Naruto :: Follow The Hero Index du Forum
Naruto :: Follow The Hero
Forum RPG Francophone
 
Naruto :: Follow The Hero Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] ::
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> oO - Konoha - Oo -> Konoha -> L'Hôpital
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 21:50 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Maintenant, Ayumi était véritablement lovée contre le corps d'Hatori. Elle avait besoin de ce contact pour faire fuir Nayumi. Pour se sentir enfin elle-même, ce qu'elle n'avait pas vécu depuis un long moment, à cause de cette double personnalité. Le jeune homme la sentait totalement perdue. Perturbée. Il se doutait même des raisons. Tout allait bien trop vite pour elle depuis quelques temps. La perte de l'homme de sa vie, la fuite, la capture, la Séparation. Trop en même temps. Mais il ne savait pas quoi faire d'autre que de la serrer dans ses bras et de transmettre sa chaleur et son assistance.
Au délà du simple devoir de s'occuper de sa princesse, Hatori se sentait lui aussi fort bien contre elle. Depuis la mort de Miki, le jeune homme s'était toujours senti très seul. Il n'avait pas énormément de contact avec les Naara, et les partisans de la famille, les plus proches, l'avaient presque mis de côté, car il était trop mystérieux. Beaucoup avaient déjà, à l'époque, considéré comme une honte que Miki eut adopté cet adolescent si vide...Le Fantôme des Neiges. Mais d'un seul coup, il avait cotoyé Tsuki lors d'une mission, et là, il était si proche de celle qu'il regardait, plus jeune, toujours à distance, avec admiration. Sa noblesse de coeur, sa gentillesse...Il la connaissait de loin, mais il ne l'avait jamais quitté des yeux. Et là, elle était à côté. Elle était sur ses genoux, se tenant contre lui et semblait si trise, si perdue, si désespérée... Il avait envie de faire plus que de la serrer, mais il avait peur d'outrepasser sa condition.
Le silence planait dans la chambre de l'hôpital de Konoha. Ce silence qu'il aimait tant. Il se sentait si bien, dans cette chambre, omettant tout ce qui le turlupinait, même le fait qu'il était muet, vu qu'Ayumi parvenait à lire sur les lèvres. Il aurait voulu que ce moment ne finisse jamais.

Alors que son esprit était ailleurs, dans une douce félicité, il sentit le baiser d'Ayumi sur son front. Puis elle posa sa tête sur son épaule, avant de trembler, comme saisie d'une fièvre ardente, ou comme si elle était frigorifiée. Hatori, lui, semblait avoir été frappé par la foudre. Sa peau, légèrement rougie par sa timidité quelques minutes auparavant, se mit à pâlir de façon radicale. Il semblait effrayé tout en étant comblé par une telle démonstration. Il fit de son mieux pour que la jeune femme ne ressente pas sa réaction et la passa une main derrière sa tête, pour la soutenir. Pour lui apporter un réconfort supplémentaire. N'ayant pas de parole, il décidait de s'exprimer par les gestes, se rendant bien compte que dans une situation pareille, l'incompréhension risquait d'être encore plus grande. Leur regard se rencontrèrent. Mais il ne semblait pas comprendre ce qu'Ayumi voulait lui dire, par les yeux ou par les mots.

 
 
Citation:
- Tu resteras... Je le sais maintenant... Mais..


Elle s'expliqua. Il fallait qu'il reste parce qu'il était bien, pas qu'il reste pour elle. C'était....idiot, pensa - t -il, avant de se blâmer pour avoir pensé une telle chose. Pourquoi était-ce idiot ? Non, ce n'était pas bête, c'étaient les sentiments d'Ayumi : elle ne voulait pas être un poids pour lui, qu'il soit guidé uniquement par l'étiquette. Qu'il reste avec elle parce qu'elle était une amie. Elle était plus qu'une amie, lui disait sa conscience. Mais il ne saurait dire quoi exactement. Ses yeux bleus fixaient les siens. Sa vie était vide, mais maintenant, il avait quelque chose qui lui tenait vraiment à coeur (dans son coeur ?)
Un silence nourri. pas un silence froid. Un silence qui était si réconfortant pour Hatori, car il permettait de se concentrer sur le plus important.
Il articula quelques mots..."Naara-Hime, j'aimerais être votre ami". Il afficha un petit sourire. Il ne se souvenait pas avoir souri de toute sa vie.
 

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 21:50 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 22:31 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Il y avait deux choses gênantes dans leur situation. Leur position ne constituait en aucun cas une gêne... Sauf peut-être pour Hatori si jamais quelqu'un rentrait. Ces choses passaient complètement au-dessus de la tête de la jeune Héritière. Non, ce qui dérangeait, c'était l'absence de communication oral et donc la quasi obligation de regarder constamment les lèvres du Ninja. Notez qu'il ne s'agit pas d'un problème en soi. Et le deuxième problème... Leurs consciences respectives. Ces saletés avaient tendance à en savoir un peu trop sur les situation et, bien entendu, s'évertuaient à le faire comprendre à l'esprit. Sauf que parfois soit l'esprit ne comprenait rien à rien, parce que absolument pas habitué (Hatori) soit parce qu'il refusait de comprendre (Ayumi). Enfin... Refuser est un bien grand mot... Ne pas prendre en considération équivaut mieux à la situation. Bref, toujours est-il que la Princesse Héritière se retrouvait dans les bras du Junin de son pays. Que sa fichue conscience lui criait les sentiments qu'elle éprouvait et que, tout naturellement, Ayumi ne semblait pas vouloir y prêter attention... Enfin, ça, c'était il y a une demi-heure... Maintenant, elle prenait le problème sous un autre angle, dans ses pensées qui pouvaient être un chouïa apocalyptique, mais qu'importe. Prenons en considération les sentiments de la jeune femme à l'égard du Ninja muet. Elle l'aimait, c'était un fait... Bon d'accord, elle ne se l'avouait pas encore réellement, mais elle l'aimait. Et, cet amour dégoutait Nayumi... Ce qui était tout à fait normal quand un esprit n'était constitué que de rage et de haine pure. Et donc, le dégoût repoussait... C'est bien connu. Donc, par a+b on en déduit que... Qu'en fait... Les pensées d'Ayumi devenaient complètement chaotique (oui oui... Toute cette digression, ce sont les pensées d'Ayumi). La jeune femme était donc déjà bien perturbée mentalement, mais là, les choses n'arrangeaient rien du tout. Notez cependant l'effort incommensurable qu'elle venait de fournir ! Oui... Naara Ayumi venait d'avouer à moitié que, peut-être, elle aurait des sentiments pour Hatori. Et encore... Elle ne l'avait pas avoué à voix haute.
Bravo, c'est déjà un bon début.

Le silence qui les liait l'un à l'autre était un silence salvateur, curatif, enfin bref... Ce genre de silence dans lequel on aimait se complaire. Ayumi se redressa pour regarder Hatori. Elle fronça légèrement les sourcils et regarda, vite fait, l'horloge accrochée dans la chambre de l'hôpital... Connaissant sa cousine et l'état de fatigue dans lequel elle s'était retrouvée, elle ne viendrait pas avant un petit bout de temps. Ayumi reporta à nouveau son regard sur le jeune homme et sentit sa main contre sa tête. Là, une douce rougeur vint colorer ses joues pâles et elle baissa les yeux... Non pas par gêne (ou peut-être un petit peu quand même) mais... Par autre chose. Elle voulait autre chose. Elle ne voulait pas que de ces chastes touchés. Mais alors que voulait-elle ? Dans le genre indécise aussi, Ayumi remportait la palme d'or ! Elle vit alors ses lèvres remuer et les décrypta... Elle eut un léger sourire et posa un doigt sur les lèvres du jeune homme. Elle lui rappela alors de la tutoyer... C'était ce que faisait des amis. Puis, elle le pria de l'appeler par son prénom... Mais plus tard... Il semblait encore avoir du mal à dépasser l'étiquette. C'était pas bon... Pas bon du tout.

