Naruto :: Follow The Hero Index du Forum
Naruto :: Follow The Hero
Forum RPG Francophone
 
Naruto :: Follow The Hero Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Mari et Femme ?! ::
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Sep - 21:29 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Où en étais-je déjà ? …
Ah oui, donc, j’étais assise avec une tranquillité relative, songeant que lui est moi n’étions vraiment pas fait pour nous entendre…
C’est vrai, il n’était peut-être pas méchant mais je n’aimais pas sa manière d’agir…
J’avais l’impression de n’avoir aucune valeur à ses yeux… un bout de chair qu’on prend plaisir à regarder, rien de plus…


Il n’avait aucune considération pour moi, ne se souciait pas de savoir ce que je pensais ou ce que je voulais… Non, il s’autorisait des choses sans accorder d’importance à l’opinion, au ressentit, d’autrui…
Il ne savait rien…
Il avait beau faire son malin et me traiter avec insolence, il n’avait aucune idée de qui j’étais ni de ce dont j’étais capable…


Bon, en face de lui, je n’étais plus capable de grand-chose mais tout de même !
Je ne voulais pas de compréhension, pas d’affection… Je ne voulais pas de soutien ni même de son amitié… non, je réclamais juste un peu d’estime…


J’avais toujours vécu dans l’ombre de mon clan, personne ne s’étaient jamais intéressé à moi en tant qu’être à part entière, ils n’avaient jamais vu en moi qu’un espoir de faire renaître la puissance de mon clan qui dépérissait, se perdant dans des traditions et des coutumes démodées que les plus jeunes reniaient totalement…
Je n’étais pas Emiko, juste celle qui pouvait leur redonner leur éclat d’antan…


Pour lui non plus, je n’étais pas Emiko…
Oh, je reconnais que je contribuais aussi à ce phénomène en dissimulant mon âme, en me donnant cette apparence peu avenante…
Oui mais, comprenez-moi, j’avais peur… Peur d’exister autrement… Peur de n’avoir aucun intérêt en n’étant que moi…
Si je n’avais pas possédé ce don… qui aurait eu connaissance de ma misérable existence ? Personne…
J’avais cette atroce et douloureuse impression de n’exister qu’en tant que la benjamine de Kenji, celle qui avait été bénie… alors à quoi bon trouver sa place lorsque vous en avez une désigné d’office ?


Néanmoins, c’était parce qu’une partie de moi se révolter contre cette idée que je refusais d’entrer dans le plan de mon géniteur…
Je voulais être différente, faire mes propres choix et me démarquer… sortir du lot…
A mes yeux, les hommes étaient tous les mêmes… à l’image de mon père… et je refusai donc avec obstination de les laisser m’approcher…
Sous les traits de mon paternel, ils m’avaient déjà fait trop de mal…


Non, décidemment, jamais je ne pourrais tolérer une compagnie masculine…
Ce n’était pas vraiment contre Eiji, mais plutôt contre tous ses semblables… même si lui, sans que je ne comprenne exactement pourquoi, me paraissait bien plus effrayant encore…
Parce qu’il se permettait de poser les yeux et les mains sur moi ? Oui, sans doute, mais aussi parce que je sentais alors poindre en moi un trouble qui n’aurait pas du exister…


J’en étais là dans mes tristes réflexions, quand un mouvement attira mon attention…
Je me concentrai donc sur mon « mari », remarquant qu’il ne me regarder pas avec cette franchise direct que je lui connaissais…
J’aurais presque cru qu’il évitait mon regard… Mais c’était impossible ! C’était de lui dont on parlait après tout…


Toutefois, lorsqu’il sortit de l’eau, il me tourna le dos et remit ses vêtements en silence me procurant un indicible soulagement…
Enfin, il était visible et je n’avais plus à craindre de tomber sur un bout de sa peau que je n’aurais pas du voir en temps normal ! …


… … Pourquoi ? Pourquoi avais-je le désagréable sentiment qu’il était abattu… presque fâché… ?
L’avais-je froissé ?
Je m’étais pourtant montrée gentille, là ! J’avais fais mon possible !
Je n’étais pas habituée mais je pensais ne pas m’y être si mal pris que ça…
Je ne voulais pas le blesser… Je ne voulais pas l’offenser, non plus…
J’avais beau réfléchir, je ne voyais pas ce que j’avais fais qui ai pu causer un tel changement d’attitude…
Je ne voulais pas mal faire… mais j’étais maladroite en présence des autres…
Moi, j’étais destinée à la solitude, c’était évident !
Je ne me sentais bien que seule, lorsque personne n’était là pour me juger ou pour attendre le moindre de mes faux pas…
Mais ce n’était pas pour ça que je me plaisais à meurtrir le cœur des gens…


Le garçon tourna alors la tête dans ma direction, mais de nouveau j’avais l’intuition qu’il cherchait à éviter de croiser mes prunelles subitement expressives…
Je commençais à m’en vouloir… Il était peut-être sensible en fin de compte… Il avait un cœur, il le cachait juste derrière cette façade arrogante et moi j’avais refusé de voir plus loin que le bout de mon nez…
L’ébauche de la culpabilité qui me rongeait devint plus nette lorsqu’il prit la parole…


" Alors finissons-en..."


Oh comme je le plaignais soudain d’être tombé sur quelqu’un comme moi…
Il m’avait peut-être proposé de me baigner sans arrière pensée, voulant juste m’aider à me détendre en sentant ma tension… et moi je l’avais repoussé, croyant dur comme fer qu’il ne faisait pas ça par bonté d’âme…
J’étais sans doute trop méfiante… surtout envers le gente masculine… mais c’était plus fort que moi…
Oui, vraiment, j’étais désolée… Je ne savais pas ce qui le rendait si triste mais je me reprochais d’en être à l’origine…
Je l’avais mis en colère par-dessus le marché… mais il avait malgré ça accepter de m’accompagner…


Soudain, une mine ragaillardie, de nouveau souriante vint éclairer ses traits harmonieux, menaçant de me faire sourire moi aussi…
Oui, désormais, j’allais faire des efforts pour être un peu plus engageante ! …
C’était la moindre des choses…

C’est alors, qu’il s’approcha de moi, faisant de nouveau revenir mes réticences, mais je les chassai avec volonté…
Je devais faire un peu plus confiance aux autres… d’autant plus que lui est moi étions condamnés à passé pas mal de temps ensemble alors il fallait prendre les choses du bon côté… si du moins il y en avait…


Il s’accroupit ensuite devant moi, sans se départir de sa mine enjouée… trop enjouée presque… et me gratifia d’un regard… d’un regard qui me glaça d’effroi…
Nulle trace de ce sentiment que j’avais cru apercevoir quelques minutes plus tôt ! Et moi qui l’avait laissé venir si près !
Quelle petite idiote !


Et voilà, mes soupçons se virent confirmé lorsque je sentis son doigts se déposer avec délicatesse sur mon ventre, me faisant tressaillir, quelque part entre frayeur et… et autre chose que je ne savais définir…
Puis, lentement, il traça un cercle autour de mon nombril, que dévoilait malheureusement ma tenue, puis remonta doucement jusqu’à ma poitrine, que cet obsédé effleura comme de par hasard, avant de poser sa main sur ma nuque et de me caresser le visage, qui par miracle restait tout à fait impassible… enfin sauf peut-être mes yeux hagards vaguement écarquillés…
Par contre, ma respiration, elle trahissait sans mal mon état…

Comme la dernière fois, mes pensées se heurtèrent à un mur de brouillard, me laissant sans voix, et pire, sans volonté…

Ce fut sa phrase qui me réveilla brusquement, me faisant l’effet d’un coup de fouet…


" On y va chérie ! "


Je… Quoi ?! Je restai muette de stupeur, mais croyez moi, mon esprit bouillonnait de pensées vengeresses…
Quel bougre ! Il m’avait bien eu ! Et moi qui m’apitoyais sur le sort de ce sale type !
Haha, pour sûr, il m’avait admirablement bien trompé ! Mais on ne m’y prendrait plus, à ce moment j’en fis le serment !
Ce garçon n’avait aucune once de sensibilité ! J’avais eu tors de compatir et de lui donner des émotions et même des intentions qu’il n’avait pas…


Je le détestais !
Oh comme j’avais envie de bondir sur lui et de le rouer de coups ! De le frapper jusqu’à ce qu’il me demande pardon !
Je n’avais jamais une telle envie de punir physiquement quelqu’un auparavant…
Mais l’explication était simple… Il m’avait blessé, renforçant mes préjugés de toujours…
J’avais voulu lui faire confiance et il venait de me trahir !
Je voulais qu’il démente toutes mes idées, mais il n’avait fait que les renforcer…
Et maintenant il me détaillait ouvertement, prolongeant mon embarras…
… Petite ordure…


" Enfin... si t'as pas peur d'attraper froid..."


Et voilà… une nouvelle allusion à la manière que j’avais de me vêtir…
Mince alors ! Est-ce que je me permettais de critiquer sa veste ridicule où les engins qu’il avait au poignet ?!
J’étais médusée… Je n’arrivais pas à y croire…

Je baissai brusquement la tête, peu désireuse de le laisser voire ce voile de peine et de rage qui venait recouvrir mes yeux… mais lorsque je les posais de nouveau sur lui, ils étaient flamboyant…
Un mélange de fureur et défit… Je le fixai ainsi quelques secondes, contrôlant péniblement mon désir de lui faire ravaler son expression moqueuse et sardonique…

Trop tard, ma main vint brutalement s’abattre sur sa joue et je la ramenais aussitôt à moi, réalisant soudain ce que je venais de faire…
Il… Moi qui restait si maître de moi, il pouvait se vanter de m’avoir sortir de mes gonds à deux reprises déjà en moins d’une heure…
Bien fait pour lui, il n’avait que ce qu’il méritait…


Je me levai donc, m’éloignai de lui avant de tourner le visage dans sa direction, le gratifiant d’un sourire des plus hypocrites…


« - Oui, on y va… … Merci, de t’inquiéter pour moi… mais si j’étais toi… c’est plutôt pour moi que je m’en ferais… »


Ouille ouille ouillle ! Qu’est-ce qu’il m’avait pris de dire ça ? Surtout sur ce ton là ! …
Mais tant pis, ce n’était plus l’heure du vouvoiement respectueux… s’il voulait la guerre, il s’attaquait à la mauvaise personne… Je rendrais coups pour coups…
Enfin j’essaierais…
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Sep - 21:29 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 17 Sep - 00:27 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon, re-situons les choses dans leur contexte...Je viens de la caresser peut-être un peu trop franchement...
Je l\'ai à nouveau cherché à propos de sa tenue...
Et j\'attends de voir comment elle va réagir...


Là, elle baisse les yeux, et je me dis direct : Mais qu\'est-ce qu\'elle fait ?!
J\'comprends pas pourquoi elle évite mon regard d\'un coup !
Peut-être parce qu\'il est trop irrésistible ?!
Sûrement même...
Elle doit se sentir flèchir devant mon regard d\'acier, et préfére éviter de le regarder en face...


Et là, alors que je commence à sourire, elle relève la tête !
C\'est qu\'elle en veut la gamine !
On la met pas à mal comme ça la petite !
Franchement j\'étais impressionné !
Elle avait su se relever de mes attaques !
Pourtant depuis le début elle avait l\'air carrément faible !
Mais là, elle remontait sur le ring pour me montrer de quel bois elle se chauffe !
Vas-y Rocky !!! ( )


...


Oups...
Pardonnez-moi cet élan infernal...
Donc elle relève les yeux vers moi...
Et là, mais THE regard quoi !!!
Franchement terrible !
Une fureur incroyable dans ses yeux !
Et une vraie lueur de défi !!! Roarrrr !
Qu\'elle était sexy avec son regard de braise ! ( Razz )
J\'en frémissais d\'avance !


Ça c\'est le genre de regard que t\'oublies jamais !
Pas possible d\'oublier ça !
Tellement flamboyant !
Sans mentir, la scène était torride ! ( )


Là moi je peux plus lâcher des yeux ses prunelles brillantes, je suis là... En admiration presque !
J\'arrive pas à décrocher c\'est vraiment... vraiment...vraiment...
VLAM !
Vraiment... claquant ? ( )


...


En tout cas sur ma joue, pas le moindre doute ça l\'était !
Ah la peste elle m\'avait mis une claque !
Génial !
Enfin là voilà qui jouait franchement !
Fini de faire semblant, de se cacher derrière ses petits airs...
Cette fois elle affichait vraiment sa colère !
J\'avais réussi !
Pour la première fois, elle restait pas inexpressive !


Elle me montrait qu\'elle ressentait des choses mine de rien !
Tant mieux !
Je commençais enfin à la découvrir !
Haha ! J\'avais hâte que l\'on continue ! ( Razz )


Bon, ma joue était rouge et engourdie...
Bordel, elle y était pas allée de \"main morte\", le terme convenait là !


Finalement, elle se casse de là !
Elle s\'éloigne de moi, et finit par s\'arrêter, avant de juste tourner la tête en ma direction...
Encore une fois, je ne me lassais pas d\'apprécier ses fesses, même au travers du tissu, qu\'elle semblait m\'offrir en restant dans cette position... ( Rolling Eyes )


Là elle me fait un sourire, mais super exagéré, le genre qui se veut intentionnellement faux !
Grrr !
Ha ! Elle avait du tempérament la fille !
Et un corps de rêve, l\'oubliez pas ! ( Cool )
C\'était bon de la voir enfin se lâcher comme ça !
Ce voyage s\'annonçait plus intéressant que prévu !


Et là, elle continue dans le genre bouillant, en rajoutant une phrase à son travail !



« - Oui, on y va… … Merci, de t’inquiéter pour moi… mais si j’étais toi… c’est plutôt pour moi que je m’en ferais… »


Olà !Quelle rébellion Emiko !
Tu m\'impressionnes ! Wahou ! ( )


D\'un coup elle se laisse comme envahir par la rage, et elle se met même à me tutoyer !
Haha !
Et oui, ça marche !
Nous voilà déjà plus intimes !
Ha la joie transparaissait de cette scène !
C\'était si beau ! ( )


Et en plus de ça, elle me menace ?!
Ah bon, je devrais me méfier ?
En même temps je l\'étais depuis qu\'elle avait sorti un énorme truc de chakra devant elle en guise d\'arme !
Alors je m\'en faisais pour moi !
En plus j\'avais déjà encaissé une tape et un coup de poing... ( )


Fallait pas trop déformer mon visage si beau quand même !!! ( )
Mais bon, il tenait bien le choc !
Bah ouais, j\'étais résistant quand même !
Faut pas se foutre de ma gueule ! Ma gueule ouais justement !


Donc là moi, je la regarde en souriant, et je m\'apprête à passer à l\'action...
Elle veut partir...
Ah ouais, et bah on va partir !
Même très vite chérie t\'inquiète pas !
Au pas de course même !


Je la regarde, et lui lance...


\" Allez, plus vite que ça, on y sera jamais sinon ! \" lâchais-je en souriant, le ton de ma voix plus haut qu\'à l\'accoutumée.


Je me rue alors sur elle, et sans lui laisser le temps de réagir, je la saisis par les jambes, et la soulève !
Donc elle se retrouve sur mon épaule quoi ! ( )
Le haut de son corps derrière moi, tombant dans le vide, et ma prise de main, assurée sur ses cuisses pour la retenir, alors que dans cette position, je n\'ai même pas besoin de tourner la tête pour que son arrière-train entre dans mon champ de vision ! ( Rolling Eyes )
De plus, il me reste une main toujours libre...


Elle se retrouve donc là, comme impuissante face à ma prise musclée.
Je \"nous\" mets en route vers la sortie du village...
Là j\'ai envie de répondre à sa réplique salée, alors je lui dis en rigolant...


\" Mais je m\'en fais pour moi... Pas facile de rester aux côtés d\'une fille aussi torride ! \"


Torride...
En référence à son corps, sa tenue, mais surtout à son regard et à son attitude de tout à l\'heure...


Finalement, avec ma main restée libre, je commence à soulever délicatement sa robe, et dévoile ainsi entièrement sa petite culotte.
Mmh... très joli...
Très mignon également...
Là dessus je me sens obligé de laisser filer une petite remarque pour la faire enrager un peu plus encore...


\" Très joli coloris...\" lâchais-je innocemment... ( Rolling Eyes )


Bon bah la suite euh...
Franchement, en arriver là et ne pas en profiter serait criminel, vous êtes d\'accord...?
En plus, j\'avais envie de la pousser vraiment au bout de la colère...
Je voulais voir sa réaction face à un comportement aussi joueur et vulgaire que j\'allais adopter...


