Naruto :: Follow The Hero Index du Forum
Naruto :: Follow The Hero
Forum RPG Francophone
 
Naruto :: Follow The Hero Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Les Chroniques d'une Chuunin de Taki ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ren Akane
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Mar - 07:20 (2008)    Sujet du message: Les Chroniques d'une Chuunin de Taki Répondre en citant

Mon village... Mon enfance, mon présent et mon futur! [Partie 1/2]

« C'était une belle journée, le soleil brillait de mille feux dans une infinité aux couleurs turquoise. Peu de nuages sillonnaient le ciel, sauf ça et là où un léger voile transparent donnait au ciel une légère consistance. J'avais beaucoup de chance, ma journée de Chuunin était vide – comme presque toutes mes journées d'ailleurs. D'un autre côté il est vrai que Taki est un pays calme qui ne connaît pas la guerre comme Ame ou Konoha, ce qui fait que nos missions sont relativement rares. Comme à mon habitude dans ces j0urnées vides placées sous le signe du beau temps, je flânais dans les plaines, sous un grand chêne, écoutant rugir timidement les ruisseaux, chanter les insectes, piailler les oiseaux, gronder au loin l'immense cascade, attentive à tous ces petits bruits qui faisaient de Taki un pays paradisiaque où il faisait bon vivre. Ce n'était au début rien de plus qu'un vulgaire journée habituelle, mais il a fallu que ma mère vienne gâcher mon moment de solitude et d'harmonie intense. Alors que je m'étais assoupie sous l'arbre, je sentis quelques perles d'eau ruisseler à faible allure sur mon visage. Au début je n'y prêtais pas vraiment attention, supposant qu'il s'agissait d'une vulgaire bruine. Mais quelques secondes plus tard ce fut une immense massa aqueuse qui s'abattit sur mon corps. Je ne sais pas vraiment si ce qui m'avait le plus dérangé était le fait d'être trempée ou bien le fait que l'eau était glacée.

Au moment où la masse aqueuse me percuta j'eus un réflexe assez violent – ou du moins amusant selon ma mère. C'est vrai que me regarder me débattre contre un adversaire invisible – ou plutôt contre de l'eau – devait être amusant. Lorsque je compris enfin ce qui venait de m'arriver, je vis ma mère qui se tenait pendue au dessus de moi, accrochée à une branche et qui me regardait d'un air niais. J'eus un long soupir. Comment est-ce qu'une adulte – qui plus est ma mère – pouvait être aussi immature et joueuse? Si ce n'avait pas été ma mère, j'aurais certainement eu honte de cette femme, et peut-être même l'aurais-je considérée comme une attardée. Mais en l'occurrence il s'agissait de ma mère et je savais pertinemment que derrière son apparence de gamine se cachait une femme mûre, réfléchie et au grand coeur. Elle avait beau paraître immature, je savais qu'en réalité tout ce qu'elle désirait était un peu d'affection de ma part. Depuis que ma soeur nous a quittées pour se diriger vers les terres du sud elle ne cesse de déprimer et de chercher du réconfort auprès de moi. En fait j'étais la seule personne à qui elle pouvait se rattacher. Depuis la mort de mon père elle a perdu tout ses repères et a toujours compté sur moi et Grande Soeur pour la soutenir et lui remonter le moral. Et c'est probablement à cause de cela qu'elle se tenait devant moi à ce moment là; c'était sa façon de m'envoyer un SOS, de me demander un peu de réconfort.