Ce qui était... effarant avec Ayumi, c'était qu'en plus d'être indécise, elle était audacieuse. Là, son comportement "adolescent" qui n'était jamais réellement sortit, arriva. Montée d'hormone ? Un peu tard, la montée d'hormone s'était déjà faite, mais elle avait été passée sous silence. Non, maintenant, c'était plus le goût de l'inconnu, du risque. Parce que, pour une fois, elle avait envie de sortir de sa condition de "prisonnière", d'Héritière. Elle voulait juste être une fille... Une femme plutôt... A dix-huit ans presque dix-neuf, on n'était plus une "fille". On se rapprochait volontiers du statut de femme. Enfin bref, au lieu de gamberger sur un statut plutôt qu'un autre, Ayumi profita du fait que le jeune homme avait sa main derrière sa tête. Néanmoins, la rougeur qu'elle avait aux joues s'accentua un peu plus. Son cœur s'emballa, loupa plusieurs battements (saleté de cœur !) et sa respiration fut soudainement... Hachée... Comme au temps de Kureno. Comme avant... Elle murmura, plus pour elle-même (bien qu'Hatori l'entende [le problème est là Razz ]
) :

"Je n'ai pas envie d'être simplement ton amie..."

Elle se rapprocha de lui et effleura ses lèvres. Elle sentit ses joues chauffer plus que de raison et elle trembla à nouveau légèrement. Elle l'embrassa un bref instant. Juste assez pour qu'elle sache... Que Nayumi sache... Elle s'écarta et soudainement... Elle se redressa. Se leva comme piquée par une mouche. Ravagée par la honte (il faut toujours réfléchir avant de faire des stupidités), elle se mit à genoux devant Hatori et s'inclina avec élégance et dignité... Comme une Princesse se devait de le faire... Et elle souffla :


"Pardonne moi... Ce n'était qu'une erreur... Je ne voulais pas t'incommoder."


Mettons ça... Sur le compte de la fatigue hein... L'audace, c'est pour plus tard. Mais au moins, maintenant, elle savait... Et elle pourrait, sans aucun soucis, faire la Séparation. Elle resta dans cette position, n'osant même plus défier du regard cette homme... Qui avait eu l'audace, par son silence et son charisme, d'enchaîner son cœur.
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...


Dernière édition par Naara Ayumi le Sam 16 Aoû - 21:03 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Ven 15 Aoû - 22:58 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Ils étaient là, l'un contre l'autre, sans parler, à penser chacun de leur côté. Se rapprochant petit à petit, sans comprendre parfois ce qui leur arrivait vraiment. Du moins, pour Hatori. Tout cela était tellement neuf pour lui. En moins d'une journée, sa vie entière basculait d'une façon inattendue. On sentait que tous les deux se complaisaient dans ce moment d'intimité innocente et coupable en même temps. Ils ne comptaient pas le temps, ils le laissaient défiler sans rien faire que de se regarder dans les yeux, de penser, de profiter. Ils avaient rarement eu de simples moments de bonheur comme celui-ci. Alors qu'on les laisse tranquille. Dans un milieu sans bruit, sans haine, sans violence, sans Nayumi. comment pouvait-on définir des moments pareils ? Hatori avait peur de prononcer le mot.

Après qu'il eut glissé une main sous la tête d'Ayumi dans le seul but de la soutenir, ce fut au tour de la princesse de rougir. Hatori se voulut d'avoir gêné la jeune femme, mais il n'avait pas fait cela dans ce but. Comme pour le rassurer, elle lui sourit puis lui ordonna (non, lui demanda avec gentillesse, c'est difficile de sortir du réflexe Roturier-Noble !) de la tutoyer...Autant lui demander de décrocher la lune. Tout comme quand elle lui demandait de faire des choses pour lui et non pour elle. Il voulait tellement lui apporter, lui montrer à quel point il l'honorait, qu'il ne pouvait pas l'exprimer d'une telle manière. Hatori pensait que sa méthode n'était pas forcément la meilleure ; peut-être qu'Ayumi n'appréciait pas la relation hiérarchique qui s'établissait entre eux. Elle semblait préféré une vraie relation, guidée par les sentiments et non par la convention. Il lui faudrait dépasser cette distance pour qu'enfin il accepte de répondre aux exigences....(à la requête) d'Ayumi. Mais comment lui, un amnésique sans condition sociale, pourrait être sur le pied d'égalité avec une princesse faisant preuve en permanence d'autant de grandeur et de noblesse (sauf quand cette peste de Nayumi s'en mêlait, maudite soit-elle) ?
Cette situation ressemblait fort au complexe de Ruy Blas. Ce qui voulait dire que....que le petit valet aimait la Reine ? Hatori venait-il de réaliser quelque chose qu'il n'aurait pas aimé comprendre ? D'autant plus qu'au delà du clivage de la condition sociale, se mêlait celle de l'âge. Ils avaient plus de cinq ans de différence, tout de même. Alors qu'il était totalement perdu dans ses pensées, elle dit presque dans un soupir, mais il l'entendit néanmoins..
 
Citation:



- Je n'ai pas envie d'être simplement ton amie.






Sa main monta jusqu'aux lèvres d'Hatori dont les joues devinrent cette fois cramoisies. Le phénomène semblait être le même du côté d'Ayumi. Ils se contenaient, l'un et l'autre, mais pour Hatori, si l'un devait faire le premier pas, ça devait être elle. Il n'en avait pas le droit. A moins qu'Ayumi ne souhaite cela....Et quand il ne s'y attendait pas....Elle l'embrassa. Un baiser léger. Comme le battement des ailes d'un papillon. Surprise par son geste, elle s'écarta vivement du jeune homme et se mit à genou devant lui. Hatori sentit tout le sang de son corps s'évacuer vers le haut de son corps. A genou devant lui, comme une simple domestique...il ne pourrait le supporter très longtemps. Elle s'inclinait en plus devant lui....
Citation:



- Pardonne moi... Ce n'était qu'une erreur... Je ne voulais pas t'incommoder.





Il se sentait très gêné mais complètement flatté. Il s'empara d'un parchemin pour lui parler, mais il le reposa aussitôt. Avec elle, pas d'artifice, elle comprendrait tout. Il quitta la chaise sur laquelle il était assis, et posa un genou à terre. Puis il tendit sa main à Ayumi.

- Naara-Hime, je vous en prie, il n'est pas bon pour votre santé d'être dans cette position. Vous ne m'avez pas incommodé.


Il aida la jeune femme à se relever, sans quitter la prunelle de ses yeux.

- Cela faisait longtemps que je n'avais pas été aussi appaisé. Et c'est uniquement grâce à vous...

Il fit une pause dans son discours silencieux, avant d'ajouter...

- Ayumi-Hime.

Il baissa la tête immédiatement après avoir dit une chose d'une telle audace. Il allait passer pour un sans gêne ! Aussitôt, il articula clairement....


- Sumimasen o-kudasai, Ayumi-Hime.

Et il fit un grand sourire, car meme en s'excusant, il renouvelait le même outrage. Car s'il devait effectivement faire à son aise, comme elle lui avait demandé, alors il prendrait des libertés là où il voudrait. Et ce ne fut pas sur le tutoiement, mais sur l'appelation.
      