J\'amenais donc ma seconde main lentement, et faisais jouer mes doigts sur sa culotte, avant d\'aggripper fermement ses fesses...
Et pour pousser le vice à son paroxysme, je commençais à palper sans retenue, le postérieur de la demoiselle...


De quoi la rendre folle !
Haha !
J\'étais peut-être un peu trop joueur, mais ces situations étaient hilarantes...
Et ne me déplaisaient pas non plus... ( Rolling Eyes )


Et pour finir en apothéose, la dernière phrase enrageante...


\" Tu vois quand tu veux être douce...\"
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 17 Sep - 10:54 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Je le fixai, sans perdre ce sourire volontairement faux, attendant sa réaction…
Ben oui je l’avais frappé, et puis quoi ? Après tout il méritait bien un tel traitement !
Je vous rappelle tout de même qu’il venait de me caresser sans me demander mon avis et avec une langueur des plus provocantes avant d’évoquer de nouveau le choix de ma robe lors d’une allusion de plus mauvais goût…
Donc oui, j’étais en colère et humiliée aussi… surtout humiliée…


Il n’avait aucun droit de me faire ça…
Je n’étais pas un objet, pas une poupée malléable à volonté !
Non, j’étais un être humain moi aussi et je pensais pouvoir exiger un minimum de respect ! …
Je n’étais certes pas sortie souvent à l’extérieur mais je pensais tout de même que les gens s’estimaient entre eux et ne prenaient pas vis-à-vis des autres une telle liberté…


Mais lui,… Lui, il me touchait sans la moindre honte, me lançait d’incisive paroles avant de se moquer ouvertement de moi… comment étais-je donc censée réagir ?!
Et… c’est bien connue, l’attaque est la meilleure des défenses…


Honnêtement, j’étais bouleversée par cet enchaînement improbable d’événements et j’avais toutes les difficultés du monde à garder mon sang-froid…
Me voilà embarquée dans un pèlerinage avec un homme méprisable et… méprisé d’ailleurs…qui ne manque ni d’audace ni d’indécence…
Alors… j’avais peur…
Mais une peur véritable, comme celle qui vous paralyse ou vous fait pleurer…
Cette sorte de panique incontrôlable contre laquelle vous devait lutter à chaque instant pour ne pas vous y abandonner…


Il était là avec ses grands airs, ses mains baladeuses et son sourire narquois qui me donnait l’impression d’être menacée à chaque instant…
Et encore, heureusement qu’il avait eu la « gentillesse » de remettre ses vêtements…
Mais le terme de gentillesse ne convenait pas puisqu’il en paraissait totalement dénué…
De l’humanité vous avez dit ? Et bien non, pas pour lui apparemment…


A mes yeux, il était terrifiant et si son apparence était joviale j’avais l’impression qu’elle masquait, comme je l’ai dis précédemment, un démon vicieux et sournois…
Peut-être mon comportement l’amusait… peut-être riait-il bien en silence de mon effroi, de mon angoisse…
Cherchait-il à me… me blesser davantage ?
A me dépeindre le sexe opposé avec plus de noirceur encore ?
Si tel était le cas, il y était fabuleusement parvenu…


Dès lors comment pouvais-je faire pour me dévoiler ?
Comment perdre cette façade austère et distante ? …
Mais j’avais eu tort de réagir ainsi avec lui…
Ne pas entrer dans son jeu serait le meilleur moyen de le lasser, aussi finis-je par reprendre mon regard habituel…  


Un regard désert comme lorsqu’on contemple un lac… vide d’émotions… qui se détourna bientôt non sans remarquer le sourire qu’il affichait et qui me fit tressaillir…
Je devais me ressaisir, restait neutre et indifférente…
Oui, c’est ce que j’allais faire à partir de maintenant…  ou plutôt ce que je m’attèlerais à faire car ce n’était pas évident, croyez-moi…


 " Allez, plus vite que ça, on y sera jamais sinon ! "


… …
Il n’avait pas l’air d’être offensé par mon geste… Tant mieux, peut-être avait-il compris que ce n’était que le juste retour des choses… le retour du bâton, comme on dit…


Moi, j’étais là, de nouveau imperturbable, lointaine… éteinte…
Les yeux vagues, presque clos, j’attendais, posant ces mêmes yeux qui ne révélaient jamais rien, ses yeux rouges et insondables, sur un arbre à proximité…
Comme j’avais envie de m’y affaler soudain, pour qu’il me soutienne et fasse disparaisse l’espace d’une seconde les problèmes que je reléguerais à l’écorce calme et dure et… solide… plus solide que moi…
Mais je n’avais jamais rien eu pour me soutenir…ni arbres…ni Hommes…


Moi… moi je n’étais qu’un arbre d’hiver, que personne ne voit ni n’entend… un arbre dont la complainte reste sans écho…
Mes branches étaient gelées et j’attendais un rayon de soleil pour en faire disparaître le givre… mais il traînait, paresseux, prolongeant ma souffrance que j’acceptais comme se doit de le faire une plante… car elle n’y peut rien… elle ne peut qu’espérer que la neige disparaisse… et avec elle ses tourments…


Depuis mon enfance, depuis la découverte de mon don, depuis les brimades, depuis les coups et les regards en biais remplis d’un désir, d’une attente indéniable,  je n’avais été qu’un arbre tout noir, frêle jusqu’à la brindille, tout sec, tout suppliant qu’on le laisse partir, ou tranquille, … ou tout seul…
Mais je n’avais jamais eu la force de partir, on ne m’avait jamais laissé tranquille, même quand j’étais seule…
Alors j’attendais… j’attendais le moment de refleurir à nouveau…
Car à l’instant où j’avais compris, mais vraiment compris, ce à quoi l’on me destinait, les mots m’avaient faussé compagnie… et la présence des hommes était devenue mon calvaire quotidien…
Je ne pouvais que patienter, priant pour que vienne le moment de la délivrance où l’on m’ôterait enfin les chaînes de ce destin que je ne voulais pas…


Mais non ! Je ne devais pas songer à cela ! Je ne devais plus me retourner sur ce passé soudain complètement onirique sous ce soleil ardent et estival qui de par la chaleur qu’il me prodiguait entraînait mes mèches à se coller sur mon front…


D’ailleurs, le garçon n’allait pas tarder à chasser ces lugubres pensées… qui avaient infiltré mon esprit sans permission… histoire de me torturer davantage…
Car avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, avant même que je ne puisse répondre à cette phrase qu’il avait dîte et que j’avais déjà oublié, évincée par le trouble qui m’avait assaillis, il se précipita vers moi… et je me sentis bientôt soulevée dans les airs…


Je poussai un petit cri de stupeur et commençai à me débattre mais en vain, bien entendu…
Physiquement, il n’y avait aucune comparaison à faire entre nous… Il était plus fort… dans tous les domaines…
Je me retrouvai bientôt dans une position aussi embarrassante que désagréable… Le haut de mon corps pendant lamentablement tandis que mes jambes se retrouvaient fermement maintenues par la prise puissante de ses bras musclés…
Entre nous, les bourgeons n’étaient visiblement pas près à éclore…


De une, il avait une vue des plus gênante et de deux… j’étais en totale impuissance ce qui générait en moi un sentiment de réelle panique plus puissant que ce que je n’avais jamais connu…


J’étais un arbre fragile, oui, mais avant tout un arbre fier qui se dresse vers le ciel en espérant l’atteindre et devenir l’un de ces oiseaux libres que je ne pouvais qu’observer d’en bas…
Eiji, paraissait être l’un d’eux… l’un de ces volatiles de malheurs qui me narguaient en battant librement des ailes… à la différence que lui venait poser ses serres aiguisés sur mon écorce, menaçant de la briser…


Mon geôlier se mit en marche et mon équilibre plus que précaire, ma tête ballotant vers le bas, me donnèrent rapidement la nausée…
Mais ma bouche restait irrémédiablement fermée, îlot carmin sur mon visage froid…
Je restais muette, obscure, … bornée au silence…
C’était ma seule façon de le combattre…


" Mais je m'en fais pour moi... Pas facile de rester aux côtés d'une fille aussi torride ! "


Rester calme… Ne pas riposter… Ce serait futile…
Ce type… c’était une calamité pire que toutes les autres réunies…
Il était un bourreau bien plus effrayant encore que mon géniteur…
Oh comme je le détestais à cet instant, comme je le maudissais lui et ses semblables ! …


C’est alors qu’il… qu’il souleva de sa main restante l’étoffe qui dissimuler ma petite culotte, l’offrant ainsi à la vue de tous et plus particulièrement à la sienne…
J’avais envie de hurler, de le mordre, de le griffer ! De lui faire regretter ses gestes et ses propos…
De me rebeller et de le blesser physiquement comme il lacérait mon orgueil  ! …
Mais je me retins, essayant d’oublier… de me plonger dans un autre monde, un monde imaginaire, comme je savais si bien le faire…


" Très joli coloris..."


Nouvelle agression… Mon honneur bafoué criait grâce, me suppliait de me révolter et de lui faire payer… Ma fierté quant à elle, ne cessait de me répéter un mot « vengeance » !
Oui, je me vengerais, mais pas maintenant, pas comme ça… Les coups ne lui faisaient aucun effet, non, je devais me montrer plus fine, plus maline… plus calculatrice…
(Pas l’objet hein -_-‘’)


Puis… il se mit à me toucher… poussant le vice à son paroxysme en venant jouait sur mon derrière… Ce n’avait plus rien de ces douces caresses qu’il m’avait fais un peu plus tôt, non là, c’était toute autre chose…  Quelque chose de vulgaire, de détestables… ce n’était pas le touché d’un époux à sa femme, juste celui qu’un homme réserverait à une de ces filles faciles que j’abhorrais tant…
Pour moi, c’était un viol pur et simple de mon intimité…

De grosses larmes jaillirent alors de mes prunelles emplit d’une détresse profonde… 
Ma rage, ma rancœur et mon chagrin,… tout semblait s’échapper sur les rivières qui dévalaient mes joues, contournant mes lèvres crispées et sautant en une envolée de suicides sur mon menton frémissant…
Je bénis le ciel à ce moment, le remerciaient d’échapper à une humiliation plus intense encore…
S’il l’avait vu, jamais plus je n’aurais pu soutenir son regard métallique qui me faisait horreur…


" Tu vois quand tu veux être douce..."


Douce ? … Douce ?!
Aussitôt mes pleurs se tarirent, laissant place à une colère sans limite…
J’allais lui montrer moi ce que c’était que d’être douce ! J’allais lui montrer ma douceur à moi !
Le bas de mon corps étant toujours immobilisé, surélevé, je n’avais pas énormément d’opportunité, non… je devais compter sur mon cerveau... et sur mes bras…


Sans même que je ne le réalise mon arme venait de réapparaître au creux de mon poing serré…
Pas besoin de réfléchir au fond, mon corps agissait seul, mue par une indignation une rancœur étouffante…


Je n’hésitai pas, abattant le bâton sur la tête de mon « mari », dans l’idée de le faire lâcher prise… en lui faisant porter la main à son crâne pour le masser dans un mouvement instinctif que nous avions tous…
Je n’avais pas ménagé mon coup et il risquait d’avoir une belle bosse… mais il ne l’avait pas volé !
(Désolée Eiji, je n’avais pas d’autre moyen à ce moment là… )


Bref, ayant retrouvée ma liberté et emporté par un élan de courage et de fureur, je plaçai un second coup, ni trop fort ni trop faible, à l’arrière de ses genoux, dans le but de les plier et de le faire tomber… à genoux justement…


Lorsque ce fut fait, je me replaçai devant lui, de nouveau impassible, avant de lancer d'une voix neurte…


« - Tu vois quand tu veux être docile… »


Ne rien ajouter pour ne pas montrer l’étendue de mon ressentiment ! …
Je devais lui montrer que ce qu’il faisait ne m’atteignait pas…
Aussi tournai-je les talons, le laissant sur place, avançant sans me retourner vers la sortie du village, plutôt fière de moi et de ma résistance, convaincue qu’il n’allait pas tarder à me rejoindre… malheureusement...
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 17 Sep - 20:49 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon, je vous refais le topo !
Cette charmante demoiselle est sur mon épaule...
Ma main joue avec son postérieur...
Enfin, si tant était que l'on puisse appeler ça jouer...
Disons, que... Je me faisais plaisir, et cherchais aussi à bien la faire enrager !


Encore, elle devrait s'estimer heureuse qu'on ai croisé personne...
Non mais quelle indécence, oser montrer ainsi sa petite culotte à tout le village ! ( )
Elle manquait pas d'audace cette fille !
...
Comment ça c'est moi ?!
N'importe quoi, j'ai rien fait !
...
Bon d'accord, c'est moi qui ai soulevé sa robe et alors ?
Le résultat c'est pareil non !
Elle se retrouve à dévoiler sa culotte en plein village !
Wouh ! Pas froid aux yeux la gamine !


Moi je m'amuse alors gentiment avec le haut... le très haut... même au-dessus, de ses jambes...


Et d'un coup, je sens...
Comme une apparition dans mon dos !
Pas un fantôme hein !
Mais la sensation que quelque chose vient d'apparaitre !
Et... mon flair me dit que c'est un danger...


Quelqu'un veut attaquer Emiko !
Là, j'ai pas le temps de tenter le moindre geste, que je sens un truc...
Ouais voilà un truc...
Un truc lourd et puissant !
Un truc qui me frappe violemment !
Je me dis : Ahah ! Les idiots !
Ils ont raté leur coup ces bakas !


Là j'allais me retourner, et je sens une pression sur l'arrière de mes genoux...
J'arrive pas à l'empêcher, et je tombe, je tombe... dans les abysses du gouffre du bout du monde...
Non j'déconne ! ( )
Je tombe simplement à genoux !


Là, le brigand en question vient se placer juste devant moi...
Et... waoh elle est sexy la brigande !
Et en plus elle est...
Elle est Emiko...!


Je suis donc à genoux sur le sol, et elle s'élève devant moi, jouissant sûrement de cette prise de pouvoir, et de cette puissance qu'elle détenait sur moi à ce moment là !
Me voilà donc soumis devant cette merveille de la nature...
En fait, ça e me dérangeait pas tellement...
Je partais encore dans l'un de mes fantasmes moi...
Et franchement, pas de problème pour que je me soumette devant la furie torridement sexy qu'elle est ! ( Razz )
Et...


Oulà !
Non les gars sérieux, ça fait combien de fois que je vous le dis...? Vous entrez pas dans mes fantasmes !
D'ailleurs celui-là me voyait dans une position d'esclave alors...
Et merde j'en ai trop dit !
Bon, alors vous pouvez observer à votre gauche la superbe Cascade de Taki no Kuni...
... Hein...?
Non je détourne pas la tension !
Déjà détouner la tension ça veut rien dire !
L'attention encore je veux bien...
Bon, bref, taisez-vous que je raconte...


Là elle me lance un regard impassible et me sort tranquillement...



« - Tu vois quand tu veux être docile… »


Mais j'ai jamais dit le contraire Emiko !
D'ailleurs je veux bien être docile si toi t'acceptes de l'être une nuit sur deux !
Non c'est pas un marché pervers !
C'est un... un... je sais pas ce que c'est, mais c'est certainement pas un marché ! ( )


Bon bah finalement, elle tourne les talons, et s'en va, m'offrant encore et toujours une vue magnifiquement agréable sur son arrière-train, que je me suis jamais lassé de regarder... Même pas aujourd'hui d'ailleurs...
Tiens, Emiko, montre voir tes fesses un peu...
VLAM !
Bon okay, même aujourd'hui elle est pas friande de les exposer...
Moi si ! ( )
(Pas l'aéroport, ça c'est Roissy Mr. Green )


Et donc, elle s'en allait la fille !
Et pire !
Elle me plantait là !
Je l'adorais de plus en plus !
Quel caractère !
Elle osait me mettre dans de telles positions !
Génial !
C'est la première fois qu'une fille me tenait tête comme ça !
Et sérieux, j'adorais moi !


Elle tuait cette demoiselle !
Enfin quelqu'un qui sache riposter à mes attaques !
Depuis le temps que j'en cherchais une comme elle !
Elle était la première à me mettre à genoux !
Quelle férocité !


Moi, j'ai pas cinquante choix !
Je me lance à sa poursuite !
Bon là, y'a pas mal d'idées qui fusent dans ma tête, qu'est-ce que je fais ?! Qu'est ce que je fais ?!


Plus je me rapproche et plus j'y pense...
Comment l'attaquer à nouveau ?
Hmm hmm...
Bonne question...
J'arrivais presque à sa hauteur maintenant !
Il fallait trouver !


Là, une pointe de je-sais-pas-quoi débarque dans ma tête !
Genre allez Eiji arrête de faire ton connard cinq minutes quoi !
T'es un homme merde !


