se mit à s’esclaffer pour ma plus grande frustration…
Consternée, je lui demandais… ou plutôt lui ordonnais de me faire descendre, ce qu’il fit aimablement…
Nous échangeâmes quelques mots, puis il m’invita au village de la feuille pour prendre un bon repas et une bonne douche, précisant que j’en avais « bien besoin »… 
Renfrognée, j’acceptai toutefois, largement encouragée par la faim…

Il me conduisit dans une maison plutôt grande et lorsque nous y entrâmes, toujours accompagné de mon fidèle compagnon canin, plusieurs paires d’yeux se rivèrent vers moi me mettant profondément mal à l’aise…
Je me dépêchai de m’exiler, sans savoir que je ne repartirai jamais plus de cet endroit…
La chaleur de l’accueil de celui qui disait s’appeler Akumo Kimato me poussa à rester et à comprendre cette générosité dont il faisait preuve et qui n’était pas feinte…
J’appris à le respecter et aussi, chose plus complexe, à m’entendre avec toute la petite tribu qui résidait entre ses murs…
Oh ce n’était, et n’est toujours pas, le grand amour, je préfère éviter de trop me mêler à eux, mais nous nous supportons…
Mieux, celui que j’appris rapidement à considérait avec plus d’estime et de respect que je n’en portais à mon propre père, m’apprit la vie en société… et ce n’était pas gagné…
Il m'encouragea même à passer l'examen de Genin, ce que je fis sans grande conviction pour lui faire plaisir... refusant cependant avec obstination d'être plus gradée...  


Au bout du compte, je ne m’en sors pas trop mal…
A part cet homme et Kazuki je n’ai personne… je ne veux personne à mes côtéd… car ici, comme ailleurs… comme partout, on ne peut avoir confiance au risque de souffrir plus tard…
Voilà donc la fin de mon histoire… ou peut-être bien le début… Je suis la dernière arrivée dans cette jolie pension et je m’y sens bien près depuis trois ans…
Mais ne nous leurrons pas, si le vent me soulève et me porte ailleurs, j’irais là où il m’appelle car je ne veux ni contraintes, ni liens…


Famille (PnJ) :










         

Chisé était une kunoichi talentueuse du village de Kiri qui a fuit par amour, car leur union était désapprouvée en raison des règles absurdes établit par son clan. Son caractère était extrêment similaire à celui de sa fille. Enjouée, souriante, pleine d'énergie et d'optimisme, c'était une véritable amusette. Elle détenait également le même don que Saya et malheureusement mourut en couche.         


         
Shuji était un Jounin de Kiri qui prit la fuite avec Chisé par amour et qui éleva l’enfant né de cette union avec beaucoup de patiente et de gentillesse. Mais il tomba amoureux d’Akemi et dès lors oublia même jusqu’à l’existence de sa fille…          
 
 

         
Akemi est une femme austère et rustre qui se maria à Shuji. Manipulatrice, ce n’est pas pour rien qu’elle quitta son village qu’elle avait allégrement trahis… Elle parvint à monter de Shuji contre Saya         


        
Akumo Kimato est le dirigeant de la pension dans laquelle réside actuellement Saya. C’est un être bon et généreux qui aide son prochain sans condition. Il adore les enfants et tente par tous les moyens de les rendre heureux. Il tient un rôle très important aux yeux de l’adolescente qui le considère presque comme un père.         
 

         
 
Minuki est un jeune garçon de dix-sept ans avec lequel Saya ne s’entend pas du tout. Il vit également à la pension mais comme elle le dit elle-même c’est une véritable petite teigne. Tous les deux se disputent très régulièrement, animant la petite maisonnée…         
 Il n’hésitera pas à vous jouer un mauvais tour si cela peut servir ses intérêts et surtout son ambition phénoménale. Et oui, le garçon, comme tant d’autres, rêves d’être Hokage.          
 
 
        
Kimitsu est une Chûnin de seize ans qui passe plus de temps à penser au garçon et à la mode qu’à l’art ninja. Elle est éprise de Minuki… du moins en ce moment car elle a des vues sur bon nombres de jeunes garçons. Dragueuse dans l’âme, on la qualifie sans mal de coquette et elle se fait passer pour une personne timide et charmante alors qu’elle détient une assurance stupéfiante.          
 
 
 





Kazuo est l’une des rares personnes que Saya apprécie. Il lui arrive même de l’aborder. Il prend son rôle de « grand frère protecteur » très à cœur même si cela irrite passablement l’adolescente parfois. Une véritable encyclopédie ambulante, il a le cœur sur la main et ferait n’importe quoi pour aider son prochain.          
C’est l’être avec lequel elle se sent le plus proche à Konoha, hormis peut-être Akumo.          
 