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Sam 16 Aoû - 21:35 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

A bien des égards, Ayumi et Hatori étaient différents. Que cela soit au niveau du caractère, de l'ascendance ou de leur mode de vie. Alors pourquoi lui et non plus Kureno ? Parfois, il existait des mystères qui devaient rester entier. Pour ne pas briser la magie du moment. Celle de la renaissance, lente et douloureuse, d'un Papillon qui avait perdu ses ailes. Ayumi était une jeune femme, quand Nayumi ne s'en mêlait pas, pleine de vie, qui la vivait en ne se souciant pas du lendemain. Hatori lui était beaucoup plus réservé, beaucoup plus timide. Il était introverti et timide. Il semblait complètement ancré dans ces valeurs de respect que la jeune femme jugeait et trouvait plutôt ridicule. Mais, l'important, c'était que, malgré leurs différences, la présence de l'un rassérénait l'autre. Ayumi avait besoin de lui... Tant physiquement que psychiquement... Quand ses lèvres s'étaient posées sur les siennes, c'était elle qui s'était reculée. Il ne l'avait pas repoussé. Des larmes perlèrent à nouveau sur ses yeux et elle serra des poings, toujours agenouillée sur le sol. Sa respiration s'était faire plus lente. Il y avait des choses, comme cela, qui était incompréhensible. Par exemple, jamais la Douce Ayumi n'aurait imaginé qu'elle serait à Konoha, en train de se faire soigner par Tsunade elle-même. Ce matin, quand elle s'était réveillée, toujours enfermée au fond d'elle-même, elle ne se doutait pas que le destin s'était scellé pour elle, qu'il lui avait ouvert une autre voie : celle de la rédemption. Ayumi était croyante. Elle croyait aux Kami qui régnaient sur la Terre comme les Cieux, bien qu'elle n'en ait jamais fait mention à qui que ce soit. A l'époque où Kureno était encore en vie, elle priait pour que son avenir soit tout les jours un peu meilleur. Quand il était mort, ses rêves et ses espoirs s'étaient écroulés, laissant un goût amer dans sa bouche. Ce matin, quand elle s'était réveillée, elle ne pensait pas que les Dieux avaient écoutés ses prières et avaient, finalement, décidés de lui offrir une nouvelle chance.

L'amour était quelque chose de douloureux. Elle le savait pour l'avoir déjà vécu. La présence de l'un devenait une véritable drogue. Quand il s'éloignait, il creusait un fossé qui ne pouvait être que difficilement comblé. Seule la présence de l'être aimé apporté un réconfort qui apaisait l'âme en détresse. La jeune Princesse en avait lu des tragédies, faisant référence à un amour fort passionné qui, généralement, finissait mal. Mais, qu'importe ! Le plus important résidait dans le fait que les deux protagoniste brûlaient d'un feu ardent, qui les consumait, leur donnait une force nouvelle. Mais, ils voyaient aussi les choses différemment. Ce qui avait saisit la belle Héritière, c'était justement cette passion ardente, qui ne la quittait pas. Depuis qu'Hatori était arrivé dans sa chambre, elle avait sentie une nouvelle force l'envahir, déchaînant en elle mille et un sentiments, plus contradictoire les uns que les autres mais n'empêche ! Elle le désirait mais lui... Il réagissait comme un valet vis-à-vis d'elle. Il la portait sur un piédestal, ce qui était un petit peu normal. Mais, quand même, il ne semblait rien montrer d'autre qu'un respect sans borne à son égard et, au lieu de la flatter, cela lui faisait mal. Mal parce qu'elle craignait plus que tout que ses sentiments ne soient pas partagés. Pour elle, c'était une situation difficilement supportable mais pourtant, elle devrait bien faire des concessions. Si elle voulait rester un tant soi peu en vie, il fallait qu'elle se raccroche à sa bouée. Et cette bouée n'était personne d'autre que le Ninja muet. La jeune fille était donc toujours à genoux. Ayant une très bonne audition, elle entendit non sans peine un bruit de tissus. Elle comprit alors qu'Hatori s'était levé. Mais elle, ne bougeait pas. A un moment, elle vit sa main attraper un parchemin, avant de le lâcher. Il mit un genoux à terre et lui tendit une main. Elle releva alors la tête, avec peine, comprenant qu'il voulait lui parler. Ce qu'elle lut sur ses lèvres, en premier, la fit encore plus pâlir de gêne. Néanmoins, avec grâce et douceur, elle prit la main du jeune homme et se redressa. Elle évita son regard un moment et replanta ses pupilles dans les siennes, puis les reporta sur ses lèvres. Et là, son cœur défaillit. Ses jambes faillirent la lâcher. Ce fut la raison pour laquelle elle prit Hatori dans ses bras. Elle lut la dernière chose qu'il avait à dire. Il avait baissé la tête. Avait-il honte ? De quoi ? De lui avoir parler franchement ? Ayumi posa un doigt sous le menton du jeune homme et lui releva la tête. Elle eut un léger sourire et passa son index sur les lèvres du jeune homme. Elle avait oublié les gestes tendres que Kureno et elle s'offraient mutuellement. Elle secoua la tête et souffla :

« Si... Nayumi est repoussée... »

Autant être sincère. Dire les mots maintenant lui permettrait d'aller à la Séparation le cœur léger. A quoi bon se voiler la face ! Il fallait qu'elle laisse partir Kureno. Il était resté trop longtemps attaché sur cette terre. Il devait trouver le repos qu'elle lui interdisait depuis deux longues années. Elle cherchait les mots, les trouvaient, mais, ils hésitaient à franchir ses lèvres. C'était elle qui avait peur. De quoi, du rejet ? Peut-être... Quitte à être rejetée, elle lança :

« Quand... J'étais petite, avec Tsuki... Les rares fois où je te voyais... J'étais... J'ai toujours été impressionnée par toi. Tu t'entraînais sans relâche pour devenir un excellent Ninja et Miki veillait au grain. Moi... J'ai grandit en me mettant dans la tête d'être aussi forte que toi. Seulement voilà... Depuis... Un moment... Je... J'ai... J'ai réalisé que... Qu'en fait...»

Elle était parvenue à son but non sans peine. Elle ne prétendait pas être plus forte que lui mais au moins elle était son égale au niveau de la puissance. La future Princesse des Neiges se rapprocha encore d'Hatori, accentuant tant son malaise que le sien. Mais, elle voulait être sincère. Elle s'était toujours torturé, toujours tout refusé. Il était temps maintenant pour elle de s'affranchir, de s'octroyer une nouvelle liberté. Elle se pinça les lèvres et les larmes naquirent dans ses yeux, avant de rouler en silence sur ses joues. Les mots étaient là... Mais, les phrases ne sortaient pas. Ses pensées étaient désordonnées, apocalyptique. Il n'empêchait que son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Qu'elle était fiévreuse, certes, mais pas de maladie. De désir. Elle détourna le regard et amorça sa lente descente aux Enfers : soit il ne disait rien... Soit il l'acceptait... Soit il la repoussait. Des trois options, deux étaient terribles, l'une pire que l'autre... :