J'arrive alors à Emiko, et passe devant, je me retourne, bien planté juste devant elle, avec un sourire énorme.
Je lui fais une révérence et me relève lentement, affichant un regard plus sympathique...


" Bravo pour m'avoir tenu tête Emiko ! "


Je lui souris encore, et je finis par lui tendre la main, comme pour la saluer.
Bien sûr, vu mes gestes déplacés de tout à l'heure, il se pouvait fortement qu'elle la refuse...
Mais je tenais à essayer, j'sais pas pourquoi !
Alors je lui tends ma main en lâchant...


" Je suis Eiji ! Désolé pour tout ça ! C'était pour te taquiner juste ! " repris-je avant de lui placer un joli clin d'oeil.


Ouais je m'étais excusé, et alors ?!
En même temps j'avais pas été cool avec elle..
Normal qu'on s'excuse, faut savoir reconnaitre ses torts parfois !
Bon, moi j'avais jamais tort... ou presque !
Et pis là, j'avais eu tort pas mal de fois !
Enfin, pas tort !
Mais disons que j'avais peut-être un peu abusé !


Donc il fallait calmer le jeu !
J'attendais toujours qu'elle veuille bien prendre ma main, et mon sourire se crispait carrément, tant qu'elle la prenait pas !


Allez Emiko me fais pas ça quoi !
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 18 Sep - 17:04 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

J’avançai, continuant mon chemin sans me soucier de l’arrivée imminente de mon « mari » que j’entendais courir derrière moi…
Qu’allait-il bien pouvoir faire pour se venger ?
Sans doute quelque chose digne de lui : c'est-à-dire quelque chose d’odieux et d’inattendu…


Non mais franchement, qu’avait-il contre moi ? Pourquoi s’acharner à me rendre folle ?!
Ça me dépassait complément…
On ne pouvait agir ainsi sans avoir de bonnes raisons, tout de même !
Pourtant, j’étais certaine que nos chemins se croisaient pour la première fois… il n’avait donc pas de revanche à prendre ! 


Alors quoi ? Aimait-il juste tourmenter les inconnus et leur rendre la vie impossible ? Prenait-il du plaisir à ce genre d’activités malsaines ? Ou cela cachait-il quelque chose de plus profond ?
Je ne comprenais pas… mais avis-je vraiment envie de le comprendre après ce qu’il m’avait fais ?
Non il n’était pas méritant de telles interrogations… il n’avait droit qu’à mon mépris et à ma colère ! 
Et… il l’avait bien cherché ! A présent, il allait devoir supporter une Emiko plus furieuse et humiliée que jamais…


… Pourquoi ? … Est-ce vraiment une question à se poser après tout ce que je vous ais déjà raconté ? Il avait bafoué mon honneur, brisé les barrières de mon intimité, je vous rappelle !
Bien continuons…


Non, il m’était totalement antipathique, et à ce stade-ci, je ne pouvais lutter contre l’aversion qu’il m’inspirait… 
Au plus il resterait éloigné, au mieux je me porterais, c’était un fait…
Ma rage, pour l’instant, ne laissait même plus la parole à la peur qui restait tapis en mon cœur, silencieuse… étouffée par les cris de mon orgueil…


Et j’allais vraiment devoir supporter tout un voyage en cette compagnie là ? Oui ? …
Oh bon sang !
J’aurais volontiers étranglé l’homme qui m’avait mis dans une cette abominable situation…
Il y avait des limites à ce que je pouvais moralement supporter… et au bout d’un quart d’heure avec lui, je les sentais déjà dépassées… mes limites…


Ça n’allait pas être de tout repos… Mais j’avais connu pire, non ? …
Bon d’accord, peut-être pas…
Mais ce n’était rien, je trouverais bien la force de tenir et de continuer…
Je me relèverais et persévérerais quoi qu’il puisse se passer…
Pourquoi une telle détermination à faire ce pèlerinage idiot ?
Peut-être qu’à ce moment, je savais déjà… Peut-être que j’étais déjà…
Non, oubliez cela… Nous y reviendrons par la suite…


Donc, je marchais sur un rythme soutenu, non pour lui échapper, ça aurait était tout simplement inutile, mais juste parce que je ne désirais pas faire traîner ça plus qu’il ne le fallait…
De plus, plus vite sortie de Taki, plus vite je serais « libre »… ou du moins, me sentirais-je moins oppressée que je ne l’étais alors… même si l’idée de m’éloigner de la résidence dans laquelle j’avais grandis m’angoissait et me laisser un goût amer sur les lèvres…


Et puis, je voulais sûrement, lui prouver que je ne serais pas un fardeau, que si mon corps semblait fragile et vite épuisé, ce n’était pas le cas…
Peu importe dans quoi il m’entraînerait, je serai parfaitement capable de tenir le coup, voilà ce que j’aurais souhaité qu’il comprenne…
Bien entendu, je n’espérai pas qu’il ait une illumination uniquement grâce au rythme de mes pas… mais c’était un début…


J’entendis bientôt le bruit de sa respiration qui s’intensifiait à mes oreilles, m’indiquant qu’il était juste à quelques mètres de moi…
Je haussai donc les épaules, l’ignorant royalement…
Néanmoins, il ne me laissa pas trop le choix et je fus bien obligée de le remarquer lorsqu’il vint brusquement se placer devant moi.
Frustrée, je m’immobilisai, attendant qu’il ne daigne riposter à mes attaques… 
J’en étais fatiguée à l’avance, moi… et mon soupir en fut l’aimable témoin…


… Il souriait largement… me laissant tout à fait suspicieuse…             
Méfiante, je l’observai sans ciller, veillant toujours à ne rien laisser transparaître dans mon regard presque inquisiteur…
Il fit alors une sorte de courbette que je qualifierais d’idiote, avant de se redresser et de me gratifier d’un nouveau sourire plus sincère tandis que ses yeux prenaient une lueur plus chaleureuse… Dirais-je respectueuse ?


Puis, il me lança gentiment :


" Bravo pour m'avoir tenu tête Emiko ! "



De qui se moquait-il à présent ?! S’il croyait que j’allais prendre ses « félicitations » pour argent comptant, il se mettait le doigt dans l’œil… jusqu’au coude, même !
Et son sourire ! Je l’aurais bien effacé moi-même d’un coup de poing mais ce n’aurait pas été très fair-play… et puis, la violence, contrairement à ce que l’on pourrait penser en vue de mon comportement vis-à-vis de ce type là, ce n’était pas vraiment mon truc…
J’avais toujours préféré la discussion, un dialogue ouvert et fructueux… mais avec lui… c’était utopique…


Et c’est alors qu’il me tendit la main, me laissant véritablement perplexe…
Que voulait-il cette fois ?!
Du coin de l’œil, je lorgnai cette paume offerte avec une incrédulité colérique…


" Je suis Eiji ! Désolé pour tout ça ! C'était pour te taquiner juste ! "



A cette phrase, il ajouta un clin d’œil mutin, qui me laissa de marbre…
Me taquiner ? Me TAQUINER ?! Il avait de bien drôle de manière pour taquiner les gens ! Des manières qui, en outre, me déplaisaient au plus haut point !
Il ne fallait pas exagérer !
Par contre… je devais reconnaître que ses excuses me ravissaient car elle signalait qu’il avait compris, qu’il ne recommencerait plus… normalement…


Ainsi donc, il était « désolé »… Oui moi aussi… plus que lui-même…
Il n’aurait pas du faire toutes ces choses et aucune excuses ne pouvaient me les faire oublier…
Honnêtement, j’étais quasiment traumatisée par les gestes indécents qu’il m’avait fais subir…
Alors lui pardonner était simplement hors de question !


Son visage se crispait au fur et à mesure des secondes qui s’écoulaient et moi je me demandais quand il se déciderait à rabaisser sa main…
En d’autres circonstances, je m’en serais probablement amusée mais là…
Non, je n’allais pas la prendre, je ne lui ferais pas ce plaisir !
Après tout, m’avait-il fais « plaisir » lui en agissant de la sorte ?!


Et puis, je voulais voir ça réaction… Le faire un peu enrager…
Histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce…
Ou alors, je pouvais aussi repousser violemment cette main généreusement tendue… juste pour voir son expression défaite…


Oui, je pouvais lui cracher que je ne voulais pas de ces excuses, qu’il n’avait pas idée à quel point elles m’indifféraient et que c’était trop tard pour revenir en arrière, lui apprendre qu’on ne revenait pas ainsi sur le passé et que c’était la raison pour laquelle il fallait toujours peser ses mots et ses actes… lui dire que ce qu’il avait fais n’avait rien de drôle, que c’était purement vulgaire et immoral…


J’aurais aussi pu prétendre à ce rôle de « méchante aigrie »… et ça aurait peut-être soulagé mon honneur blessé…
Ça me ferait un bien fou de le remettre clairement à sa place, à l’écraser comme il l’avait fais… d’accentuer cette esquisse de vengeance que j’avais tracé en le faisant tomber à genoux devant moi... et…


Toutefois, mes doigts fin et fragiles, soudain tremblants, se glissèrent jusqu’aux siens avec une hésitation palpable…
Je frémis à son contact… ( Embarassed )
C’était étrange… quelque seconde plus tôt, je le maudissais, imaginant pour lui un destin bien dramatique et cependant, à cet instant précis, juste l’espace d’une minute, j’avais oublié tout ce qui s’était passé entre nous…


Je ne pouvais pas me permettre de laisser parler ma rancœur… et… je n’avais jamais été très rancunière…
Si nous devions nous supporter pendant un temps, autant qu’il soit le plus agré… enfin disons, le moins pénible possible…


Mes prunelles inexpressives et insondables comme à l’accoutumée se posèrent alors sur lui avant de se planter avec assurances dans les siennes.


« - Emiko… » Prononçai-je dans un léger soupir.


Autant repartir de zéro… Même si nous avions tenté de le faire un peu auparavant et que cette tentative n’avait guère était concluante…


« - … J’acceptes vos excuses »

Enfin, j’essaierais de faire abstraction du début de notre histoire, aurait été plus exact mais bon… entrer dans les détails ne servaient à rien, ici…
Tiens, je m’étais remis à le vouvoyer… bizarre…
Bah, sans doute l’effet de ma colère qui s’estompait progressivement pour faire juste place à ma frayeur…
Ce garçon était dangereux, je le savais… mais comment m’en tenir éloigner alors que nous étions sur le départ d’un long voyage qui allait inévitablement nous pousser à nous côtoyer et à discuter ?                                                  
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 18 Sep - 18:22 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon alors !
J'en étais où moi ?!
Ah ouais ça me revient !
J'vous ai déjà raconté le bout où je lui tends la main hein ?
...
Donc ouais, je reprends !
Je lui ai tendu la main, et j'attends de voir sa réaction...


Et...
Même si une nouvelle fois ses yeux ont pas changé du tout, restant impassibles, elle...
Hein ? Nani ?!
Elle accepte ?!
Bah finalement elle acceptait mes excuses on dirait !


Là, pour raconter en détail, j'attendais, les secondes passaient et passaient, et les minutes... les heures aussi d'ailleurs, les jours, les semaines... Non j'arrête de déconner ! ( )
Et là qu'est-ce que je vois...?
...
Allez, devinez !
...
Mais non !
Pourquoi je verrais une énorme tortue avec des cheveux d'un coup ?!
Vous dites que je débloque, mais mon auteur a un grain lui aussi on dirait...


( Moi : Eiji si tu continues ta merde je change de perso !
Eiji : Rien à foutre raconte mon histoire enfoiré !
Moi : ...d'accord... mais plus un sale mot sur moi ! )


Donc voilà, avant qu'on continue, je tiens à vous dire que mon auteur est génial !
C'est un grand maitre de la littérature... et...
( Arrête tes conneries, ferme la maintenant ! )
Oui !!! Et donc vous allez entendre la suite de l'histoire !!! ( )


Donc je tends ma main à la demoiselle, et là, je vois la sienne... ( de main, pas de demoiselle Mr. Green ) Je vois la sienne qui commence à s'approcher !
Je me dis : Youpi ! Elle veut faire la paix !
Allez Emiko, sors le calumet chérie !
Bon, elle me tend donc sa mimine, mais fébrilement, c'était pas la super poignée de main non plus !


Et enfin !
Nos mains entrent en contact !
Génial !!!!!
Comme le reste de son corps, une partie super douce !


Là de nouveau elle plante ses yeux dans les miens !
Je sais pas pour quelle raison d'ailleurs !
Vu l'inexpression qu'ils affichent les trucs, je vois pas comment ça pourrait me faire quoi que ce soit !
Mais bon, bref, là j'entends sa voix résonner timidement...



« - Emiko… »


Ce nom dans sa bouche avait une saveur plus agréable encore...
et...
J'étais fier de moi !
Bah ouais, elle se prêtait à mon jeu, et acceptait de repartir d'un meilleur pied !
C'était cool !
Surtout de sa part !
Franchement elle aurait pu m'envoyer chier, mais non, elle avait été courtoise et avait viré, comme elle pouvait à mon avis, sa rancoeur vis à vis de moi !


Là, elle s'arrête pas et enchaîne...



« - … J’acceptes vos excuses… »


Oulà !
Ça c'était pas du trop bon...
Elle accepte mes excuses ? Comme ça ?
Elle devait m'en vouloir grave à mon avis, mais elle voulait pas le montrer !
Mais elle devait encore avoir cette fureur pas loin en elle...


Et... "vos" ?!
Y'a deux minutes elle était là, à me cracher presque au visage, me dominant complètement et en disant un truc genre "tu vois quand tu veux être docile"...
Et là... là elle me sortais "j'accepte vos excuses" !?


Non mais y'a un malaise là !
Hey j'ai pas changé mon coeur, c'est toujours moi Eiji !
Eiji le héros qui te sauve de ce mauvais pas dans cette histoire de pélerinage ! ( )


Bah ouais fallait régler ce problème là... rapidement...
Ça valait mieux pour elle...


Moi, je m'abaisse alors, ramenant sa main vers moi, et je lui fais ce que les gens de la haute-société appellent un baise-main...
Pour moi c'est juste le "Super Ultra Coup du Rattrappage de la Mort du Retour du Grand Eiji n°4" !
...
Ah, bah non, j'avais pas de numéros une, ni deux, ni trois... ( )


Bon, je vous file mon secret...
C'est parce que comme ça, ça attirait les filles pour revenir à chaque fois vers moi...
Elles voulaient voir les trois premières techniques...
Alors elles revenaient tout le temps, pour espérer avoir droit à mieux !
Oui, je tombais pas sur des filles super intelligentes d'accord...
Disosn que les filles que je côtoyais étaient plus du genre à avoir le corps, mais pas l'esprit...
C'était très joli comme type de fille... Pour s'amuser une fois comme ça...
Mais un corps même sublime, sans rien à l'intérieur tu t'en lasses, croyez-moi !


J'en ai connu des cruches !
D'ailleurs j'en ai s... euh non, j'allais rien dire !
Je changeais de sujet justement !
Je disais donc...
...
D'ailleurs j'en ai s... souvent croisé que des idiotes comme ça, mais Emiko était de la catégorie de fille number one !
Réunissant physique, intelligence, et caractère...
The perfect girl ?!
...


Donc bref, je lui fais un baise-main, et la regarde en souriant avant de lancer...


" Enchanté Emiko... "


Après ça je me relève, et lâche délicatement sa main...
Bah ouais je suis pas une brute non plus !
Bon, mon regard la détaille malgré moi... Sisi malgré moi je vous jure !
Moi je l'aurais reluquée, pas détaillée... ( )


Là je reprends mon air un peu moins souriant, et presque pensif...
Je remets mes deux mains derrière la tête, et commence à parler de nouveau parce que...
Quelque chose me chiffonait...
Les chefs de clan devaient nous donner leur bénédiction...
Mais si ma femme me vouvoie alors que je la tutoie, au bout d'un moment ils vont trouver ça louche, donc, valait mieux se mettre à l'aise tout de suite...
...
Non pas en se déshabillant !
... Enfin... Pas tout de suite...
Ça on s'en occuperait le soir... ( Rolling Eyes )
Et fallait arrêter se vouvouiement stupide...


Je la regarde alors, l'air un peu inquiet, et lui dit...


" Par contre princesse, va falloir commencer à me tutoyer... Une mariée qui vouvoie son mari, on risque de passer pour des gens louches..."


Très louches même...
Je m'imaginais déjà la jolie fille en train de me tutoyer à toutes les sauces, génial !
Eiji, tu veux manger ? Eiji, tu veux qu'on aille là ? Eiji, tu veux dormir avec moi ? Eiji, tu veux que je me déshabille ? ...