 

Il y en a beaucoup d’autres, mais je n’ai mis que les principaux, ceux avec qui Saya entretient une relation particulière, les autres l’indifférant tout bonnement.          
 

 
 
Techniques : Saya ne maîtrise aucun élément. Mais son absence d’affinité n’est en rien gênante. D’abords parce qu’elle utilise brillamment les techniques de bases ainsi que le Kage Bunshin no Jutsu que lui a appris son géniteur et ensuite parce qu’elle détient un talent héréditaire, lui venant de sa mère, qu’elle commence à peine contrôler. En effet, par simple contact, il lui arrive, selon son état d’esprit, d’exécuter involontairement son Shin’no Jutsu (voir ci-dessous)Shin' no Justsu : Cette technique permet d’altérer le chakra circulant dans les connexions neurales, forçant la victime à dévoiler la stricte vérité et parfois à révéler ce qu’il pense à cet instant précis.
Uso’ no Jutsu : Cette technique fonctionne comme la précédente mais trouve toute son utilité lors de la capture d’un allié… En effet, elle force une personne à confondre vérité et mensonge, le résultat étant que la personne sur qui ont exécute ce jutsu est forcé à mentir même sous la torture.




Nindô : A-t-on besoin des autres pour vivre heureux ? A-t-on besoin d’être heureux pour vivre ? Ces deux questions résument bien l’objectif de la demoiselle : vivre en totale indépendance sans avoir à compter sur autrui et … trouver une chose ou un être qui vaille la peine de continuer, de vivre tout simplement…


Comment avez-vous connu le forum : Ben j’étais sur les précédents… tous les précédents ^_^’ 






 


Dernière édition par Otonashi Saya le Dim 9 Sep - 18:48 (2007); édité 7 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Sep - 00:35 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sabaku no Gaara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 09:11 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Bienvenue !!!

Même si sa ma pris 1/2heure a la lire.....
J'adore ta présentation
Revenir en haut
Houzuki Suigetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 10:28 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Parfait ! Ca a du te prendre du temps à faire, mais le résultat est là !
Je te valide tout de suite

[VALIDE]
Revenir en haut
Sabaku no Temari
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 11:34 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

ouh là !

elle est énorme ta présentation !

Bienvenu et amuse toi bien ^^
Revenir en haut
Uchiha Sasuke
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 11:46 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Bienvenue exellente histoire comme je te l'ai signalé sur msn vraiment ca valait la peine de tout lire et on n'y prend du plaisir bravo encore une fois
Revenir en haut
Kessoku Soryuushi
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 12:07 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Un seul mot FABULEUX c'est vraiment une splendide présantation, caractère bien définit et physique admirablement bien décrit je n'ai qu'une chose a dire fabuleux (bon je me répette mais il faut bien pour pouvoir décrire cette si magnifique présentation)
Bienvenu sur ce nouveau forum et a trés bientôt dans un post prochain j'éspère 
Revenir en haut
Moses Aozora
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 12:23 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

Super présentation encore et toujours, ça ne m'étonne pas de toi (Quoique, t'es malade ou quoi...?... tu fais quand même mieux d'habitude ! Mr. Green )

Non, j'arrête de te taquiner, et j'ai très hâte de poster avec toi ! Smile

Sacrebleu !
Revenir en haut
Nara Shikamaru
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Sep - 12:36 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

'Tain, on a vraiment des bons joueurs ces temps-ci^^Je dois m'incliner! J'ai hâte dee vous voir faire du rp ensemble^^Quoique si vous cherchez une place...Jsuis libre dans mon topic à la porte XD
Revenir en haut
Uzumaki Naruto
Konoha No Kuni (Admin)
Konoha No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 388
Localisation: Konoha no Kuni
Masculin

MessagePosté le: Sam 8 Sep - 16:02 (2007)    Sujet du message: Otonashi Saya Répondre en citant

C'est fabuleux 'tebayo !
La présentation est sublime, c'est tout triste Crying or Very sad On va bien l'accueillir a Konoha

J'ai que trop hate de te voir a l'oeuvre ainsi que tes PNJ !
Encore une fois BRAVO !! Un modèle comme fiche !

Bon jeuuuuu ! Very Happy
_________________

I am the Child of Prophety
Chosen to bring this world to Light.. or leaving it to Darkness
My name.. Uzumaki Naruto
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:53 (2016)    Sujet du message: Otonashi Saya

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com