« J'ai réalisé que Kureno... J'aimais Kureno... Oui... Mais... Pas de la même manière que toi. »
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 19:13 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Ayumi, après les quelques paroles d'Hatori, n'osa pas regarder immédiatement les yeux bleu foncé du jeune homme. Elle se sentit faible lorsqu'il osa prononcer son prénom et crut pendant un instant qu'elle allait tomber à terre. Aussi, elle s'accrocha à lui, comme pour retenir sa chute. S'accrocher ? Un euphémisme, car elle se serrait presque dans ses bras. Il ne savait plus où se mettre mais elle ne lui permet pas de conserver cette attitude de soumission. Elle l'obligea, avec beaucoup de douceur, à relever mon menton après avoir posé un doigt en dessous. Les doigts d'Ayumi bougeaient avec une grâce extrème, et l'un d'eux alla caresser les lèvres d'Hatori. Son coeur s'accéléra encore plus que lorsqu'elle l'avait embrassé. Alors, c'était cela. Ce n'était pas une simple relation d'amitié qu'elle évoquait. Cela allait beaucoup plus loin. L'amour...Etait-ce donc ce sentiment à la fois si beau et si cruel qu'elle ressentait pour lui ? Il sentit à la fois une chaleur agréable se répendre dans son corps, tandis que son coeur se serrait d'angoisse. Il n'avait jamais été confronté à cela, et cette nouvelle situation lui faisait perdre tous ses repères.
Que faire, que dire ? Oui, on pouvait comprendre pourquoi Ayumi était repoussée. Ca devait l'incommoder. Alors si ça marchait, il devait continuer sur cette lancée. Pour elle. Faire partir cette horrible engeance du mal loin de la Princesse. C'était son devoir. Mieux encore, c'était son désir.
Alors qu'ils étaient l'un contre l'autre, presque sans bouger, Ayumi décida de se confier. Elle raconta comment elle le voyait quand ils étaient plus jeunes, elle et lui. Une confidence qui le toucha profondément. Ainsi donc...Ce n'était pas nouveau ? Qu'elle l'avait observé pendant les entraînements ? (ca expliquait pourquoi il se sentait toujours observé, ça l'énervait du plus au point à l'époque. Mais s'il avait su que c'était Ayumi....) Et qu'elle voulait devenir aussi forte que lui....

Dans son fort intérieur, Hatori dut reconnaître que la réciproque n'était pas neuve non plus. Depuis combien de temps restait-il derrière le dos de Miki, le buste penché lorsque Ayumi passait devant lui, ce salut obligatoire des sujets devant la princesse, à l'observer malgré cette inclinaison à travers les mêches de ses cheveux longs ? Combien de fois avait-il sauté des repas pour espionner les repas d'Ayumi par l'entrebaillement d'une porte ? Il avait toujours pensé que c'était de l'admiration. Mais il était en train de realiser que ça allait beaucoup plus loin.

Il revint sur sa réflexion...Ayumi voulait être aussi forte que lui ? Elle était déjà nettement plus forte que lui, et ce depuis longtemps ! La famille Naara possède des qualités indéniables pour le combat ; pourquoi se dévaluait-elle ainsi ? Elle n'était pas l'égale d'Hatori, elle aurait sûrement réussi à battre Suigetsu, elle ! Il était fort, certes, mais refusait d'admettre qu'il était plus fort qu'elle.
Durant ses paroles, elle se collait encore plus à lui, ses cheveux vint glisser le long de son torse. Et lui restait immobile, comme un idiot qui ne sait pas quoi faire. Elle, par contre, mettait son coeur à nu, les larmes coulaient sur ses joues. Elles étaient belles, ces larmes, mais pourtant il n'avait pas envie de les voir couler. C'est alors que, tout en douceur, elle laissa entrevoir ses sentiments.

"J'aimais Kureno...mais pas de la même manière que toi..." "J'aimais Kureno".



Une grande partie du malaise d'Hatori venait du fait qu'il se sentait coupable par rapport à cet homme, qui avait été l'amour de la vie d'Ayumi. Ne serait-ce pas le trahir, que de se permettre de le "remplacer"? La façon dont Ayumi parlait de ses sensations lui permet d'évacuer cette interrogation. Non, il ne remplaçait pas. Il était autre chose. Ayumi ne pourrait jamais oublier Kureno. Mais si elle avait pris sa décision, qu'il n'était pas un substitut, alors....Peut-être qu'il pourrait se permettre .....

Ayumi avait offert son coeur et ses craintes. C'était à lui de s'exprimer, à présent.

- Ayumi-Hime...Je vous observe depuis mon premier jour à Yuki, en compagnie de Miki-sama, car vous aviez illuminé mon coeur prisonnier de la nuit par votre seule présence. A chaque fois que je me sentais dans le noir, que les ténèbres me rattrappaient, je m'empressais de vous chercher dans votre demeure et vous regarder en catimini. Mais....mon rang est pour moi cette porte qui se trouve entre vous et moi. Je n'ai pas de condition sociale (hj : ca viendra avec la mémoire, Totori, et ce n'est pas forcément une bonne chose) et je crains de ternir votre Grandeur par une...

Il hésita à dire le mot et ne parvint pas à lui faire dépasser le seuil de ses lèvres.
        

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 21:58 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Devait-on s'attacher à des sentiments aussi volatiles, aussi éphémères, comme le bonheur? Pour sûr, qu'on le pouvait. Mais qu'on se le dise ou non, la quête du bonheur est inhérente à l'être humain. Étymologiquement parlant, Bonheur est un terme qui signifie clairement "bonne fortune". Si on se reporte à la définition, on s'aperçoit que le bonheur est un état de plénitude,de satisfaction entière et durable. Pour Pascal, les humains sont perpétuellement en quête du bonheur, ils sont prêts à tout pour l'obtenir, quitte à faire le sacrifice de leur propre vie - d'où le suicide - mais ils ne sont jamais heureux. Car le bonheur n'est malheureusement pas continu. La satisfaction est impossible, dans la mesure où l'homme est désir et qu'il désirera toujours ce qu'il n'a pas. Mais on peut être satisfaits coups par coups. Mais pas continuellement, car le spectre de la frustration guette, forcément. Pour Kant, c'est différent. Il critique l'eudémonisme - doctrine philosophique qui vise le bonheur de l'homme, mais en faisant des bonnes actions dans le seul but du bonheur - en disant que la morale en elle même ne vise pas à atteindre le bonheur mais à le mériter. Pour être heureux, il suffit juste qu'il ait tout ce qu'il souhaite, et n'aille pas à l'encontre de sa volonté. On peut aussi conserver une autre philosophie du bonheur à travers Nietzsche. Nietzsche dit que le bonheur passe par l'oubli. En clair, le pouvoir d'oublier est à l'origine de l'éclosion du bonheur. Ayumi se rapprochait plus de la philosophie de Kant. Celle de Pascal ou de Nietzsche étaient trop extrêmes pour être applicable au caractère de la jeune femme.

Le fait d'avouer ses sentiments à Hatori avait en quelques sortes libérée Ayumi d'un poids, avant de lui en ajouter un autre sur les épaules. L'espace d'un instant, elle cru voir le profil de Kureno. Avant qu'il ne tourne la tête vers elle. Elle l'avait vu sourire. De ce sourire à la fois triste et joyeux, les yeux brillants d'un seul et unique message... Elle devait vivre sa vie maintenant. Ayumi savait qu'elle n'oublierait jamais Kureno. Au fil du temps, son visage s'effacerait, sa voix perdrait de son éclat dans sa têt. Mais, dans son cœur, il vivrait toujours. Même si, dans des dizaines d'années, elle aurait tout perdu de lui, son souvenir seul brûlerait encore dans son cœur et dans sa tête. Mais maintenant, il la laissait. Il la quittait, il s'en allait. Pour vivre sa vie dans l'au-delà. Pour vivre sa vie de mortelle. Ayumi regarda par la fenêtre et vit un rossignol passer. L'oiseau préféré de Kureno... L'animal se posa sur le rebord de la fenêtre et piailla un moment joyeusement... Avant de s'en aller. La jeune femme eut un sourire triste... Mais, elle avait compris. Maintenant, c'était Hatori. Hatori qu'elle avait, au fond d'elle, toujours aimé. Mais, il y avait ces fichues barrières sociales. Et, d'un côté, c'était ce qui l'avait réfrénée dans ses ardeurs. Et, après tout, elle n'avait jamais été rien d'autre qu'une enfant. Elle releva la tête et lut sur ses lèvres. Elle ne comprenait pas tout... Mais, elle se doutait maintenant de quelque chose. Son cœur se rasséréna, s'engorgea d'une nouvelle vitalité. La jeune femme recula d'un pas et secoua lentement la tête. C'était... tellement ridicule ! Tout était idiot et ridicule ! Sous prétexte qu'ils n'avaient pas le même statut social, Hatori se refusait d'être naturel vis-à-vis d'elle. Elle détourna le regard, non pas mal à l'aise mais un tantinet désespérée. Miki avait bien fait son travail... Certes un peu trop...