Oulà !
Je dérivais complet moi !
Bon bref, j'attendais devant elle, qu'elle prenne une décision quant au vouvoiement, et ne la quittait pas des yeux...
D'ailleurs j'avais tellement de mal à ne pas regarder son décolleté que je prenais appui sur son nombril qui y apparaissait, pour ne pas que mes yeux ne remontent un peu plus haut...
Un peu plus haut ?
Ah oui, ici...
Et voilà, mes yeux y étaient plus haut...


Donc j'étais en attente, observant malgré moi la demoiselle...
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 19 Sep - 10:40 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Je le fixai, ma main toujours au creux de la sienne…
Son contact était chaud… étrangement agréable… comme le sourire dont il me gratifiait…
Hein ?! Quoi ?! J’ai dis agréable ?! Heu… et bien… heu… disons que ce n’était pas aussi horrible que j'aurais pu le supposer de prime abord... ( Embarassed )
Vous n’allez quand même pas vous faire encore des idées ?!


Donc bref, j’avais l’impression d’être aspirée par son regard d’une profondeur insoupçonnée…
Où était passé cet individus détestable et sans pudeur ?
J’avais l’impression qu’il était soudain métamorphosé en ce garçon au sourire ravageur… Heu non, charmeur ! C’est charmeur que je voulais dire… ! ( )
Et d’ailleurs, ce sourire me laissait de marbre, comme vous pouvez l’imaginer…


Mais c’est vous aussi, vous m’embrouillez ! Laissez-moi poursuivre tranquillement, enfin !
Voilà, j’essayais donc de me convaincre que c’était impossible, que je devais me méfier… ne pas baisser ma garde sous prétexte qu’il arborait une mine si amicale…
Ben oui, c’était toujours la même personne au fond…  


Mes prunelles rougeoyantes mais inexpressives peinaient pour garder cette distance que je voulais immiscer entre nous…
Ben oui, j’avais connu une proximité assez grande avec lui pour toute ma vie !
Ou plutôt que j’avais été la malheureuse victime de cette proximité…


Et alors que je venais de décider deux secondes plus tôt de lui rendre la vie infernale et de lui faire amèrement regretter ses gestes déplacés, j’étais à présent en train de lui accorder le bénéfice du doute quant à sa personnalité…
Lui, lunatique ? Non… du tout, du tout… …  c’était bien pire que ça ! 


Si je lui en voulais ? Oui, sans conteste mais je voulais surtout tirer un trait sur le commencement de notre vie en « couple »… Nous étions partit sur un bien mauvais pied…
Mais peut-être cela pourrait s’améliorer, même si lui pardonner totalement me paraissait un peu onirique à ce moment précis…


Après tout, il faisait partie des « Autres », … du sexe  opposé… et il ne faisait certainement pas exception…
Ils étaient tous les mêmes, inutiles de se faire des illusions…
C’est aussi pourquoi j’avais ardemment souhaité une vie de célibat…
Mais mon géniteur… encore un homme… en avait décidé autrement, avait pris les choses en mains et avait forcé la mienne pour qu’elle se lie à celle d’Eiji…


Tiens en parlant de mains, je sentis soudain mes doigts en mouvement et, de ses lèvres toujours souriante, le shinobi vint y déposer un baiser qui me stupéfia… ( )
Que faisait-il ?! Je ne comprenais pas…
Quelques minutes auparavant ce n’était qu’un rustre d’une impolitesse exacerbée et à présent il faisait preuve envers moi d’un grand respect, s’inclinant presque devant moi comme on l’eu fait face aux grandes Dames de ce monde… 
Ce n’était pas logique !


Ou… ou peut-être était-ce pour me taquiner… pour se moquer de mon vouvoiement…
Me traitant comme je me comportais à ses yeux : en « duchesse »…
Histoire de souligner mes propos et mes gestes maniérés et, oserais-je l’avouer, … timorés…
De nouveau suspicieuse, je ne protestai pas, gardant le silence comme allié… 


Puis, sans se départir de sa mine bienveillante, il me salua dignement…                      


" Enchanté Emiko... "



Et moi donc…
Non, je devais arrêter ça… de toute manière l’ironie ne m’allait vraiment pas… ( Rolling Eyes )
Ensuite, ma main retrouva sa liberté lorsqu’il la lâcha doucement, me permettant de la faire, lentement mais gracieusement, retomber le long de mon corps…


C’est alors que l’expression amicale qu’il abordait se mua légèrement, devenant plus pensive…
Vaguement inquiète en songeant à ce qu’il pouvait penser, à l’idée qu’il puisse être en train de réfléchir à son prochain mauvais coup…
Ma méfiance naturelle reprit alors le dessus et mes yeux imperceptiblement adoucit reprirent instinctivement leur froideur originelle… enfin, disons plutôt habituelle… car plus jeune ce n’était pas le cas, croyez-moi…


On me disait même autrefois qu’on pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert…
Pour sûr que mes prunelles étaient le reflet de mon âme à l’époque…
Je ne parvenais jamais à dissimuler la moindre émotion… et elles me trahissaient bien trop souvent à mon goût…
Mais j’avais appris à les contrôler, comme le reste… et elles étaient rapidement devenues insondables…
C’était une méthode comme une autre de me protéger… et moi, des méthodes j’en étais pleine…
Je refusais de courir le risque de souffrir encore par Sa faute… par leur faute…


Alors, comme on efface la craie sur un tableau d’écolier, j’avais chassé mes rêves… les miens, pour ne plus garder que les leurs…
C’était le meilleur moyen de n’être jamais déçus…
Mes ambitions ? Je les avais oublié… … du moins je désirais l’avoir fais…
Croire en un avenir bien à moi était utopique et ça ne pouvait que me nuire…
La preuve était sans conteste ce garçon… Je ne l’avais pas choisi, on me l’avait imposé et pourtant je ne me révoltais pas…
A quoi bon ? Ça n’aurait mené à rien, juste à me créer des ennuis…


J’aurais voulu me confier à quelqu’un, lui dire tout ce que à quoi j’aspirais et que je n’obtiendrais jamais… mais qui pouvait se prétendre digne de confiance ?
Le seul être en qui j’avais confiance auparavant m’avait trahi, m’abandonnant lâchement aux mains de Kenji, sans se battre… remettant elle aussi cela sous le coup du destin…
Ma nurse, celle que je considérais comme une mère véritable…
Si j’avais confiance en moi ? … Hum… c’était vite dis…
Disons que je ne me craignais pas comme je craignais mes semblables, mais mon assurance était totalement feinte…


Me tirant de cette réflexion, le ninja reprit alors la parole.


" Par contre princesse, va falloir commencer à me tutoyer... Une mariée qui vouvoie son mari, on risque de passer pour des gens louches..."



Là, il me surprenait de par l’intelligence et le bon sens de cette phrase…
Oui, il n’avait pas tort… cela pourrait être assez mal venu devant les chefs de clan… surtout que nous devions mimer le parfait amour, pour ne pas les froisser…
Quelle galère…


Je… non mais je rêvais là ?!
Le voilà de nouveau en train de me… enfin de me détailler de trop près…
Et vas-y que je te reluque sans gène, et vas y que je me rince l’œil sans ta permission !
Non mais !
Il ne manquait pas de culot après ce qu’il m’avait fais d’oser continuer, d’oser se prêtait à ce « jeu » là…
A cet instant j’aurais très bien pu régler cette affaire en le remballant d’une façon aussi directe que celle avec laquelle il me reluquait !
Mais bon… Je doutais de pouvoir ainsi changer son comportement impudique…


Quoi qu’il en soit, j’hochai la tête, acquiesçant bon grès mal grès.


« - …  Soit, je vous… je te tutoierais… puisque nous n’avons pas vraiment d’autre choix… »



Je m’interrompis alors, les mains sur les hanches, l’air lointain.


« - Par contre, je vous… enfin, je te serais reconnaissante de bien vouloir garder tes yeux dans tes poches… mariés ou pas… » Déclarai-je, atone.



Ben oui, c’était un minimum ! Si nous devions vivre ensemble, autant mettre quelques petites règles au point…
Je n’avais donc rien à ajouter à cela…
Nous étions unis, mais seulement sur les papiers, pour le reste… c’était loin d’être gagné… et j’espérais avoir étais assez claire là-dessus…
Oui, nous venions de repartir de zéro, ce n’aurait pas été plaisant de devoir nous disputer encore sur un sujet aussi futile…


Puis je poussai un soupir résigné, détournant enfin mon regard neutre du sien, avant de contourner le jeune homme et de faire quelque pas et de tourner la tête en sa direction…


« - Allez, en route… »



Nous n’avions pas toute la vie devant nous… ou plutôt si, mais je ne comptais certainement pas la passer près de lui…
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 19 Sep - 20:26 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Hey !
C'est bon me revoilà !
Excusez pour la pause-pipi qu'a été un peu longue, mais en fait j'ai fait la grosse commission, et y'avait plus de papier dans les trucs...
D'ailleurs je crois que c'est un coup du nain que j'ai viré tout à l'heure...( )


Bon, bref, je reprends l'histoire !
Alors j'en étais à...
Ah oui, je lui avais dit de me tutoyer parce qu'on allait paraitre louches devant les chefs de clan...
Après pour le fait que mes yeux la détaillent encore, je.. bah je le nie pas, mais vraiment cette fois, je le faisais pas exprès... Pour de sûr !


Donc bon, j'attends de voir sa réaction...
Là, elle acquiesce, et hoche la tête, comme pour me signifier "wakata", et commence à s'exprimer de sa douce voix vibrante..



« - … Soit, je vous… je te tutoierais… puisque nous n’avons pas vraiment d’autre choix… »


Ah !
C'est bon de se sentir aimé comme ça !
Quelle joie !
Quel bonheur !
Quel...
Okay, j'arrête mon sarcasme émotif ! (HEHE)


Bon, c'était donc à contre-coeur qu'elle allait devoir me tutoyer..
La pauvre !
Se retrouver obligée de discuter familièrement avec un brigand de mon espèce !!!
...
Bah elle s'y ferait, elle avait pas vraiment le choix en plus !
Mais elle se rendrait vite compte à quel point je suis attachant, et irrésistible...
C'était qu'une question de temps...


Là elle pose ses mains sur ses hanches, et semble se perdre totalement en regardant au loin...
Sublime...
Et dans cette posture, assez sexy aussi... ( Rolling Eyes )



« - Par contre, je vous… enfin, je te serais reconnaissante de bien vouloir garder tes yeux dans tes poches… mariés ou pas… »


Et vlan !
Haha !
Ça m'apprendra à la regarder d'un peu trop près...
Quoique, je ne me lasserais jamais du corps de cette demoiselle !
Il fallait être aveugle pour pas lui succomber...
D'ailleurs même ça j'en doutais ! ( )


Bon bref, revenons-en à la charmante Emiko.
Là dessus, elle pousse un soupir, genre "alala, me coltiner ce mec quoi..."
Elle sort de mon regard, et me contourne tranquillement, tout en continuant son chemin...
Pas gênée elle ! ( )


Ah c'était plutôt animé entre nous, c'est le moins qu'on puisse dire !
Finalement, je me tourne, pour la garder dans mon champ de vision, et c'est alors qu'elle tourne sa tête dans ma direction.



« - Allez, en route… »


...
Oui Chef !
Non, je rigole là, mais son ton n'était pas autoritaire !
Enfin, moi je l'ai pas pris comme ça...
Pour moi elle était juste abattue par la situation, et avait hâte qu'on en finisse..
...
Donc, bon...
Maintenant, à mon tour d'agir !


Je me rue alors de nouveau devant elle, et lui barre la route, mon sourire narquois sur les lèvres..


Elle venait d'imposer ses régles...
A moi d'imposer les miennes...
Enfin, ça c'était juste pour la taquiner sur les faits précédents...
Je commence alors à la regarder, et, prenant un air faussement et abusivement gêné, je lance ma phrase...


" Alors dans ce cas, moi je veux que tu arrêtes de me reluquer comme un morceau de viande dès que j'enlève un vêtement ! "


Haha !
Oui je la cherchais là, mais c'était pour voir dans quel état elle se mettrait !
J'avais hâte de le découvrir, et attendais ça avec une impatience de fou !


Je me rapproche alors lentement d'elle, vient la regarder dans le blanc des yeux, et pose mon regard dans le sien, un léger sourire commence à étirer mes lèvres...
Je prends comme quelques minutes plus tôt, un air assez étrange, super position ultra pensive de Moi-même, comme si quelque chose me turlupine...
Vous voyez pas ? Bon je vous montre...


(Eiji s'execute, et fait un bide total...)


Bon bah tant pis, au moins vous voyez maintenant ! ( )
Et je continue !
Donc je prends cet air là, et lui sors d'un coup...


" Faudra avoir l'air plus amoureux aussi... Ou au pire... plus proches..."


D'accord j'en profitais pour l'embêter et la taquiner, mais...
Bah ce que je disais je le pensais, si on se pointait devant les vieux mecs en se tutoyant mais en se tirant la gueule, ils vont vraiment se poser des questions les types !
Z'imaginez un peu !
Allez Emiko, t'y vas d'abord ou c'est moi ?
Tais-toi, t'es qu'un idiot !
...


Là le tutoiement ne ferait aucun effet...
Bon, pour l'amour... qui sait, ça pouvait arriver !
Mais personellement, même si elle refusait l'amour, je ne serais pas contre un petit rapprochement physique... ( Rolling Eyes )
...
Non j'ai pas dit dans le lit !
Ma parole vous êtes des pervers !
...
Bon...
D'accord ça m'aurait pas dérangé non plus...
Et j'y pensais très légérement...
Mais très légérement c'est tout ! ( )


Mais bon, l'important, c'est que derrière ça, je quitte les yeux rougeoyants de Emiko, et que je me retourne.
Là je fais quelques pas, et je me mets accroupi sur le sol...


Fini la rigolade...
Enfin, pour un temps seulement...
On alait devoir se supporter, alors autant entrer directement dans le vif du sujet...
De plus, je voulais en savoir plus sur elle, donc c'était une bonne occasion, juste avant notre départ...


Je tourne alors la tête vers elle, avec un regard vraiment plus doux, et lance alors...


" Dis Emiko... ton vieux te traite souvent comme ça...? "


Ouais ça m'inquiètait de le savoir...
Bah disons que je la voyais comme une petite princesse de fille de chef de clan, mais que en vérité, je ne savais rien d'elle...
Je pouvais pas la juger comme ça...
Fallait la connaître u peu d'abord...


Enfin, pour juger l'intérieur...
En ce qui concerne l'extérieur, je m'étais déjà fait une idée ! ( Razz )


J'attendais alors sa réponse, tout en prenant le soin de ne pas laisser mes yeux glisser sur son corps, en tenant, accrochés à son regard...



HJ spécial : Je t'aime namour ! ( Embarassed )
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 15:10 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

J’attendais donc, encore me diriez-vous, qu’il se mette en marche… pour que nous puissions enfin commencer ce fichu pèlerinage… 
Je ne bougeais pas, restant figée dans ma position actuelle, le visage fermé mais toujours tourné dans sa direction…
Peu importe ce qu’il me répondrait ou ce qu’il ferait désormais, ça ne changerait rien au fait que nous étions sur le point de partir, de nous embarquer dans une aventure pénible et… périlleuse…
Pour moi surtout…


Oh non, je ne parle pas ici des épreuves que nous réservaient encore les chefs Anakima, non… je parle du danger que représentait pour moi ce jeune homme un peu trop attirant… ( Embarassed )
Je n’oubliais pas ce qu’il avait fais et le lui reprocherais encore longtemps après cela d’ailleurs, mais je ne pouvais nier qu’il avait un certain attrait sur moi…


Peut-être à cause de son petit côté « anarchiste »… ou le fait qu’il semblait bien plus naturel, plus lui-même, que personne ne l’avait jamais été avec moi…
En effet, les gens s’étaient toujours retenus en ma compagnie, comme on le fait lorsqu'on croise un être dangereux ou important…


Lui, … lui était indécent, arrogant, moqueur et bien d’autres qualificatifs me passent par la tête mais je ne vous les énumérerai pas…
Je ne voudrais quand même pas entacher sa réputation plus qu’elle ne l’est déjà… ( Laughing   )


Mais, quoi qu’il en soit je devais lui reconnaître cette qualité : il ne mentait pas, il ne se cachait pas…
Ce qui, dans certaines circonstance, n’était peut-être pas si positif que ça d’ailleurs… car un peu de retenue ne faisait pas de mal parfois…


Moi, j’étais différente de lui… Depuis bien longtemps j’avais revêtue un masque, montrant aux autres une fille que je n’étais pas véritablement…
Mais n’était-ce pas une obligation dans la vie ? N’était-on pas obligé d’agir ainsi pour se protéger ?