Et au lieu de la blâmer pour son attitude enfantine, je continuais sur ce qu'elle avait commencé. Avant qu'elle n'ait eu le temps de se moquer de moi, elle avait le dos mouillé. Profitant de sa grimace et de son moment d'inattention, j'ai formé une mini-boule que j'avais propulsé dans son dos. Telle l'arroseur arrosé, elle fut au début déconcerté d'avoir été le dindon de sa propre farce puis se mit à rire. Tout comme l'aurait fait une personne de mon âge, elle se jeta sur moi et se mit à me chatouiller. Malgré ce qu'aurait pu penser un oeil extérieur, ces moments intimes où moi et ma mère nous comportions comme des gosses étaient les meilleurs moments de ma vie. Lorsqu'on vivait une telle complicité avec sa mère et une plus grande complicité avec sa soeur, comment pouvait-on un seul moment imaginer à avoir un homme dans sa vie? Ma mère m'avait toujours répété, à raison, que les hommes n'apportaient que des problèmes, et avoir un homme dans sa vie revenait à briser ce mince lien qui unissait une fille à sa famille. D'ailleurs si mon père était toujours vivant, ma mère, ma soeur et moi ne serions pas aussi proches que nous le sommes aujourd'hui. J'étais petite lorsqu'il décéda, trop petite même pour me souvenir seulement de son visage; mais d'après ma mère et Grande Soeur mon père était un homme bon, mais qui n'avait cependant pas ce grain de folie que nous avions entre filles. D'ailleurs dans ma famille, notre pouvoir héréditaire circulait uniquement chez la gente féminine.

Après quelques minutes de rire, nous finîmes par prendre une pause. Elle était épuisée et sa respiration était saccadée. Son endurance avait commencé à diminuer, c'était un des effets néfastes qu'avait eu le temps sur elle. Et malheureusement il était impossible de lutter contre la vieillesse, à l'exception de quelques fous qui mettaient tout en oeuvre pour obtenir la vie éternelle. Mais quel était l'intérêt de vivre plus longtemps si ceux qu'on aime mourraient bien avant nous et que le reste de notre existence soit solitaire et maussade. L'amour des proches, leur affection, tout cela était indispensable au bonheur. La puissance et la richesse n'étaient que quelques facteurs peu pondérant dans l'obtention du bonheur, et la seule véritable richesse était celle du coeur. C'est une des choses les plus importantes que j'ai apprise ces dernière années; rien n'est éternel, excepté la gentillesse. Lorsqu'elle eut repris son souffle elle se jeta à nouveau sur moi, cherchant à découvrir chacun de mes points faibles.

Et finalement nos rire cessèrent, nous étions toutes deux épuisées; nous nous sommes allongées et ma mère reprit son sérieux. Le soleil commençait à descendre dans un ciel bleu foncé, et déjà quelques étoiles perçaient ce sombre voile nocturne pour illuminer nos pauvres existences. Mon regard s'était tourné vers ma mère et je voyais que son visage était sérieux et triste à la fois, quelque chose semblait la tracasser. Lorsque je lui ai demandé si quelque chose clochait, elle se contenta de me répondre par un grognement qui pouvait avoir plusieurs significations pour moi, tels que
« j'sais pas... », « peut-être », « mêle toi de tes affaires », peut-être même « oui ». Mais il était évident qu'elle ne souhaitais pas me répondre ou bien qu'elle n'étais pas sûre de son état actuel.

Nous restâmes ainsi un bon moment sans prononcer la moindre parole, à admirer les étoiles et à profiter de la douce brise qui caressait nos visages et qui faisait danser nos cheveux dans d'harmonieux mouvements lents et souples, rapides et élégants.
« Hé regarde! », me dit-elle soudainement en pointant son index en direction d'une étoile filante. Je m'étonnais toujours lorsque j'apercevais ces traînées éphémères argentées. Selon ma mère, les étoiles filantes étaient là pour nous rappeler à quel point nos vies étaient éphémères, et aussi pour nous rappeler que nous vivions dans un monde magnifique. Elle disait parfois que j'étais son étoile filante à elle et que à chaque fois qu'elle pensait à moi j'illuminais sa journée. D'ailleurs aurait-elle été un garçon j'aurais pris cette phrase pour une déclaration d'amour. Après les étoiles filantes elle me parla de garçons et me demanda quand est-ce que je comptais avoir un homme dans ma vie. Lorsque je lui répondis « jamais » elle eut un rictus d'amusement, comme si elle s'attendait à cette rép0nse et que celle-ci l'amusait. Lorsque je lui ai demandé pourquoi elle riait elle me répondit que je devrais arrêter d'écouter ce qu'elle disait et de suivre ma propre voie.