Dans sa tête, une mélodie résonnait. Vieille d'une ancienne époque... Aussi brouillée que si elle passait sur de mauvaises ondes. C'était une mélodie douce... Jouée au violon... L'instrument qu'un jour Ayumi avait tenu dans ses mains... Qu'elle avait joué... Mais... Serait-elle seulement capable d'en refaire ? Bref... Toujours est-il que cette mélodie était triste également. Du moins, Ayumi ressentait toujours une triste émotion dans sa poitrine. Elle recula d'un pas et releva la tête. Il avait peur de ternir sa grandeur à cause de quoi... D'une relation ? Ayumi baissa les yeux un moment et se pinça les lèvres. Puis, elle tourna le dos à Hatori un moment et se frotta les bras, en réfléchissant. Dire qu'en plein combat, elle était bien plus fine stratège. Comment faire ? Elle inspira profondément et se tourna légèrement, de manière à être de profil. Sa voix se fit neutre soudainement, et elle annonça :


"Ma grandeur est salie Hatori... Yuki ne s'attend pas au retour d'une Princesse prodige, mais d'une Princesse salie. Pour récupérer ce que j'ai perdu, il me faudra des mois voire des années. Rien ne remplacera jamais les vies que j'ai arrachés."

Ses mots étaient dures pour elle. Elle se mettait en porte à faux, mais c'était normal. Après tout, elle seule était fautive du carnage qui s'était déroulé autour d'elle. Elle se tourna complètement vers Hatori et se rapprocha de lui. Elle garda une certaine distance vis-à-vis de lui. Le pire était qu'elle le connaissait sûrement mieux que lui. Mais, pour lui avouer, ce n'était pas encore l'heure. Elle posa une main sur le torse du jeune homme et annonça alors :

"J'ai été ta lumière... Sois la mienne... Hatori... Je ne veux pas me voiler la face pendant des années... Je ne referais jamais les mêmes erreurs et je ne veux pas que tu en sois une de plus... Si tu me respectes un tant soi peu... Aie le courage de tes opinions... Blesse moi s'il le faut... Fais moi souffrir si ça te chantes... Réjouis moi si tu le veux... Mais considère moi comme ton égal et pas comme une supérieure hiérarchique !"

Masoshiste ? Non, réaliste. Elle releva la tête. Ses yeux violets étaient vifs et perçants... Comme avant... Ils avaient un éclat farouche et déterminé que la jeune femme n'avait plus eu depuis des années. Elle inspira profondément et dit alors d'une voix déterminée :

"Nous sommes dans un lieu neutre... Traite moi en princesse quand tu veux... Où tu veux... Mais pas ici..."
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Lun 18 Aoû - 08:29 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

La réaction d'Ayumi surprit tout d'abord Hatori. Lorsqu'il évoqua cette fameuse différence de rang, elle se détourna de lui, lui tournant le dos. Il sentit son cœur se serrer comme s'il avait été pris dans un étau et qu'on appuyait au fur et à mesure avec lenteur. Bon sang, pourquoi se mentir ? Tout était très clair entre elle et lui, leurs yeux, leur corps étaient les seuls à aller un vers l'autre et seraient prêts à cette intime liaison si l'esprit ne faisait pas barrière. Le visage d'Hatori se marqua de tristesse. Il s'en voulait d'une telle situation. Peut-être que sa mémoire révèlerait quelque chose qui écarterait cette distance sociale ? Ce serait formidable! Mais il ne pouvait demander à Ayumi de lire maintenant son passé, vu qu'elle était encore trop fatiguée pour cela.
Elle se tourna légèrement vers lui. Et parlant d'une manière si cruelle envers elle-même qu'Hatori eut l'impression qu'on lui avait donné un violent coup à l'estomac. Comment pouvait-elle dire une chose pareille ? Elle n'était pas responsable de ce qui était arrivé avec Nayumi, elle ne la contrôlait pas ! De toute façon, le pays des Neiges préfèrerait toujours une Naara qu'un tyran comme le Daimyou Kazahana. Elle gouvernerait avec beaucoup plus d'intelligence que cet imbécile prétentieux. Néanmoins, il ne pouvait que comprendre le sentiment de culpabilité qu'elle ressentait face à tous les morts que Nayumi avait causé. Son esprit n'avait pas tué, et pourtant ses mains étaient couvertes de sang. Cette confidence l'avait éloignée de lui physiquement, comme si elle craignait d'ajouter le jeune homme à la liste de ses victimes. Pourtant, elle et lui savaient à présent que leur proximité serait salvatrice. Hatori repoussait Nayumi.C'est d'ailleurs à ce moment-là que la Princesse posa une main sur le corps d'Hatori, comme pour empêcher Nayumi de réapparaître à cause des paroles négatives de son hôtesse corporelle, et lui demanda une faveur d'importance. Il devait être la même lumière qu'elle l'avait été pour lui dans le passé. La suite de ses mots blessèrent Hatori au fond de son être. "Si tu me respectes un tant soi peu", "aies le courage" "Blesse-moi"..."Fais moi souffrir"
Il ne pourrait jamais faire une chose pareille à Ayumi ! Comment pouvait-elle dire cela, et même le penser ! Les paroles de la jeune femme étaient si fortes qu'elles torturaient le cœur du jeune homme jusqu'au plus profond de son être. Il voulut protester mais Ayumi ne lui laissa pas de répit.

Elle insista pour qu'il la considère comme une égale, du moins en privé. Le comportement du ninja avait visiblement blessé la Princesse. Son respect, enfouissant tout vrai sentiment, ne lui convenait pas et la faisait souffrir. Il ne pouvait pas lui faire du tort. Jamais. Il se sentait tellement mal face aux paroles si sages mais si dures de la Princesse qu'il perdit tout contrôle de lui-même, se rapprocha d'elle, lui prit la main et l'embrassa avec beaucoup de douceur et de tendresse.     