Tous ceux que j’avais côtoyé le faisaient pourtant… tous sauf lui…
Sans doute ne lui avait-on jamais appris la nécessité de la faire, ou juste ne la concevait-il pas…  ou alors je me trompai complément et il ne différait pas de nous comme je le croyais… et montrait une façade joviale et pleine d’énergie pour dissimuler qui il était vraiment…


Après tout, cela ne m’aurait guère surpris…
Et bien oui, n’avait-il pas commencé par ce montrer méprisable et sournois avant de m’apparaître tel qu’il était à cet instant ?


Enfin, c’était un mystère que je n’étais pas prête d’éclaircir alors autant le mettre de côté en attendant de le résoudre…
Et puis de toute façon, il ne me laissa pas le temps de pousser plus en avant cette réflexion car il se précipita devant moi, me barrant de nouveau la route, comme pour me signifier qu’il n’en avait pas finis avec moi…


Ciel, il n’abandonnait jamais ?! Qu’avait-il encore à ajouter ?! Nous nous étions pourtant tout dit ! Et je n’avais rien de plus envie de parler,  moi ! … ( )
Maintenant, je voulais marcher et me reposer, … profiter du silence pour réfléchir et me calmer… me laisser bercer par mes pas et par la beauté d’un paysage que j’allais découvrir pour la première fois…
Ben oui, sortir du village : c’était une grande première pour moi !
Néanmoins, pour mon » mari » cela ne devait pas être surprenant… rien d’innovant pour lui…
C’était un ninja et les ninjas avaient l’habitude de sortir de Taki et d’être envoyés aux quatre coins du monde pour une mission x ou y…  
Moi, j’éprouvai une certaine curiosité pour toutes ces contrées inconnues que je n’avais pu qu’imaginer toutes ces années…  même si c’était sans grand enthousiasme que je quittais mon foyer…


Plus jeune, j’avais demandé à mon père de me raconter, de tout me décrire… Il avait refusé violemment et s’était mis en colère. Cela ne me concernait pas, je n’avais pas besoin de savoir et j’aurais mieux fais de me concentrer sur l’objectif
Oui, « papa »…
Je n’avais plus posé de questions, me contentant de feuilleter quelques livres traitant du sujet qui prenaient la poussière dans la vieille bibliothèque familiale…


Bref, revenons-en à Eiji qui me gratifiait d’un sourire railleur…
Je le fixai donc, sans ciller… mais fus quelque peu étonnée de le voir prendre une mine gênée qui paraissait... horriblement fausse…
C’était bien la première fois que je lui voyais ce genre d’expression et je supposai, perspicace, qu’elle était aussi feinte que ma froideur habituelle…  


" Alors dans ce cas, moi je veux que tu arrêtes de me reluquer comme un morceau de viande dès que j'enlève un vêtement ! "

... ... ( Shocked )
L’espace d’une seconde, peut-être même d’une demi-seconde, une moue perplexe, incrédule mais aussi embarrassée vint prendre possession de mon visage.
Comment ça ?!
Non mais quel toupet !
Il se mettait presque nu devant moi, sans la moindre honte et me sermonnait maintenant d’avoir jeté un œil à sa silhouette ! 
De plus, il exagérait ! C’est à peine si je l’avais regardé ! Car, croyez moi, j’étais bien plus mal à l’aise que lui malgré la situation ! …
J’avais une pudeur, moi ! Et une morale aussi !
J’avais une folle envie de le rabrouer mais je gardai le silence… me répétant qu’entrer dans son jeu ne servirait à rien et que ce serait lui faire plaisir que de me prêter à la colère qui montait en moi…


Drapée dans ma dignité vaguement froissée, (le drap et la dignité d’ailleurs ^_^’ ), je restais immobile… insondable…
Pas question de lui faire deviner les sentiments qui m’habitaient ! Ah ça non !


C’est alors qu’il se rapprocha de moi, pensif, m’arrachant un imperceptible mouvement de recul suivit d’un frisson d’origine inexplicable…
Il plongea ensuite son regard dans le mien qui resta inexpressif, comme vide de toutes émotions… et pourtant des émotions j’en avais n’en doutez pas une seconde ! Surtout quand il était si, près de moi !


" Faudra avoir l'air plus amoureux aussi... Ou au pire... plus proches..."


Haha… très drôle…
Il voulait peut-être que je lui saute dans les bras et que je l’embrasse par-dessus le marché celui là ?!
Non mais j’vous jure ! ( )
Et puis avoir l’air plus amoureuse ? Qu’est-ce que ça voulait dire exactement ?!
Je ne pouvais pas faire mieux que ça ! Déjà que je le tutoyais !
Il ne se rendait pas compte des efforts que je faisais !
Quant à paraître plus proche… heu… je nous trouvais suffisamment proche physiquement à ce moment précis, si vous voulez mon avis…
( Non vous ne le vouliez pas ? Tant pis vous l’avez eu quand même ! Wink )


En outre, il me paraissait difficile de me rapprocher de cet individus… j’avais bien trop peur pour ça…
Oh et puis je ne demandais pas au chef de clan de juger mon « couple » juste de me donner leur bénédiction !
Ils n’allaient quand même pas exiger que nous soyons un mari et une femme profondément épris l’un de l’autre, un modèle pour les futures générations ! ( )
Mince alors !


Cependant, je savais bien qu’il me faudrait donner le change, que je devrais sembler amoureuse…
C’était tellement compliqué tout ça !
Faire croire à mon entourage que j’étais dénué de tout ressentit, que je n’étais qu’une poupée, une coquille sans âme, était tellement plus facile que de mimer les sentiments, de mimer un bonheur que je n’avais jamais goûté ! …


L’amour ? … Oui, mais ce mot à la consonance si douce, presque paradisiaque ne signifiait rien encore pour moi… Je ne le connaissais pas alors comment faire semblant de baigner dedans ?   


J’avais vécu dans une indifférence toutefois exigeante, j’ignorais les gestes, les mots réservés à ceux qui nous sont chers…
Je n’avais pas reçu donc je n’avais pas appris…
Ma nurse, ma mère aussi, avait de l’affection pour moi mais tout cela était tellement lointain à présent…


Me tirant de ces désagréables et douloureuses pensées, le garçon lâcha mes prunelles, qui se voilèrent légèrement, avant de se retourner…
Comme je l’avais fais précédemment, il avança un peu, avant de s’accroupir, m’offrant une vue magnifique sur… son dos … ( Rolling Eyes )
Que faisait-il maintenant ? Pourquoi prendre une telle posture ? 
Décidemment j’avais beaucoup de mal à le suivre…


Une servante m’avait dit un jour que les hommes et les femmes étaient en tout points différents mais pourtant avaient été créé pour s’assembler et s’aimer…
Elle m’avait dit : « Mon petit, si tu ne comprends pas un être de sexe opposé, ne réfléchis pas, ne te pose pas de questions car tu n’auras jamais les réponses… Contente-toi d’accepter ses réactions, de les tolérer et ainsi il tolérera les tiennes, car sois certaine qu’il ne te comprend pas plus que toi tu ne le comprends…»
           
Incrédule, j’avais insisté… et la femme m’avait demandé si seulement je concevais toujours les raison qui me poussaient à agir comme je le faisais…
J’étais restée muette… Si on ne se comprend pas soi-même, espérer des autres qu’il le fasse à votre place, est tout à fait injuste et inapproprié… 


Puis, cette charmante vieille dame avait comparé les femmes et les hommes à deux espèces distinctes… Nous étions les chats et eux les chiens… On ne pouvait pas vraiment se comprendre mais on pouvait communiquer primairement et s’accepter… vivre en harmonie… pour peu que l’on s’en donne la peine…


Par contre, pour ce qui était de moi et de mon « époux » je doutais que nous puissions vivre aux côté de l’autre, dans une paix relative, sans que ça ne tourne au vinaigre à un moment ou à un autre…
Nous n’étions tout simplement pas fait ni pour nous entendre ni pour nous comprendre…
Si j’avais essayé à cette époque ? … Heu… pas vraiment… ( )
J’avoue que ça me paraissait futile de dialoguer avec lui…
Pourquoi ? Parce qu’en me taquinant de la sorte, il m’avait encore une fois donné la preuve de notre incompatibilité…
D’ailleurs en tant que chat errant, je n’aimais pas les chiens. Ça s’arrêtait là…


Puis, tandis que je m’amusais silencieusement de cette étrange image, mon compagnon posa les yeux sur moi, effleurant ainsi mon regard….
Il paraissait si doux, si bienveillant, brusquement que j’en fus quelque peu déstabilisée…
Je peinais même à soutenir ses prunelles pétillantes d’une lueur que je ne connaissais pas et qui m’effraya vaguement…


" Dis Emiko... ton vieux te traite souvent comme ça...? " 


Tiens… il revenait à la charge avec cette question… Il me l'avait déjà posé précédemment mais n’avait pas attendu ma réponse, pour mon plus grand soulagement…
Cela le tourmentait-il à ce point ?! Ça devait lui trotter dans la tête pour qu’il réitère cette phrase…


Mais ces mots me paniquèrent sans que je ne sache vraiment pourquoi…
Etait-ce parce que je refusais de me confier ou que c’était une « intrusion » dans l’intimité de mon esprit ? Ou juste parce qu’abordait ce sujet fâcheux avec moi n’était pas la meilleure chose à faire ?


De nouveau, je croisai les bras contre moi, dans un mouvement d’autoprotection instinctif…
Et sans même que je ne le réalise, mes yeux fuirent les siens, se posant alternativement sur tout ce qui se trouvait près de nous mais refusant d’entrer en contact avec ceux de mon interlocuteur… 
Je ne savais absolument pas quoi répondre à cela… mais il attendait que je dise quelque chose ! N’importe quoi !


Heu... mon géniteur ? S’il était souvent comme ça ? Tout dépendait de ce que l’on entendait par comme ça, il pouvait être pire ou…
Mon esprit était brutalement embrouillé… et mon corps soumis à une bien étrange mais très intense tension…
Je ne voulais pas trahir mon passé et mes sentiments ! Je…
Kenji était comme les autres, non ? Tous les pères étaient comme lui, non ?

Allez, respire, et lance toi Emiko même si ta voix est hésitante :


« - Et bien… heu… mon… mon père est un homme… très respecté… oui, très respectés… »


Nani ?! Pourquoi est-ce que j’avais répondu ça ! Il ne m’avait pas demandé comment était mon père ni son statut au sein du clan !
Pourquoi est-ce que j’avais parlé sans réfléchir ? Pourquoi avoir dit une chose si insignifiante qui, en plus, ne concordait pas avec ce qu’on me demandait ?!


« - Je veux dire… » Commençai-je pour me rattraper, un sourire des plus crispés se formant sur mes lèvres.
« - Mon père… a beaucoup de problèmes et de sujet de préoccupations, vous savez, alors il n’aime pas s’attarder et j’étais l’un de ces problèmes, on va dire… c’est pour ça qu’il peut vous avoir… enfin t’avoir semblé un peu... pressé… Il précipite souvent les choses, oui… mais il ne veut pas mal faire… »


... ...

Aïe Aïe Aïe ! ( )
Je pataugeais dans mes explications, je dirais même que je coulais à pique là !
Et puis, pourquoi avais-je besoin de me justifier ?
Et aussi pourquoi avais-je en quelque sorte pris la défense de cet homme méprisable ?! Ça n’avait pas de sens…
Masi non, tous les chefs de clan agissaient ainsi, je ne pouvais le blâmer pour ce mariage !
… Du moins pas publiquement…  
Mais je me sentais tellement révolté pourtant !


Mon sourire s’effaça alors… tandis que je plongeais dans un mutisme de quelques secondes…
Troublée, confuse, je me devais d’ajouter quelque chose ! De rectifier le tir !


« - Mais c'est tous les mêmes, pas vrai ? » Poursuivis-je sur un ton contrit qui divulguait sans peine mon malaise et qui fut suivit par un sorte de petite rire discret mais nerveux.


Je voulais y croire ! Je voulais me persuader que ce n’était pas ma faute, que tout le monde subissait le même « traitement »…
Inerte, je m’interrompis, avant de reprendre plus calmement.


« - … Et sinon, heu,… je vais mon possible pour paraître plus… proche… mais je ne te promets rien, bien sûr… …  On devrait pas y aller là ? »


J’étais tendue, c’était évident et si mon visage restait impassible, du moins autant qu’il pouvait encore l’être, mon corps lui était suffisamment révélateur…
Aussi éspérais-je  qu’il soit peu observateur…
Oui, j’espérais ardemment qu’il n’ait rien remarqué et que ce sujet soit définitivement clos…
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 18:53 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon bah je reprends la suite !
Donc je venais de lancer Emiko sur le sujet bouillant... le sujet qu'il fallait éviter...
Son père...
Est-ce que j'avais bien fait..?
... J'en savais rien du tout...


Je voulais juste savoir si il la traitait si lâchement assez souvent...
Ou si c'était son premier essai...
"Vendre" sa fille comme il l'avait fait était un acte abject !
Comment pouvait-il être si cruel ?!
Surtout avec sa propre gamine !


...


Bon d'accord, mon vieux n'avait jamais été mieux que ça, quoique... je ne connaissais pas assez, même pas du tout, le vieux Anakima pour le juger pire que mon père ou pas...
Disons que... ça nous faisait enfin un point commun, tout bien réfléchi, nos pères étaient des enfoirés !
...
Génial...
Tout le monde rêve d'avoir ce point commun n'est-ce pas...?


Bon, pour en revenir à la situation qui se déroulait, et cesser mon débat stupide sur nos vieux, je la regardais toujours, droit dans les yeux !
Son regard à elle, par contre, s'échappa de cette "emprise", et sembla chercher une accroche n'importe où, mais... sans grand succès apparemment, vu qu'elle regardait dans toutes les directions, légérement paniquée peut-être...
Et pour accompagner ses yeux, elle croisa les bras, témoignant de la "contrariété" qui semblait la gagner...


J'entendis alors sa voix hésitante se faire écho...



« - Et bien… heu… mon… mon père est un homme… très respecté… oui, très respectés… »


...
Euh Emiko, ma question c'était juste s'il était souvent aussi horrible avec toi, c'est tout... ( )


Ça montrait bien qu'elle cachait quelque chose...
Ou plutôt qu'elle refusait d'avouer quelque chose...
Apparemment parler de son vieux la mettait plutôt mal à l'aise, et pas besoin d'être devin pour comprendre qu'elle lui en voulait !
Même plus qu'à moi !


Non, sans déconner !
Moi je la taquinais, mais son père l'avait vendue, abandonnée...
Il lui avait fait du mal, c'était obligé !
Moi elle se rappellerait plus tard de mes actes de l'époque en rigolant et en se foutant de ma gueule avec son mari et sa petite famille autour d'elle... ( )


J'étais pas méchant...
Je sais pas si j'étais un gentil non plus, mais une chose est claire !
Jamais j'avais voulu lui faire de mal à cette petite !
Et depuis ça a pas changé ça !


Mais bref, retour sur la suite d'explication de ma "promise", qui résonna, alors qu'elle arborait un sourire, mais ultra tendu ! ( )



« - Je veux dire… Mon père… a beaucoup de problèmes et de sujet de préoccupations, vous savez, alors il n’aime pas s’attarder et j’étais l’un de ces problèmes, on va dire… c’est pour ça qu’il peut vous avoir… enfin t’avoir semblé un peu... pressé… Il précipite souvent les choses, oui… mais il ne veut pas mal faire… »


Nani ?!
Mais c'était quoi cette excuse là ?!
J'avais envie de lui dire : Hey Emiko, c'est pas à toi de le justifier tu sais...
Je pense qu'il est assez grand pour le faire lui-même...


...


Et puis...
Un de ces problèmes ?! Emiko ?!
Non mais attendez, Emiko, cette superbe fille là, avec son tempérament de feu, cette demoiselle là, elle était un "problème" ?!
En quoi elle pouvait l'être ?!
Et... Penser ça de sa propre fille, excusez-moi, mais ce mec était un connard !


Mais c'est la fin qui me touche vraiment !
Elle dit quoi...? Mais il ne veut pas mal faire...


...


Emiko...
Je...
Je sais que t'es une grande fille, et ça... je suis sûr que tu le penses pas...
Bah oui, ou alors il a vendu sa fille en voulant bien faire ! ( )
Oh !!!
Quel bonté d'âme, j'en pleurerais !
Non, sans rire ça m'énervait !
Il avait l'air horrible, surtout avec elle, et elle, elle le défendait encore !