Durant cette discussion la nuit était tombée et l'air était devenu frais et humide. Il ne faisait aucun doute qu'il allait pleuvoir durant la nuit. J'adorais lorsqu'il pleuvait le soir... J'adorais le son harmonieux et gracieux que produisaient les gouttes lorsqu'elles frappaient le toit et les vitres. Mais ce que j'aime encore plus que de dormir lorsqu'il pleut est de me réveiller lorsqu'il pleut. Parfois même lorsque l'orage gronde à mon réveil, je sais déjà que ma journée sera fabuleuse et ensoleillée.

Et puis ma mère se leva silencieusement. Elle avait de l'herbe plein le dos, et pour une raison inconnue cela me fit sourire. Peut-être à ce moment-là repensais-je aux bons moments où Grande Soeur, maman et moi passions nos journées dans ces plains à jouer ou à nous rouler dans l'herbe. Ces réminiscences faisaient aussi sourire ma mère car tout comme moi elle aimait se rappeler des ces moments forts. Elle prit une grande bouffée d'air puis me regarda dans les yeux. Je connaissais chacune de ses expressions et chacun de ses gestes; et ce geste de sa part signifiait qu'elle avait quelque chose d'important à me dire mais qu'elle hésitait à le faire.
« Ren, il faut que je te parle... » Bizarrement je m'attendais à ce qu'elle me dise cela; en fait à force de vivre avec elle j'avais apprise à associer chacun de ses gestes à ce qu'elle pouvait penser. Par exemple lorsqu'elle se mordillait la lèvre en racontant sa journée je savais pertinemment qu'elle mentait et qu'elle avait fait tout autre chose, ou encore lorsqu'elle regardait par terre en parlant c'est qu'elle avait honte de ce qu'elle disait. « ... Je suis enceinte... » Cette annonce m'avait pris au dépourvu; je ne m'attendais pas à cette nouvelle et je n'ai pu retenir mon émotion. Des larmes de joie sillonnaient mes joues. J'aurais enfin une petite soeur, ou un petit frère. Dans tous les cas ça allait être magnifique! J'allais enfin devenir une grande soeur, et tout comme Grande Soeur je pourrais apprendre à mon cadet les rudiments de la vie.

Après avoir fondu en larmes je me suis jeté dans les bras de maman pour la féliciter. Pendant un moment je ne savais pas qui entre ma mère et moi était la plus joyeuse à l'idée d'avoir un nouveau petit bonhomme dans notre famille. Ma réaction fut un soulagement pour elle, elle devait penser que j'allais mal le prendre. Mais comment aurais-je pu à un seul instant mal le prendre? Elle n'aurait pas pu m'annoncer de meilleures nouvelles que celle-ci. Après ce moment d'émotions nous décidâmes de rentrer à la maison. Il commençait à se faire tard, et surtout la pluie n'allait pas tarder. Quelques voiles gris commençaient à occuper le ciel, et malgré le fait que ces nuages soient extrêmement fins ils présageaient d'une pluie imminente, et comme ma mère était enceinte il ne fallait pas qu'elle tombe malade, ça pourrait être mauvais pour le bébé. D'ailleurs je me demandais qui était le père, mais trop timide pour oser poser la question à ma mère je préférais m'abstenir. De toutes façons elle aurait sûrement refusée de me répondre; c'est pourquoi je préférais conserver cette question pour un moment ultérieur.

Pendant que nous marchions pour rentrer à la maison nous passâmes dans un champ empli de lucioles. Il s'agissait d'un spectacle ordinaire pour la plupart des gens, mais pour moi les lucioles étaient des êtres gracieux, élégants et magnifiques qui charmaient les hommes par cette lumière phosphorescente qu'elles possédaient sur l'abdomen. A un moment je me suis arrêtée pour en attraper une dans le creux de ma main. Cette scène me rappelait mon enfance, plus précisément les soirs où Grande Soeur et moi sortions en catimini pour aller jouer avec les lucioles et que maman venait systématiquement nous ramener à la maison au bout d'une heure et nous envoyait illico-presto sous la douche car nous nous étions salies. Et nous finîmes par arriver à la maison, ce qui marquait la fin de cette extraordinaire journée. »
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Mar - 07:20 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> Hors Rôle Play -> Corbeille Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com