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 20 Aoû - 02:16 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Ayumi était née dans une famille noble. Par conséquent, elle avait eu une éducation digne de ce nom. Ce qui faisait qu'elle était particulièrement bien cultivée. Sans pour autant qu'elle ne s'en vante. Sa petite vie avait été bien rangée jusqu'à l'arrivée d'Hatori. Le jeune garçon, à l'époque, aux longs cheveux bleux et yeux tout aussi céruléen avait charmé l'enfant qu'elle était. Bien sûr, on n'aimait pas de la même manière. Ayumi, à cette époque, aimait comme on aime à huit ans. Parce qu'on trouve quelque chose chez quelqu'un que l'on a pas. Mais, aujourd'hui, elle se découvrait une autre manière d'aimer. Ce n'était pas les balbutiements, la gêne qu'elle avait ressenti avec Kureno. C'était un amour beaucoup plus mature, beaucoup plus sûr. Ayumi aimait Hatori comme on aimait à dix-huit ans... Voire même plus. La différence d'âge ? Et alors ? Ses parents avaient aussi six ans d'écart. Et, cela ne s'était jamais vu. Alors, pourquoi serait-ce différent avec Hatori ? La classe sociale ? Et alors ? Cela ne changeait rien pour Ayumi. De toute façon, une fois revenue à Yuki, elle n'aurait pas le moindre problème pour annoblir Hatori, pour tous les services qu'il avait rendu au clan ! Et de cette manière, il n'y aurait plus jamais le soucis de la barrière sociale.
Elle voyait que, dans ses mots, elle le faisait souffrir. Ce qu'elle voulait, c'était qu'il réagisse. Elle ne supportait pas de le voir tel qu'il était, renfermé, replié sur lui-même, alors qu'il pouvait être mieux. Qu'il était beaucoup mieux, rien que pour elle déjà. Alors qu'elle allait retirer sa main, elle vit la main d'Hatori se lever, pour la saisir. Sa peau... Elle était si douce... Elle resta un moment interdite et le vit se rapprocher... Il avait l'air perdu mais dans son regard, elle voyait qu'il avait perdu le contrôle, qu'il se laissait - enfin - diriger par ses sentiments. Chaque détail de son visage fut d'une parfaite précision aux yeux de la jeune femme. Elle le laissa s'approcher et planta son regard dans le sien. Il n'avait pas bouger les lèvres, pas une seule fois. Elles étaient restées serrées.

Tout d'abord, leurs lèvres ne firent que s'effleurer. Rien à avoir avec le premier baiser que la jeune femme lui avait délibérément volé. Elle sentait son souffle chaud sur son visage. Elle redressa légèrement la tête quand il l'embrassa. En elle, ce fut l'embrasement, la naissance du désir. Il était tendre avec elle, il ne la brusquait pas. D'abord hésitante, elle lui répondit. Elle devait réfréner ses ardeurs, elle ne devait pas lui faire peur. Elle se savait plus extravertie que lui et son audace pourrait le mettre mal à l'aise. Serrant sa main avec douceur, entremêlant ses doigts avec les siens, elle se rapprocha de lui, se lova contre lui. Elle passa une main derrière sa nuque, sûrement pour chercher à approfondir leur échange, mais toujours avec douceur. Elle entendait Nayumi, dans sa tête, la narguer. Elle tentait de dissuader Ayumi de ne pas continuer, en sachant très bien les risques qu'elle encourait. Mais, Ayumi ne l'écouta pas. Elle scella sa voix quelque part au fond de sa tête. Puis, Ayumi se sépara de lui et le regarda, un moment silencieuse. C'était-il enfin décidé à écouter ses sentiments ? Oui... Elle frôla ses lèvres du bout des doigts et eut un petit sourire. Puis elle se serra à nouveau contre lui et, d'une voix douce, elle lui demanda :


"Réponds-moi sincèrement maintenant... As-tu fait cela pour toi et tes sentiments... Ou pour moi et ma santé mentale ?"

Bien qu'elle soit sûre à plus de quatre-vingt-dix pourcent de la réponse, elle voulait avoir confirmation de ses lèvres. Elle voulait le lire sur ses lèvres, comme elle le ferait toujours, à l'avenir. Elle dessina le contour du visage du jeune homme. Pour aujourd'hui... Car dès qu'il partirait, elle s'en irait aussi... Pour accomplir la séparation... Séparation dont elle risquait de ne pas revenir. Alors, mieux valait qu'elle connaisse les sentiments du jeune homme maintenant... Pour avoir une force supplémentaire. Oui... Car si Hatori était présent physiquement sur les lieux de la Séparation, jamais Nayumi ne sera tentée de sortir et préfèrerait se terrer au fond du corps d'Ayumi. Il fallait qu'elle soit seule. Elle devait être seule !
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 12:47 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Ils étaient là, l'un contre l'autre, sans parler, à penser chacun de leur côté. Se rapprochant petit à petit, sans comprendre parfois ce qui leur arrivait vraiment. Du moins, pour Hatori. Tout cela était tellement neuf pour lui. Le jeune homme se sentait si bien. Ils s'échangeaient des manifestations fortes de leur désir. Leurs doigts s'entremêlaient en douceur. Une des mains d'Ayumi monta sur la nuque du ninja, poussant sa tête vers l'avant et prolongeant ainsi leur étreinte. Alors qu'il n'aurait pas aimé qu'elle s'arrête, Ayumi s'écarta de lui et garda le silence. Elle lui toucha les lèvres des doigts avant de se remettre contre lui. Avant de poser une question. Elle avait eu la preuve par le corps, elle voulait maintenant qu'il confirme, qu'il prouve qu'il était en adéquation avec lui-même. Etrangement, la barrière de l'esprit était plus forte que celle du corps. Quoique ce n'était pas si surprenant que cela, en fait. Après tout, son esprit n'était plus, sa mémoire effacée, alors que son corps se souvenait. La confirmaiton ne vint pas de suite. Ses caresses douces et agréables l'empêchaient de  mentir. Il ne pouvait plus rien cacher. Il avait retiré toutes ses défenses en l'embrassant. Alors il devait se lancer. Briser la dernière défense...Dire la vérité...Exprimer ce qui se cachait dans le fond de son être depuis trop longtemps. Qu'il s'était caché à lui même ainsi qu'aux autres.

- Je le fais pour nous.

Ainsi, il ne faisait preuve ni d'égoîsme, ni de pitié. Il faisait preuve de sincérité, réalisant les volontés de son coeur et de celles d'Ayumi. Il se sentait prêt, maintenant qu'il était enfin libéré de ses réserveS. Il l'accompagnerait partout et jusqu'au bout. Lors de la Séparation, il serait présent, il l'aiderait à chasser l'Impie, car il ferait cela pour elle, pour lui, pour eux.
Il se répéta...

- Je le fais ...pour nous.

Il avait besoin de le répéter. De lui dire, qu'elle le croit, qu'elle le sente tout au fond de son âme. Nayumi serait chassée du corps de la Princesse, car Ayumi ne pourrait pas conserver en elle deux personnes. Et Hatori prendrait trop de place, l'Impie serait chassée.
Il sentait en lui une vague de chaleur qui parcourait son corps, ses veines. Il se sentait si bien, alors qu'il était encore très inquiet et tourmenté une heure auparavant. Tout cela s'était passé si vite, au point qu'il avait oublié la longue attente de ce moment intime qu'il avait toujours rêvé et ne pensait jamais atteindre. C'était idiot, mais Hatori croisa les doigts pour que tout cela ne fut pas un Genjutsu. Pourvu qu'il ne se réveille pas sur le champ de bataille, face à Ayumi couverte de sang et morte, dans la forêt, au milieu des gens de Konoha, Tsuki désemparée devant la mort de sa cousine. Quelle horreur.... Il n'y survivrait pas. 
Mais non, il n'y avait aucun signe de genjutsu. Il analysait le tout. C'était vrai. Si incroyable....Une larme se mit à couler sur ses joues, mais pas des larmes de tristesse, des larmes de joie. Il se mit à sourire...
   