Et puis, plus un mot, plus un sourire, avant de lancer un...



« - Mais c'est tous les mêmes, pas vrai ? »


Non ce n'est pas vrai, justement...
Je...
Moi aussi j'avais eu un sale vieux ! ( )


Le mien m'avait marié sans mon accord, nous étions en froid depuis longtemps, et il ne m'avait jamais vraiment traité comme un fils... Alors...
Mais celui de Emiko était pire lui !
Le mien avait accepté le mariage pour l'argent !
Le vieux Anakima par contre n'en tirait rien...
Alors quoi ?!
Le simple plaisir de rendre sa fille malheureuse est plus fort que tout pour lui ou quoi ?!
Je le comprenais pas, sérieux...


La demoiselle laissa filtrer un léger rire dû à sa nervosité, et après un nouveau temps d'arrêt, elle reprit...



« - … Et sinon, heu,… je vais mon possible pour paraître plus… proche… mais je ne te promets rien, bien sûr… … On devrait pas y aller là ? »


Pfiou !
Parler de son père ne la mettait pas dans l'euphorie, c'est le moins que l'on puisse dire...
Et... elle tentait de quitter le sujet, mais raaaaah !
Elle avait l'air trop triste... La pauvre ! ( )


Et elle me disait qu'elle essayerait de paraître plus proche... elle... elle ne s'était pas rendu compte que c'était ce qu'elle venait de faire...
Pas physiquement hein !
Mais elle s'était ouvert un petit peu à moi, et avait l'air vraiment adoucie par rapport à avant...

Moi je me redressais alors, et là je viens vers elle...
Je la regarde dans les yeux, sans perdre ma mine bienveillante, mais contenant une pointe de tristesse tout de même...
Là je décide de parler...


" Non, j'en ai connu d'autres, et.. ils ne sont pas tous comme ça... Disons juste qu'on a pas eu de chance toi et moi..."


Voyant sa mine paniquée, je préférais ne pas en rajouter...
Autant faire profil bas...
Nos vieux étaient des salauds, et c'était comme ça...
Pas la peine de blablater inutilement là-dessus...
L'histoire à vivre c'était la notre, celle à Emiko et moi !
Peu importe les conneries des vieux croutons !


Je la fixais alors, prenant ma mine la plus douce possible, avant de lui souffler...


" D'accord Emiko... Allons-y ."


On commence à marcher, et tout ça continue de trotter dans ma tête...
Je me dis : Mais merde !
On laisse pas une jolie fille comme ça dans un tel malheur !
Elle a l'air grave malheureuse !
Alors mon ptit Eiji, tu vas te remuer un peu les fesses, et faire quelque chose !


Là je monte alors sur un rocher juste à côté de nous, et me retourne pour la regarder...
Je fais un grand sourire, et lance ma phrase...


" Tu sais ce que je fais moi quand j'ai pas la forme ou que je vais pas bien...? Et bah je me force à rire super fort, jusqu'à ce que ça aille mieux..."


Je lui souris encore plus...
D'ailleurs là j'étais au max ! ( )
Je sentais même que j'avais mal de trop garder la bouche grande ouverte comme ça...


Là je la regarde encore, et souris plus gentiment (Ouf ! ).
Je redescends alors du rocher et arrive près d'elle d'un bond !
Je la fixe une nouvelle fois dans les yeux et termine...


" Tu veux essayer ? je le fais avec toi..."


Je prends une grande inspiration, pose mes mains sur les hanches, et me force à rire tout haut... ( Laughing )


" HA HA HA HA HA HA HA HA HA !!! "
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep - 14:55 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bien campée dans cette posture nerveuse et défensive, je priais donc pour qu’il me suive et ne contre pas cette tentative de changement de sujet…
A quoi bon parler de mon père ? Cela ne nous apporterez rien, ni à lui et encore moins à moi !


Cet homme, Kenji,… il ne m’avait jamais aimé et c’était un fait réciproque alors pourquoi s’encombrer de son image dans mes souvenirs ?
Je voulais l’en chasser, le faire disparaître mais…
Comme pour ce mariage, je ne pouvais plus faire demi-tour, c’était une réalité que je ne pouvais nier… que je ne pouvais oublier…   
Simplement une vérité… celle de mon père et celle que je devais apprendre à considérer comme la mienne…


Avoir des enfants, le plus possible, pour la renommée des Anakima ? … …
Non cette idée, je ne parvenais pas à la tolérer, elle m’était inacceptable… et ce n’était pas faute d’essayer de l’assimiler…
Mais pour cela, il aurait d’abord fallut laisser un homme m’approcher et…
Non, j’étais navrée, mais c’était au-dessus de mes forces…
Je ne voulais pas cela ! Je voulais… mais qu’est-ce que je voulais au fond ?


La solitude ? Etait-ce à ça que j’aspirais ? …
Honnêtement, je l’ignorais mais ce qui était certain c’est que je refusais ce à quoi l’on m’avait destiné…
Etait-ce par pur esprit de contradiction ? Etait-ce dans le but de me démarquer et d’exprimer pour une fois mon opinion, mon individualité ? Peut-être… peut-être pas…


Oh et puis zut ! J’étais un être à part entière avec des idéaux et des concepts particuliers… uniques !
On ne pouvait me forcer à faire ça… c’était une chose qui avait bien trop d’impact …
Une influence considérable sur une existence…
Je n’étais pas prête et je doutais de pouvoir l’être un jour…


J’étais entièrement dévouée à mon clan, comprenant son importance capitale qui surpassait de loin celle qu’une fille comme moi pouvait avoir, néanmoins, égoïstement, je ne pouvais me résigner…
Et sans doute que mon mépris pour la gente masculine n’y était pas étranger…
Je répugnais de souffrir davantage par leur faute ! Que pouvait-il m’apporter hormis la douleur et la déception ?


Alors, désireuse d’évacuer cette tension, je me tordais les doigts discrètement, espérant évincer de mon esprit perturbé toutes ces pensées néfastes…
Pourquoi avait-il fallu qu’il pose cette question stupide ?! Est-ce que moi je m’immiscer dans sa « vie »… dans son vécu… Non, je…


Je ne pouvais pas le blâmer…
Il ne savait rien… Il ne pouvait pas comprendre et même si j’avais voulu le lui expliquer il n’aurait sans doute pas conçus l’objet de mon trouble…
Il aurait été catégorique dans un sens ou dans l’autre et n’aurait pu imaginer l’origine de mon hésitation…
C’était logique, personne ne pouvait se mettre à ma place… C’était à moi de prendre une décision…
Etre docile et obéir en ravissant les Anakima ou… refuser et apporter le déshonneur en me faisant qui plus est renier… ( )


C’est alors que le garçon se mit en mouvement, attirant ainsi mon attention...
Il revint se positionner face à moi, plantant ses prunelles dans les miennes, qui cherchaient encore et toujours à les éviter…
Je craignais de n’y lire des sentiments que je n’aurais pu supporter… la pitié, la condescendance… ou bien d’autre chose de ce style…
Et pourtant, croisant furtivement ses pupilles je n’y trouvai que désolation et chaleur… ce qui me rendit plus mal à l’aise encore…


Je me morigénai alors. Je n’aurais jamais du lui dire de telles phrases ! Pour quoi est-ce que je passais désormais ?! Je n’étais qu’une petite idiote ! Ça m’apprendrait à tourner sept fois ma langue dans ma bouche !


" Non, j'en ai connu d'autres, et… ils ne sont pas tous comme ça... Disons juste qu'on a pas eu de chance toi et moi..."



Non ! Non, non, non et non ! Je ne voulais pas entendre ça ! Je refusai de comprendre ! Je refusai de l’accepter !
Pourquoi insistait-il ? Pourquoi ne pas me laisser mes illusions ?! Pourquoi ?!
La chance n’avait rien à voir là-dedans ! On m’avait appris depuis longtemps, que nous n’avions que ce que nous méritions, que rien n’était laissé au hasard, que nos punitions venaient du ciel directement ! …
Tout était une histoire de karma… et… ce qu’il disait… ça signifiait que… que j’avais été punis en naissant de ce père anormalement cruel…
Qu’avais-je bien pu faire dans mes vies antérieures pour subir un tel châtiment ?!
C’était trop injuste !


Mon expression devint soudain crispée tandis que mes mains collés, comme emboîtées l’une dans l’autre se serrèrent brutalement… et même la mine bienveillante de mon compagnon ne put adoucir mon cœur lacéré… purulent de souvenirs pénibles…


" D'accord Emiko... Allons-y. "


Lâcha-t-il dans un souffle, détendant considérablement l’atmosphère… Enfin, il se décidait, enfin il acceptait de faire cesser cette torture morale que je m’étais infligé à moi-même tout le temps de cette « conversation » au sujet de mon géniteur…
Lui… il avait énoncé son « vieux » comme il le dénommait et apparemment il n’avait pas était plus gâté que moi à ce niveau…
Mais le passé devait le rester… Enfermé dans une petite mallette jeté sans ménagement au fond leur mémoire… dans les oubliettes…


Puis, mon « mari » se mit en route et je le suivis sans mot dire… l'esprit comme vidé… J’avais l’impression d’avoir perdue toute mon énergie au cours de cette bataille menée contre moi-même…
Tête mi basse, mon regard rivé au sol, j’avançai… je continuai mon chemin vers un avenir meilleur… ou disons vers un avenir plus clément…


Brusquement, mon interlocuteur sauta sur un rocher près de nous et, incrédule, je posai mes iris insondables sur lui…
Que faisait-il cette fois ? Une acrobatie ? Cherchait-il à me taquiner de nouveau ou…


" Tu sais ce que je fais moi quand j'ai pas la forme ou que je vais pas bien...? Et bah je me force à rire super fort, jusqu'à ce que ça aille mieux..."



Hein ? ( Shocked ) Qu’est-ce qu’il baragouiner ce coup-ci ? Je peinais vraiment à le suivre…
Et son sourire large… très large même… tellement que l’on eu dit qu’il recouvrait la moitié de son visage, me laissait à penser qu’il ne préparait pas un mauvais tour, faisant ainsi taire ma méfiance instinctive…   


Et puis… c’était un remède bien étrange… dont je remettais en question l’efficacité…
Moi quand je n’étais pas au meilleur de moi-même, je m’isolais et je… je chantais faisant passer l’ampleur de ma détresse au travers de mes cordes vocales… évacuant mon chagrin par ce procédé peut-être aussi insolite que le sien…


... ... ( Embarassed )

Il avait l’air si doux, … si gentil à cet instant… que l’envie me pris de me laisser aller, de me dévoiler enfin mais… une sonnette d’alarme résonna brutalement dans mon esprit, me perçant les tympans au même titre que cette « abcès » de folie qui avait germé en moi…
Je devais me calmer immédiatement ! Me reprendre ! Ce n’était pas le moment de céder !
Et… c’était un étranger ce type !


D’ailleurs, le type en question redescendit de son perchoir avant de continuer, amplifiant encore ma perplexité.


" Tu veux essayer ? Je le fais avec toi..."



... ... ( ) 

Il ne devait pas être très sein d’esprit, lui… Comme si j’allais me mettre à rire avec lui surtout pour… rien…
C’était déjà tellement rare que je rigole… alors n’abusons pas tout de même !
Je l’observai, les sourcils imperceptiblement froncés… Je ne lui étais pas hostile, j’étais juste désorientée par son comportement… son comportement presque enfantin à mes yeux…   


Mais le shinobi n’attendit pas ma réponse et se mit à s’éclaffer bruyamment les poings sur les hanches…
Surprise, je le fixai, les yeux légèrement écarquillés, l’écoutant sans comprendre ce qu’il attendait de moi et de tout ceci au juste…( )
C’était une comédie à laquelle je ne voulais pas me prêter…
Pourtant le voir rire de la sorte était à la fois attendrissant et… hilarant…
Quelle technique stupéfiante…


Lentement, sans je que je m’en rende compte, un sourire… pas un de ces sourires dont je l’avais gratifié plus tôt, mais un véritable sourire se dessina sur mes lèvres…
Mon regard perdit un peu de cette froideur coutumière, brillant d’une lueur nettement radoucit…  et… bientôt, un rire… pur… un rire cristallin mais surtout un rire sincère m’échappa…
Oh c’était autre chose que celui qu’il était en train de pousser, mais j’avais ris pour de vrai… grâce à lui… et mieux, je venais de mettre entre parenthèses mes sombres réflexions et sortir du mutisme obscurs qui était le mien auparavant…

« - Eiji, je… » Commençai-je sans trop savoir quel serait la suite de mes mots… ( Embarassed )


Le remercier ? … … … … Certainement pas ! Je ne pouvais pas faire ça !!! ( )


« - C’est une bonne méthode… Je me souviendrais du conseil… »


Je me sentais bizarre… C’était inexplicable… Que devais-je faire maintenant ? Lui rendre l’appareil ? Me montrer reconnaissante ? Ou juste faire un pas vers lui comme il venait de le faire ? …
Je… c’était tellement compliqué ! Malgré tout, il restait l’un d’eux, l’un des semblables de mon père et… mais ce dernier avait-il jamais agit comme venait de le faire le shinobi ?


J’hochai alors la tête, sans me départir de mon sourire… Allez, un petit effort ! Paraître amicale !!!


« - … C’est ce qu’on vous apprend à l’école ninja ou c’est juste ton art personnel ? » Poursuivis-je d’un ton mutin qui ne me ressemblait pas…



Voilà ! Je l’avais dis… ça ne m’avait pas arraché la langue mais… ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas porté d’intérêt à un autre que moi…
Je me remis à marcher, doucement, l’incitant du regard à en faire de même…   
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep - 16:24 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon...
Avant de poursuivre ce récit, je vous propose une petite pause de cinq minutes...
Allez manger ou boire quelque chose, fumer une clope pour certains, au pipi room aussi, et dépéchez-vous, c'est pas le moment de se chopper une maladie, et oubliez pas non plus que le nain a bouffé tout le papier alors...
Tiens, toi là ! Oui, toi qui se désintéresse de mon histoire avec la chemise de merde, prête-la nous justement...
Voilà, vous avez de quoi vous essuyer... ( Laughing )


...
Cinq minutes plus tard, les gens sont de retour...


Ah vous revoilà !
Bon, maintenant que vous êtes en condition, on va pouvoir continuer !
Donc j'étais là, descendu du rocher, planté devant elle...


Soi-dit en passant, je vends mon ouvrage, "Comment passer pour un con en une leçon par Eiji A.", Alors n'hésitez pas à le feuilleter...
Il raconte ma super technique qui consiste à se forcer à rire... et c'est tout... ( )


Bon, j'avais les poings sur les hanches, et riais aussi fort que possible, me forçant au maximum à rire, dans un effet des plus... débiles...( )


Emiko, elle, me regardait avec les yeux comme des billes...
Ouille... Là elle devait me prendre pour un paumé complet c'était sûr ! ( )
Mais...
Bah tant pis, je jouais ma chance jusqu'au bout, et je continue de m'esclaffer !


...


Allez Emiko, fais-le juste !
Arrête de réfléchir et ris avec moi !
Je...
Je faisais pas ça pour moi...
Enfin, je le faisais toujours pour moi fatalement...
Disons que le fait que mon père puisse être ainsi avec moi me faisait toujours du mal, et oui, même derrière ma carapace de désinvolture totale...
Il était alors la seule personne à avoir réussi à me toucher...
Le problème, c'est qu'il n'avait pas été très délicat, et... bah bref, c'est un con, pas la peine de parler de mon vieux... ( )


Donc moi, si je faisais ça, c'était pour moi, mais surtout pour elle...
Elle se retrouvait là sans l'avoir demandé, son père était apparemment ignoble, et... le voyage à mes côtés ne semblait pas l'enchanter...
Il fallait lui changer les idées, et... je connais pas meilleur remède que le rire pour remonter le moral aux gens...


Pas de tristesse comme ça, y'a intérêt que notre pélerinage soit jonché de sourires !
Je m'en porte garant !
Je ferai en sorte que ce voyage se passe bien...
Et... je ferais un petit quelque chose pour la demoiselle aussi...


Bah ouais...
Laisser les gens à leur triste sort c'était pas mon truc, bah hey ! J'avais une réputation à tenir moi !
Je me rapprochais d'elle ?!
Non mais où vous allez chercher tout ça ?
... N'importe quoi...
C'est juste que bon, j'avais un grand coeur voilà ! ( )


En plus de ça, elle méritait quand même qu'on fasse un peu d'efforts pour elle...
Alors okay, j'en ferais... un peu...


Et là, je vois ses yeux qui genre s'adoucissent, et sa bouche qui commence à s'étirer...
Non ?!
Pas possible !
Ça marche !
Elle va sourire !
J'vais réussir ! ( )


Un magnifique sourire apparait sur ses lèvres, avant que...
...
Incroyable...
Un doux et fin rire très sincère sortit de sa petite bouche !
... ( Razz )


Je l'avais fait, elle... elle avait ri...
Elle avait ri !
...
Et elle se mit enfin à parler, tout en gardant ce sourire dévastateur, et... si doux...



« - Eiji, je…C’est une bonne méthode… Je me souviendrais du conseil… »


Et maintenant elle reconnaissait les bienfaits de ma fameuse technique du rire forcé !
Génial !
J'étais carrément aux anges moi !
Deux minutes avant elle tirait la tronche, quand on parlait de son père, et là, elle avait un sourire de folie, et me disait que j'avais fait quelque chose de bien pour une fois !


...


Comme ça me rendait heureux...
Je... Le simple fait de la voir sourire comme ça, et de l'entendre rire, je...
Je me sentais vivant, c'était... bizarre...
Bah ouais, bizarre, c'est la première fois que je me sentais comme ça !
Je comprenais pas trop, mais préférais pas y penser...
Je l'appréciais cette fille, juste... voilà... ( Rolling Eyes )


Elle hocha la tête et continua, sans quitter cette merveille de sourire...



« - … C’est ce qu’on vous apprend à l’école ninja ou c’est juste ton art personnel ? »


...
Mmm mmm...
Donc elle était pas kunoichi elle ?!
Oulà, laisse tomber la confiance excessive en moi de la part du vieux pour la protéger tout seul...


Mais bon, l'important c'était que non...
C'était mon art perso ! ( Cool )
Je l'avais développé seul, et avais réussi à le faire mûrir et fructifier avec le temps !
C'était un travail de longue haleine qui m'avait demandé beaucoup d'énergie...
Mais j'avais réussi à élaborer ma technique du rire instantané ! ( Wink )


En tout cas, Emiko avait vraiment l'air différente...
Plus ouverte, plus sympathique, ne se refermant pas sur elle-même, et visiblement plus heureuse...
Que c'était bon de la voir comme ça !
Elle était agréable et joueuse à la fois, me taquinant comme je le faisais depuis notre rencontre...


Elle reprend alors doucement sa marche, et me jette un regard su-blime ! ( )
Comme pour me signifier de la suivre...
Je... Wahou !
Comment résister à ces yeux-là...?
Moi j'étais genre hypnotisé tu vois !


Alors bon, je lui emboîte le pas, en souriant toujours...
Là dessus, je prends une mine mi fière, mi gênée, en la regardant, et lance...


" Ça c'est ma technique à moi mam'zelle ! C'est comme qui dirait, ma botte secrète... et je vais la nommer..." je me stoppe quelques instants, réfléchissant au nom, et assurant le suspense. "...Technique qui fait apparaitre le plus joli sourire du monde..."


Et je la gratifie d'un nouveau sourire.
Oh oui je le pensais, son sourire était une merveille, et je voulais le voir plus souvent...
Disons que... toujours aurait été une bonne moyenne... ( )


Et là un sorte d'éclair de génie me vient à l'idée !
...
Pourquoi est-ce qu'on fait tout ça...?
J'veux dire, le pélerinage et tout...
Nous on est assez grands pour choisir la voie qu'on veut, et pas juste suivre celle que nos vieux avaient tracés !
On était des personnes avec une âme nous aussi ! Et on était capable de faire nos propres choix !


Je me tourne alors vers la demoiselle, attrappant son bras à hauteur de l'épaule avec ma main, brusquement, mais délicatement, de sorte à ce qu'elle se retrouve face à moi...


Je devais lui balancer mon opinion là-dessus, parce que... peut-être qu'elle me suivrait dans mon idée !
En plus... elle était pas heureuse ici, c'était clair, il fallait agir !


Une lueur pleine de vie, d'espoir et de ruse était dans mon oeil !
Okay, ça fait beaucoup pour une seule lueur ça... ( )
Mais j'y peux rien, c'était comme ça, point !


Et là, je lui lance...


" Et pourquoi on arrêterait pas tout ça...?! J'veux dire, on part, et... et on oublie cette histoire de pélerinage ! On revient plus à Taki, et on va vivre ailleurs ! ... Enfin, j'veux dire... si tu veux pas rester avec moi tu peux partir de ton côté... Mais qu'est-ce que t'en dis ? "


D'accord, mon idée peut paraître idiote...
Et... elle l'est sûrement...
En y repensant, j'ai l'impression que j'étais un gamin à ce moment là...
Cette...
Cette tactique que j'élaborais pour notre bonheur à tous les deux... elle était nulle...


Mais...
Pourtant à l'époque...
J'y croyais, et.. je m'accrochais très fort à cette idée...
Comme une bouée de secours...
On était dans une sale situation, et...
La seule solution qui me venait c'était ça...
Et moi... moi j'y croyais fort, comme un enfant...


Un enfant qui ne sait rien de la vie, et.. qui continue de rêver...
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep - 19:59 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

J’avançai d’un pas lent, un sourire accroché aux lèvres… Cette expression ravie refusait de quitter mon visage d’ordinaire si impassible et au fond, ça avait quelque chose d’effrayant…
Le charisme de ce garçon avait brisé mes défenses en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire et à présent je me sentais démunie… sans protection face à l’adversité du monde…


Honnêtement c’était à la fois terrorisant mais… étrangement apaisant pourtant… comme de se laisser aller au chagrin après l’avoir trop longtemps contenu, ou de s’abandonner à une étreinte que vous attendiez contre toute raison mais que vous ne vous autorisiez pas…


Lui… il avait su rendre à mon âme un peu de lumière… une lumière que je pensais disparue à jamais et qui m’avait lâchement déserté toutes ces années…
Comme s’il avait gratté le vernis en surface pour laissait apparaître ce que j’étouffais malgré moi…


Mais je ne devais pas succomber à cette sensation inhabituelle… Je ne devais pas oublier… ni mes convictions ni le mal que m’avaient fais ses semblables… 
Toutefois je peinais à me garder ça à l’esprit pour l'instant…
Une nouvelle vie commençait et une partie de moi était fermement décidée à en profiter et à rattraper le temps perdu et ce peu importe les cris de la raison ou des cicatrices du passé…


Oui, cette partie voulait rêver, voulait retrouver ses illusions d’antan et… atteindre le ciel dégagé qu’elle entrevoyait désormais masqué autrefois par les épais nuages sous lesquels elle avait grandi …


Mais moi, je m’opposais vivement à celle-ci… Je n’allais tout de même pas fermer les yeux sur mon vécu sous prétexte qu’il était derrière moi ! L’expérience que j’avais de la vie était ma seule force et je ne pouvais l’abandonner juste à cause d’une supposition qui me murmurait doucement que tout s’arrangerait, que je serais heureuse maintenant…


C’était faux bien entendu ! Je ne pouvais être heureuse ! Certainement pas en compagnie d’un jeune homme, aussi séduisant et drôle soit-il !
Je ne pourrais être sereine que dans la solitude alors…
Cependant, la solitude peut-elle seulement mener au bonheur ? Le bonheur en est-il vraiment s’il n’est pas partagé ?


J’aurais aimé y croire… néanmoins… je l’avais recherché toute ma vie, et ma vie avait globalement était une vie de solitaire pourtant je ne l’avais pas trouvé… alors cela signifiait peut-être que je ne m’employais pas comme il le fallait, que je faisais fausse route, non ?
Oh et puis à quoi bon songer à cela ici et à ce moment précis ?
La réponse n’allait pas tomber du ciel, d’autant plus que je la cherchais depuis longtemps déjà et qu’elle ne m’était encore jamais apparut… je doutais donc qu’elle le fasse soudain, miraculeusement…


C’était étrange tout de même… cette situation, je veux dire…
Dix minutes plus tôt, je n’aspirai qu’à incendier cet impudent et brusquement je… je riais avec lui et une étrange chaleur m’envahissait…
Trouvez le sens à cet enchaînement insolite d’événements… mais fait le sans moi parce qu’à trop y réfléchir je commençais à avoir mal à la tête… ou bien était ce parce que je n’étais pas habituée à tant de bruit…

J’entends par bruit la voix de mon interlocuteur…
D’ordinaire les gens se taisaient en ma présence, pour mon plus grand contentement d’ailleurs…
Mais bon, c’était comme ça… et, je vous avouerai qu’il ne me déplaisait plus de l’entendre « jacasser » comme on le dit familièrement… ( Rolling Eyes )


Il ne me fallut pas attendre longtemps pour que « mon époux » me rejoigne, me gratifiant d’un nouveau sourire qui me semblait plus beau chaque minute…
Et là, il se décida à ma répondre avec une assurance teintée paradoxalement d’une vague confusion :


" Ça c'est ma technique à moi mam'zelle ! C'est comme qui dirait, ma botte secrète... et je vais la nommer..."



Il s’interrompit, me laissant patienter, sans doute pour titiller ma curiosité… ce qui fonctionna à merveille je le reconnais… ( )
J’étais pendue à ses lèvres… au sens figuré bien sûr !
Arrêtez de vous faire des films un peu !



"...Technique qui fait apparaitre le plus joli sourire du monde..."



… … ( Embarassed )
Heu… je… tiens, il faisait chaud brusquement…
Non mais il me complimentait là ? Heu… non… il ne le pensait pas, bien entendu !
Il devait juste dire ça pour me faire plaisir, hein !  
Quoi qu’il en soit, ça marchait à moitié… enfin disons au trois quart là…
D’ailleurs une rougeur avait pris place sur mes pommettes et mes yeux reflétaient sans mal mon étonnement…
Si je m’attendais à ce qu’il dise un truc comme ça ?! 


Et cette « technique » loin de me détendre, m’apparut tout à coup inappropriée… et malvenue… et… prétentieuse !
Il devait dire ça à toutes les demoiselles qui passaient dans son sillage.
Qu’est-ce que je croyais ?! Que j’étais la première ?! Une privilégiée ?! Pfff…
C’était juste une méthode de « drague » et il s’attendait sûrement à ce que je lui tombe dans les bras comme toutes les autres !
Il pouvait toujours courir ! Ce n’était pas mon genre ! Je n’étais pas « domptable » aussi facilement ! ( )


Mon regard se fit plus distant mais il ne parut pas le remarquer et m’offrit un nouveau sourire… Moi, je restais enfermée dans un mutisme offensé…
En plus c’était risible ! Moi, le plus beau sourire du monde ? N’importe quoi…
Il y en a qui ne savait vraiment plus quoi inventer !


Je continuai à avancer sans plus me préoccuper de lui mais c’est alors que je sentis une main s’abattre subitement sur moi au niveau de l’épaule et je fis un demi tour sur moi-même pour me trouver nez à nez avec Eiji, le corps tendu à l’extrême…
Je frémis à ce contact et de nouveau la peur s’infiltra en moi…
Que voulait-il ?! Pourquoi un tel geste ?!
Heureusement, l’explication ne tarda pas…


" Et pourquoi on arrêterait pas tout ça...?! J'veux dire, on part, et... et on oublie cette histoire de pèlerinage ! On revient plus à Taki, et on va vivre ailleurs ! ... Enfin, j'veux dire... si tu veux pas rester avec moi tu peux partir de ton côté... Mais qu'est-ce que t'en dis ? "



… … ( )
Oh oui, c’était une belle perspective, très belle même mais … chimérique, utopique dirais-je !
C’était impossible ! S’il croyait que je n’y avais pas pensé, il se trompait lourdement !
Mais bientôt, j’eu de la peine pour lui, il paraissait tellement convaincu du bien fondé de sa proposition, comme un gamin sûr de lui alors qu’il se lance, les yeux clos, sans ce préoccuper du danger qui le guette, dans l’inconnu…


L’inconnu… oui, justement, il ne connaissait rien à mon père, ni à mon clan, il ne pouvait mesurer l’ampleur de leur détermination… Ils iraient jusqu’au bout et j’étais seule contre eux… Je ne pouvais pas lutter…
Me dresser contre tous ces gens puissants ? Non, ça n’avait aucun sens…


Si je tentais une fuite éperdue, ils auraient tôt fais de me rattraper et nous serions tous deux punis, car il n’avait pas encore réalisé que désormais il était l’un des notre… l’un des Anakima… et que, par conséquent, il était enchaîné lui aussi au bon vouloir des chefs…
Comme moi, il devrait apprendre à se soumettre corps et âme… et,… et je ne le lui souhaitais pas…


Lui, il était fait pour la liberté, c’était plus que visible, il n’avait pas de barrière et était maître de son existence, dictateur de ses choix…
Il avait grandit dans un monde si différent du mien… un monde que je lui enviais…


Je poussai un soupir déchirant et las… presque désespéré… Que lui dire ? Lui avouer tout cela ? Le mettre en face à sa situation et aux responsabilités qui venaient de lui incomber ?
Non, je…
Mes yeux redevinrent insondables, tentant de masquer la douleur que cette histoire me faisait… et que son fol espoir amplifiait…


Plantant mes prunelles neutres dans les siennes, mon sourire ayant disparu, remplacé par une expression impassible, je le fixai un instant…


«  - Eiji… c’est impossible, désolée… »  Commençai-je, atone



Je baissai la tête, puis dissimulant plus encore mon ressentit, repris ma marche… avant de m’arrêter à un mètre de lui… et de secouer faiblement la tête…


« - … Ce serait long à expliquer mais… des gens comptent sur moi et je… je peux pas partir comme ça… Mon… Mon clan est vaste et également répartit dans ce monde, donc… donc même si je le voulais je n’échapperais pas à ce pèlerinage… »



Soudain, un éclair de panique traversa mon regard et je me félicitai qu’il ne puisse le voir… Et s’il m’abandonnait ? Si son désir de fuite était plus fort que le reste ?  …  Que ferais-je ?
C’était pénible de le reconnaître mais j’avais besoin de lui… vraiment besoin…
S’il me faussait compagnie, je n’osais imaginer le châtiment qui me serait attribué ! …


Je tournai alors la tête vers lui, avec un nouveau soupir…


« - … … M’accompagneras-tu, Eiji ? »
Revenir en haut
Eiji Ashitaka
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep - 21:06 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Bon bah moi...
J'en étais à...?
Oui, mon fol espoir utopique !
Y'en a qui suivent c'est bien !
D'ailleurs tu m'as l'air un peu trop érudit toi, je sais même pas ce que c'est qu'un fol espoir utopique !
Pour un peu tu me racontes des conneries ! ( )


Ouais bon, je laisse passer pour cette fois et je reprends notre histoire...


Alors je viens de faire part à mam'zelle Anakima de ma super idée...
On peut s'enfuir, et bye bye le pélerinage !
On plie les gaules et on va s'installer dans un nouveau village !


Franchement j'en étais fier de mon idée !
Allez Emiko, on se taille ma fille !
En route, et direction... Chez nous !


J'attendais juste un "oui"...
Moi c'est tout ce que je voulais...
Juste un petit "oui"...


Simplement qu'elle accepte...
Et...
Qu'on puisse quitter ça...
Tout ça...
Moi ?
Me faites pas rire, j'avais rien à en tirer, qu'on continue ou qu'on arrête...


...


Par contre, Emiko, elle, avait beaucoup à y gagner...
Je ne le savais pas vraiment encore, mais j'allais finir par le découvrir...
Je...
Si je tenais à ce qu'on arrêt...
C'était pour elle... Uniquement...


Mais alors que je croyais en mon idée comme le plus acharné des guerriers, elle poussa un soupir las, faisant s'écrouler mes jolies illusions comme un vulgaire château de cartes...
Avant même qu'elle ne prenne la parole, j'avais compris...
Elle...
Elle en paraissait dépitée, mais elle allait me dire "non"...
Elle allait balayer mon espoir d'un simple revers de la main...


Son sourire s'effaça, et ses yeux reprirent un aspect plus intouchable... Mais qui exprimait vraiment la tristesse qui devait l'habiter...
Elle parla alors...



« - Eiji… c’est impossible, désolée… »


Désolée ?
Je...
Je me fiche de ça...
C'était pour toi Emiko...
Mais je comprenais pas pourquoi elle refusait...
Ce n'était pas une obligation non plus...
Qui pouvait se permettre d'exiger quoi que ce soit de la part d'autrui...?


Elle baissa alors la tête, et s'éloigna tandis que je ne bougeais pas, le regard dans le vide, espérant que ceci n'ait été qu'un rêve, et que la demoiselle, la vraie, me dirait "oui"...
Mais non, c'était la réalité...
Il n'y avait pas d'autre solution...


Elle s'arrêta rapidement devant moi, et, de nouveau, elle prit la parole...