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 00:16 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Le "moi" était une notion que certaines personnes - voire presque toutes - mettaient horriblement en avant. Il suffisait pour cela de simplement jeter un coup d'œil aux missions que l'on confiait, jour après jour, aux Ninjas. Quand ce n'était pas pour le bien d'un pays, ce n'était que pour la satisfaction personnelle d'un être, quel qu'il soit. Il n'y a rien de philosophique là dedans, c'est juste... Une sorte de logique. Par contre, la notion du "nous", beaucoup l'oubliait. Soit par égoïsme... Soit par blessure. Ayumi Naara faisait partie de ceux-là. Non pas qu'elle soit égoïste, mais, elle avait eu d'autres chats à fouetter, chose qu'en fait, elle n'eut guère le loisir de faire. Oh bien sûr... Il y avait eu une période où elle avait pensé en "nous"... Elle n'avait peut-être durée qu'une année... Mais, elle avait été belle... Non pas magnifique... Juste belle... Car, dans toute sa vie, elle n'avait eu qu'un moment magnifique. Elle avait huit ans.

A huit ans, petite fille pleine de vie et en avance sur son âge, quel que soit le sujet, elle avait eu l'insigne honneur de déchiffrer les méandres de son passé, des lambeaux de sa vie. Elle avait plongé au cœur de son intimité, sans réellement tout comprendre. Mais, depuis ce jour-là, elle, héritière de huit ans du plus prestigieux clan Shinobis, venait de sentir son cœur battre pour un adolescent. Elle avait cependant scellé son béguin d'enfant pour lui automatiquement, même si elle ne cessait de ressentir le désir de le voir, chose qu'elle ne se gênait pas de faire dès qu'elle en avait l'occasion, la possibilité. Comme ça, on comprenait que, d'un côté, elle avait toujours aimé Hatori. Oui d'accord... Mais, il y avait eu Yahagi Kureno... Avec froideur et détachement, on pouvait penser que c'était dommage pour lui. Mais, est-ce que la tragédie "Juliette se contente de Pâris" aurait eu le même succès que "Roméo et Juliette" ? Attention... En lisant entre les lignes, on pouvait croire que Kureno n'avait été rien d'autre qu'un substitut pour Ayumi. Ce qui est faux bien sûr ! Tout ceci n'était que pensé avec une froideur mesquine. Mais, en réalité, quel avait été le rôle de Kureno dans cette histoire ? Il était en fait très mal défini. Certes, Ayumi l'avait aimé. Lui de même... Elle aurait continué à l'aimer s'il n'était pas mort, si elle avait pu se débarrasser autrement de sa malédiction, d'éradiquer Nayumi.

Et, le jour où elle aurait revu Hatori n'aurait rien changé. Peut-être aurait-elle ressentit un pincement au cœur, mais sans plus. Inexorablement, elle aurait continuer à aimer Kureno, sans jamais développer ni même nourrir son amour pour Hatori. Un jour, elle aurait dit au Junin amnésique la vérité sur son passé. Il serait parti... Ou pas. Peu importe. Il n'y aurait jamais rien eu d'autre entre eux qu'une relation de Princesse à Shinobis. Mais là... Kureno était mort, laissant, si on pouvait dire, le champ libre à Hatori. Il avait été là pur elle, il s'était physiquement rapproché de la jeune femme, mettant à mal les principes que Miki lui avait inculqué, réveillant ainsi la passion latente de la jeune femme. De sa chaleur, il nourrissait cet amour. De son regard, il le fortifiait. Mais, de sa simple présence, il la guérissait elle.

Ayumi posa son regard sur les lèvres du jeune homme. Qui, éternellement, remuèrent en silence. Elle eut un regard attendrit quand elle vit une larme de joie rouler sur la joue du jeune homme, un sourire éclairer son visage. Elle cueillit avec douceur cette perler transcendantale et, en profita pour déposer un léger baiser sur les lèvres du jeune homme, ayant à chaque fois l'impression qu'on s'amusait à lui tordre l'estomac dans tous les sens. Puis, elle posa son front contre le torse du Ninja, avant d'être prise d'un violent vertige. Elle vacilla, avant de se rattraper, en s'agrippant à la tenue de Ninja d'Hatori. Comme si c'était son garde-fou... Ce qu'il était d'un côté. Elle poussa un léger soupir, sachant très bien que ce n'était pas ses blessures qui lui infligeaient ces vertiges. Et, en restant à l'hôpital, elle n'arrangeait guère son cas. Elle utilisait son chakra à peine reconstituer, de la présence d'Hatori pour repousser Nayumi. Elle y parvint... Difficilement ! Toujours contre Hatori, Ayumi tenta d'oublier un moment ses problèmes. Elle voulait à nouveau penser en "nous". Penser au présent et au futur... Non plus au passé. Elle ferma les yeux et un léger sourire naquit sur ses fines lèvres. Avant, ce qu'elle allait dire, elle l'aurait dit en "je" :


"Nous y arriverons... A nous débarrasser d'elle... Ensemble... Nous y parviendrons !"

Mais, d'abord, elle devait l'éloigner. Les éloigner... Tsuki et lui ! Tsuki parce qu'elle était sa Gardienne... Et qui ne ferait sûrement pas le poids fasse à Nayumi. Elle ne serait rien d'autre qu'une proie terriblement simple à capturer... Et à éliminer. Et, pourquoi Hatori ? Parce qu'elle l'aimait, d'une. De deux... Il avait fait une grosse, très grosse partie du travail. Elle ne voulait pas plus l'exposer au danger... A ce danger que représentait l'Impie. Il n'aurait qu'à rester avec elle jusqu'au lendemain. Là, elle l'éloignerait de sa personne. Elle avait perdu trop d'êtres chers. La mort de Kureno l'avait anéantie. Qu'en serait-il de celle d'Hatori ? Comment réagirait-elle ? Survivrait-elle seulement ? Frémissant d'horreur en s'imaginant ce probable futur, elle passa ses bras autour de la taille du Matsuda. La Naara n'oubliait pas de jeter un coup d'œil aux lèvres du Junin. Cependant, elle annonça d'une voix calme et mesurée, toujours légèrement rauque:

"Les bandages que j'ai autour des poignets empêchent mon chakra de circuler par un système de sceau habilement fait. Je ne peux les enlever moi-même... Demain... Tu me les ôteras afin que je puisse exécuter la Séparation. Nous n'avons que trop perdu de temps. Je te prierais juste de mettre Tsuki à l'abri. Empêche là de me rejoindre et ce par n'importe quel moyen. Mais d'abord... Reste avec moi cette nuit... En te reposant."
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Matsuda Hatori
Yuki No Kuni
Yuki No Kuni

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 76

MessagePosté le: Mer 3 Sep - 11:18 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

Ayumi était déterminée, à présent. Elle avait parlé de façon optimiste, dans sa volonté de bannir une fois pour toute l'Impie hors de son corps. Magnifique perspective pour son avenir, car sa vie jusqu'à présent avait été piratée par cet immonde usurpateur. Hatori ne pouvait la quitter des yeux. Il regardait droit dans ses yeux, voyant ses pupilles s'éclairer. Il avait hâte de revoir ses yeux originels. Pas ceux pervertis par Nayumi la sanglante. La voir sourire, vivre enfin. Il brûlait de voir cette séparation faite sur le champ, mais il ne pouvait brusquer la princesse.
Les mains d'Ayumi et ses bras glissèrent vers les reins du jeune homme. Ils étaient blottis l'un contre l'autre, comme s'ils ne faisaient qu'un. Hatori n'avait pas envie qu'elle se détache de lui, et espérait que personne n'entrerait ici. Pourvu que Tsuki dorme bien !
Ayumi se remit à parler, mais il lui sembla que cela fut difficile à passer le seuil de ses lèvres. Sa voix était grave, comme si elle avait un mauvais rhume.
Elle allait donc aborder un sujet important. Elle expliqua, en effet, comment faire pour libérer Ayumi et Nayumi et permettre la lutte. D'après ce qu'il comprit du plan de la jeune femme, Hatori la libérerait des bandes retenant son chakra, irait mettre sa cousine à l'abri, puis reviendrait aux côtés de la princesse pour chasser, loin d'elle, à tout jamais. Après, il aviserait.
Hatori opina du chef. C'est ce qu'il devait faire. Il parla doucement à la jeune femme en lui disant qu'il allait se reposer, qu'il passerait le lendemain matin pour retirer les bandes puis irait protéger Tsuki. Ensuite, il reviendrait à l'hôpital.