« - … Ce serait long à expliquer mais… des gens comptent sur moi et je… je peux pas partir comme ça… Mon… Mon clan est vaste et également répartit dans ce monde, donc… donc même si je le voulais je n’échapperais pas à ce pèlerinage… »


Des gens comptent sur toi ?!
Emiko, regarde-toi, tu es une frêle jeune fille...
Vis ta vie pour toi au lieu de la vivre pour les autres...
Et puis... Te marier de force et t'obliger à faire un pélerinage débile, tu appelles ça compter sur toi...?
Pour moi ils se servent plus de toi qu'autre chose mais bon...
Ça n'est que mon avis...


Et moi ?
Quel est mon rôle à jouer là-dedans Emiko...?
Si c'est toi que les gens attendent, pourquoi... Pourquoi suis-je ici ?
Qu'est-ce que je fais dans cette histoire...?
Je suis quoi ? Le mari de la fille des Anakima...?
C'est tout ce que j'étais maintenant ?


Ce rôle...
C'est ce que je suis... Pas qui je suis...


Ouais, je devais me rappeler cette phrase idiote !
Un ancien ami à moi me l'avait dite il y a bien longtemps, après que je me sois retrouvé en froid avec mes parents...
Aujourd'hui cet ami était loin, et je me devais de me ressaisir...
Pour Emiko...


Là elle tourne sa tête vers moi et achève...



« - … … M’accompagneras-tu, Eiji ? »


Je...
Mais bien sûr Emiko, je t'accompagnerai...
Est-ce que j'avais le choix en plus ?
J'avais promis...
Et une promesse est une promesse !
Je la suivrais n'importe où, je l'avais dit, je le ferais...


Tu n'auras pas l'occasion de douter de moi ma jolie, tu verras...
Je tiens mes promesses...
Même si nous devions affronter des crocodiles ou des "tricéraptors" ( Wink ), je serai à tes côtés, au moins jusqu'à la fin de ce pélerinage...


Je tente alors de masquer mon malaise...
Bah ouais je veux pas lui montrer comme je vais mal quoi...
Donc bon, je fais un petit sourire, les yeux légérement plissés, et pousse un petit "hé !", plus de gêne que de joie, vous l'aurez deviné...


Là, je me décide à bouger...
Je dois penser un peu à son malheur à elle aussi !
Alors je m'approche d'elle, je fais le tour, et arrive donc devant la demoiselle, je me baisse un peu pour être à sa hauteur, et lui fais un charmant sourire.
Là j'en profite pour lui caresser délicatement la joue avant de lui parler...


" J'ai promis de te suivre jusqu'au bout... Alors je crois que j'ai pas vraiment le choix... Une promesse est une promesse..."


Mon sourire grandit un peu, adoucissant mon air.
Là, je reprends ma main, et je me retourne pour commencer à avancer.


Je reste dos à elle, et commence à m'exprimer de nouveau...


" Mais alors dès que le pélerinage sera fini, on part toi et moi ! " Je me retourne alors vers elle, les yeux lumineux, et gesticulant un peu n'importe comment. " Une fois qu'on aura vu tous les vieux du clan, on s'en va ! " Mo sourire vient se faire une grosse place au milieu du reste. " On aura qu'à vivre n'importe où ! A Konoha ! Ou... au Pays des Vagues ! Où tu voudras ! " je m'arrêtais alors de bouger, la fixant avec mes yeux pétillants. " Alors... On le fera Emiko...? "


Voilà mes derniers mots du moment...
Je voulais que cette fois elle dise "oui"...
Pas un nouveau refus... Pas un de plus !
Là ça l'engageait à rien !
On finissait ce foutu pélerinage et on se taille !
C'était aussi simple que ça !


Mais commençant à la connaître, je me méfiais...
Disons que dans ma tête, c'était du 50-50...
Une chance sur seux pour qu'elle accepte...


Et...
On allait pas tarder à le savoir...
Revenir en haut
Emiko Anakima
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 22 Sep - 14:55 (2007)    Sujet du message: Mari et Femme ?! Répondre en citant

Je venais de lui demander si oui ou non il m’accompagnerait et honnêtement je me sentais stupide, honteuse de réaliser que je ne pouvais me passer de lui si je comptais obéir aux exigences de mon paternel…
Dépendre ainsi de quelqu’un, d’un homme plus précisément, me faisait horreur et je constatais à peine toute l’horreur qui émanait de la nature de cette union…
Un mariage arrangé pour assouvir les désirs malsains et démentiels d’un homme, un mariage totalement dénué d’amour et d’affection…


Eiji était coincé et il n’en était sans doute pas plus ravi que moi…
Les mains liées, enchaînés l’un à l’autre pour un avenir que nous n’avions pas accepté mais vers lequel nous avancerions envers et contre tout si le garçon choisissait de ne pas se libérer de ses chaîne dès maintenant…
Ma question était sa dernière chance et je doutais qu’il n’en ait véritablement conscience…
Peut-être aurais-je du me montrer plus explicite…


Le chemin que l’on nous avait tracé se refermerait sur moi s’il partait… je ne ferais pas ce pèlerinage ou… ou je le ferais, plus tard, … avec un autre…
Notre union serait brisée et Kenji ne tarderait pas à me pousser dans les bras du prochain venu…


Et… s’il refusait de se prêter au « jeu » de mon géniteur, je préférai ne pas imaginer la sentence qui tomberait sur moi…
J’avais tout à perdre, rien à gagner…
Un boulet (non, je parle pas d’Eiji enfin ! ) pesait sur ma fragile cheville et j’avais deux solutions le traîner dès à présent jusqu’au bout du monde et garder ce fardeau tout ma vie… ou… me l’ôter quelque temps, histoire d’avoir encore un peu de répit, et doubler son poids d’ici quelques mois…
Le calcul était vite fait… C’était le moment…


J’étais mariée à Eiji… J’étais vraiment mariée ! ( )
Cette réalité prenait peu à peu son sens, devenant plus tangible chaque seconde dans mon esprit perturbé…
Ça signifiait tellement … normalement car entre nous… ça ne signifiait absolument rien…  
J’en étais attristée…
Je n’avais jamais eu l’intention de cesser mon célibat mais si je l’avais fais j’aurais aimé que ce soit pour autre chose que des raisons financières ou administratives… voir d’héritiers en ce qui concernait mon père…
J’aurais aimé être une belle épouse en robe blanche pendu au bras d’un homme étincelant de beauté… et que la cérémonie soit inoubliable pour nous deux…


C’était le rêve de toutes les petites filles, non ? ( Embarassed )
… … Même si lui, comme les autres, je l’avais mis au placard bien des années auparavant en décrétant que jamais je ne romprais ma solitude et que jamais je n’endosserais le rôle de maman…
Tant pis, les choses étaient ainsi et je les acceptais avec flegme… en apparence car une part de moi se récriait, protestant contre ce traitement odieux et inacceptable…
Pourquoi n’avais-je pas droit à ce qui était acquis automatiquement chez les gens « normaux » ? Un libre arbitre, une liberté de décision… une liberté tout court…


Mon pouvoir me rendait-il tellement différente ? Je n’en avais pourtant pas l’impression… J’avais une âme, un cœur, … un côté obscur et un côté plus calme…
J’étais… humaine…
Et… n’était-il pas une chose que l’on ne pouvait ôter à l’humain ?


Vous l’aurez compris, à cet instant précis, je ne baignais pas vraiment dans le bonheur…
J’aurais voulu me retourner subitement, courir près de celui que j’allais devoir apprendre à considérer comme mon mari, et le supplier de m’emmener loin d’ici, loin de la folie de mon clan, de me faire découvrir ce monde fertile d’originalité et d’individualité où les barrières étaient simplement proscrites…
Ce monde auquel il paraissait avoir goûté, où la joie et la distraction surpassaient le devoir et les obligations…


Je le regardai, me démenant pour ne pas céder à ce sursaut d’impulsivité qui me dictait d’oublier ma rancune envers la gente masculine et de me laissait guider par cet être si imprévisible…
Je… Je voulais vivre comme je l’entendais mais… je n’avais pas le droit d’être si égocentrique !
Les Anakima avaient besoin de moi, et ils attendaient beaucoup de ma personne et même si je n’appréciais pas leur méthode, ils étaient… ma famille…


La famille, une notion qui me paraissait étrangère mais à laquelle je me raccrochais ardemment… car elle expliquait la dévotion que j’avais acquise et le sacrifice que je m’apprêtais à faire…
Ben oui, c’était un concept important, pas vrai ?…
Pour qui se battre plus que pour ceux qui partagent votre sang ?


Lui… il semblait plutôt mal à l’aise et je m’en voulu d’avoir posé cette question… de l’avoir en quelque sorte entraîné dans toute cette sinistre histoire…
Oh, ce n’était pas à proprement parler ma faute, je n’avais jamais souhaité cela mais… j’étais tout de même coupable… partiellement coupable, dirons-nous et je me le reprochais, peut-être plus encore que je ne le reprochais à celui qui m’avait donné la vie pour la gâcher ensuite…


Puis, il pousse une petite exclamation qui eu pour effet de me prouver davantage ma responsabilité dans son trouble…
Peut-être se sentait-il rabroué… mais ce n’était pas le cas, je n’avais pas le choix… mais comment le lui expliquer ?
Si je ne m’inclinais pas face à la volonté de mon géniteur, il me le ferait amèrement regretté… physiquement et moralement…
Je savais ce à quoi ce pèlerinage m’engageait, je n’étais pas idiote néanmoins, je devais acquiescer sans conditions…


A la fin… à la fin, il exigerait de moi un descendant… c’était la dernière épreuve… et sans doute aussi la raison de la longue durée de ce voyage… histoire de préparer le couple, leur laisser le temps d’apprendre à se connaître… et pas seulement mentalement…
Ce serait alors un enfant légitime… et lorsque la mariée, en l’occurrence moi, tomberait enfin enceinte, une grande cérémonie aurait lieu pour célébrer les noces…

… Ils ne nous laisseraient pas partir avant d’assurer une progéniture au shinobi de Taki, c’était certain…
Et alors, il ne serait plus temps de faire demi-tour… nous serions coincés…
Puis, comme ils l’avaient fait pour ma mère, ils me prendraient le petit ou la petites et je devrais dire adieux au bébé… ayant juste le droit d’en faire un second…
Maintenant, vous savez… vous savez ce à quoi l’on me destinait… ce à quoi je ne pouvais échapper… ( )


C’est alors, que m’extirpant de ces pensées des plus douloureuses, le garçon se mit à bouger pour atterrir devant moi…
Je ne le quittais pas des yeux… ces mêmes yeux rouges et brutalement voilée par la trame de mon existence que je venais de retracer…
Il se pencha légèrement vers moi, me gratifiant d’un sourire charmant et… apaisant…
Et moi… moi, je peinais tellement à me montrer impassible !
Je n’avais qu’une envie, m’enfuir, laisser mes sanglots évacuer ma tension et ma tristesse… cependant je restais là, spectatrice impuissante de ma propre histoire…


Alors, avec un geste d’une douceur insoupçonné, le ninja posa ses doigts sur ma joue, l’effleurant en une délicieuse caresse qui me fit imperceptiblement frissonner… ( Embarassed )
Mes grands yeux se teintèrent de surprise mais également d’une reconnaissance que les mots n’auraient su expliquer…


" J'ai promis de te suivre jusqu'au bout... Alors je crois que j'ai pas vraiment le choix... Une promesse est une promesse..."


Oh… alors, il restait par dépit… Il devait se mordre les doigts d’avoir promis désormais… Il n’avait qu’un mot à dire et je le libérais de sa promesse car… je ne lui avais pas encore exposé toute l’étendue de cette situation catastrophique…Le pauvre ne savait pas à quoi il s’engageait alors… la moindre des choses aurait été de tout lui dire mais… je ne pouvais m’y résoudre, car pour moi, cela équivalait à accepter, à reconnaître sans détours ce que je m’apprêtais à faire malgré moi…


Je vais être honnête avec vous, je m’en voulais et je… je me méprisais de n’avoir pas assez de caractère, de force pour leur résister et les envoyer simplement promener… je n’avais pas le courage de mener ma propre vie, me laissant entrainer dans un sens ou dans l’autre, comme une petite fille à qui l’on tiendrait fermement la main sans qu’elle ne pense une seconde à se défère de cette emprise et à se diriger autre part…
Moi j’y pensais, mais je n’osais le faire…


Depuis ma plus tendre enfance, je n’avais su m’opposer à Kenji et ça n’avait pas changé…
J’étais faible, … j’étais lâche !
Et j’étais inconsciemment effrayée à l’idée de voler de mes propres ailes en empruntant le courant aérien de mon choix, sans suivre simplement les autres volatiles…


Je n’avais pas oublié le serment qu’il avait fait et c’est justement pour cela que je lui avais posé la question, pour lui offrir une possibilité de rebrousser chemin… mais lui, venait de s’engager jusqu’au bout…
Gomen’… Eiji-kun…  ( )


Il reprit alors sa main tandis que ma gorge se nouait…
Peu importe dans combien de temps, peu importe dans quelles conditions mais… si quittait Taki en ma compagnie, cela voudrait dire… cela ferait de lui le futur père de mes enfants…
Des enfants que je ne voulais pas… mais que, dans un an ou même dans dix, je serais bien forcée d’avoir…


Je l’observai toujours…
Il s’éloignait de moi, continuant à avancer en direction des portes du village… 
Donc, c’était ainsi ? Etait-ce trop tard pour nous deux ?


" Mais alors dès que le pèlerinage sera fini, on part toi et moi ! "



Sa voix s’éleva alors, me faisant tressaillir…
Ensuite, il tourna son visage souriant, les prunelles brillant d’un nouvel espoir, et visiblement dans un état d’excitation péniblement contenue…


" Une fois qu'on aura vu tous les vieux du clan, on s'en va ! "



Ma gorge se serra davantage…
Il était si gentil, si enthousiaste, si désinvolte, si… ignorant de ce qui se tramait dans son dos…
Il allait vite déchanter et cette idée sans que je ne sache trop pourquoi m’écraser la poitrine, me donnant l’impression atroce que mon cœur était pris dans un étau qui se resserrait lentement à l’image des lianes de ce destin dont je ne parvenais pas à me dépêtrer et dont l’étreinte devenait de plus en plus puissante au fur et à mesure que je tentais de lui échapper…


" On aura qu'à vivre n'importe où ! A Konoha ! Ou... au Pays des Vagues ! Où tu voudras ! Alors... On le fera Emiko...? "


Il était là me regardant de ses yeux pétillant et enfantin qui m’avait semblaient si effrayants, si caustiques autrefois…
Et moi, j’avais encore le rôle de la méchante briseuse d’illusions… des illusions que j’aurais voulu préserver moi aussi…
Vivre en paix, sans contraintes ! Oui, ça aurait été fabuleux…


Je fermai brièvement les paupières, me laissant envahir par la douceur de ce songe idéaliste avant de poser sur lui un regard que je voulais attendrit et qui retraça les courbes de son visage avec autant de tendresse que j’en aurais placé dans une caresse… avant de lui faire retrouver un peu de sa neutralité habituelle…
C’était comme s’il me tendait à nouveau la main, m’offrait une nouvelle chance mais que pouvais-je faire d’autre que de repousser cette proposition afin que tous deux ne nous accrochions pas à une idée idyllique et irréalisable ?  


Je m’approchais alors de lui, en souriant vaguement et lorsque je fus à sa hauteur, je m’immobilisai, silencieuse…
Ma réflexion me conduisait dans des abysses non encore visité mais que j’aurais préféré ne jamais découvrir… et je… je ne pouvais néanmoins pas lui dire la vérité…


« - Je… Eiji… Je ne… »



Ah c’était trop dur, trop pénible ! Pourquoi fallait-il toujours compliquer les choses !


« - … On fera notre possible pour ça… pour que nous puissions partir ailleurs en laissant ce pèlerinage derrière nous… … » Je lui offris un regard où brillait un espoir… le sien… il se reflétait dans mes prunelles, contagieux…
« - … Mais je ne peux rien promettre… Ils ont une grande influence… et s’ils en décident autrement alors… … alors… mais on fera notre possible… pas vrai ? »



Mon sourire s’élargit légèrement.


« - Et puis… rassure-toi, on aura largement le temps d’y réfléchir sur la route ! »



Mais honnêtement, j’aurais préféré ne pas avoir à le faire, j’aurais préféré oublier cette histoire et suivre cette voie qu’on m’avait ouverte sans me poser de questions car… je l’avais appris à mes dépends, les questions sans réponses font plus de mal que la réponse elle-même…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:39 (2016)    Sujet du message: Mari et Femme ?!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com