Il attendit avec patience qu'ils se détachent l'un de l'autre. C'était une torture, mais il fallait bien qu'il aille dormir. Il n'en pouvait plus. Il aurait aimé dormir à ses côtés.Mais elle devait se reposer au maximum, elle aussi, vu ce qui les attendait demain. Il s'excusa auprès d'elle, s'éloigna avec difficulté puis lui prit les mains et les serra.

- Je m'en vais dormir. Je serais ici, dès demain, à l'aube, pour retirer les bandages. Reposez-vous bien.

Il déposa ses lèvres sur celles de la jeune femme. Une personne frappa à la porte. Il n'abrégea que très peu le baiser. L'infirmière qui entrait amenait pour la jeune femme son repas. Ce qui fit comprendre qu'il était déjà l'heure du déjeuner ! Que le temps passait vite ! Hatori s'en alla sans quitter Ayumi des yeux, laissant l'infirmière s'occuper de nourrir la jeune femme et prodiguer les soins.

Le jeune homme, une fois sorti de l'hôpital, se rendit dans l'auberge où il avait réservé plusieurs nuits depuis son arrivée à Konoha, Une fois dans sa chambre, il s'endormit immédiatement sur son fuuton. Il se réveilla tard le soir, et s'alimenta d'un bol de ramen chez Ichiraku. Ne buvant pas d'alcool, il refusa le saké qu'on lui avait proposé et se contenta d'un jus de mangue. Puis il retourna dans sa chambre. Il ne se sentait pas du tout fatigué, mais il n'avait pas d'autres choix que de se reposer. Demain serait une journée difficile, il devrait se reposer au maximum. Il devait être sur le pied de guerre. Il savait où Tsuki se reposait et réfléchissait à son emploi du temps pour protéger la jeune cousine de l'Impie, puis revenir aider Ayumi. C'est en réfléchissant aussi profondément qu'il finit par s'endormir, les pensées toutes consacrées à Ayumi.

Il se réveilla le lendemain au son du réveil matin de l'auberge (la maîtresse de maison frappant sur un gong comme si elle était dans un concert de musique tribale). Un peu sonné, il se dirigea vers la salle de bain et prit une douche. L'eau froide se chargea de le réveiller tout à fait et de lui mettre les idées en place. Il se sécha, s'habilla, et prit la direction de l'hôpital.
Il entra dans la chambre où se trouvait Ayumi. Elle était là, magnifique et noble. Hatori s'approcha d'elle. En jetant un coup d'œil sur sa table de nuit, il remarqua qu'il avait oublié tous ses parchemins hier. Il les récupéra et les rangea dans leurs étuis. Puis il prit les mains d'Ayumi et lui déclara qu'il était prêt à retirer les bandages.

_________________

Présentation de Hatori
Revenir en haut
Naara Ayumi
Yuki No Kuni (Admin)
Yuki No Kuni (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2007
Messages: 395
Localisation: Quelque part...
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 10 Sep - 17:18 (2008)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over] Répondre en citant

En y réfléchissant bien, Ayumi pouvait se considérer comme sauvée. Après tout, sa seule malédiction maintenant, c'était Nayumi. Certes, il lui restait encore beaucoup de chemin jusqu'à Yuki no Kuni. Et, il serait très certainement semé d'embûche. Le trône était encore loin. Mais, elle n'était plus seule. Déjà, elle avait les membres restants, survivants, de sa famille, qui la soutiendrait. Mais, il y avait surtout lui. Lui que, petite, elle avait rêvé de prendre dans ses bras. Ces rêves disparus qui seraient réactives, qui reviendraient dès qu'il ne serait pas là, près d'elle. La moindre de ses absences pourrait créer une plaie béante dans son cœur, une véritable hémorragie. L'amour, l'âme-sœur, vous connaissez ? Elle rêverait de goûter à ses lèvres, de sentir son parfum légèrement musqué l'enivrer, d'entendre son cœur battre à l'unisson avec le sien. Elle voulait qu'il sache qu'elle lui appartiendrait à jamais mais qu'il en était de même pour lui. Sa vie ne serait réglée plus que sur une seule onde : la sienne. Elle était redevenue, enfin, Maîtresse de sa Vie et de son Destin. Son Horizon s'éclaircissait. Il n'y aurait plus un seul sombre nuage pour empêcher son parcours d'être éclairé par un soleil éclatant d'Espoir. Ni haine, ni menace de mort. Rien de néfaste, de mauvais. Juste cette agréable sensation de tout s'améliorait enfin, qu'elle pourrait vivre enfin sa vie. Et ce pour toujours ! Ayumi était de ceux qui apprenaient de ses erreurs ainsi que de celles de ces ancêtres. Comme Maome, un peu tardivement, elle se jura de ne jamais faire confiance trop rapidement. Comme sa mère avant elle, elle se promit de ne plus faire aussi confiance à son "gouvernement". Elle devrait constamment avoir des soupçons sur eux. Le pouvoir montait très rapidement à la tête de certain. Kazahana en était le meilleur exemple. Ayumi eut une pensée pour Aki. En fait, cette machination n'avait été fomentée que sur les fragile base de la jalousie. Et que, peut-être, Aki elle-même n'avait été que la victime de départ. Celle qui, bercée par de douces illusions, avait été, en fait, bernée. Manipulée. Mais, au final, cette manipulation fut fatale pour Aki. Première des innombrables victimes du clan Naara, elle avait été condamnée à mort par Kazahana lui-même. Ayumi ne pouvait pas avoir assisté à cette scène, puisqu'elle n'était pas encore née. Mais, sa mère l'était... Et, par contact apposé, sa fille avait vu, en tant que Liseuse du Passée, ce jour funeste. Lendemain du conseil qui s'était tenu et qui avait, par la même occasion, prononcé l'exil de la famille, les Naara furent obligé de regarder la mise à mort d'Aki. Jour de neige, Aki était arrivé sur la Place Publique, nue pieds, vêtue d'un pantacourt en lin blanc et d'un T-Shirt fait de la même façon. Torturée par le froid mordant et meurtrier de Yuki avant d'être mise à mort, Ayumi se souvenait du visage de cette femme comme si elle avait vu la scène elle-même. Comme si elle l'avait vécu. Ses longs cheveux gris tombaient emmêlés sur ses épaules mais elle gardait une allure noble et fière. Se mettant à genoux dans la neige, elle avait écouté la sentence sans rien dire, les mains liées dans le dos. Un Ninja se tenait derrière elle, la regardait d'un air neutre... Puis, il avait retiré son Katana et avait planté la lame dans l'échine de la jeune femme. Mort noble... Et rapide. Le corps sans vie d'Aki s'écroula dans la neige, sous les cris indignés des villageois de Yuki. Les Naara quittèrent les lieux sans demander leur reste. Déchus... Humiliés.

Si Ayumi avait une motivation maintenant, c'était bien celle de tuer Kazahana. Déjà pour reprendre ce pays qui lui revenait de droit mais aussi pour les souffrances qu'il avait causé. Car, après tout, c'était l'exil des Naara qui avait été le point de départ des malheurs de la famille au Papillon Rouge. Ayumi ne chercherait pas mille et un coupables. Il n'y en avait qu'un seul, et il s'agissait de Kazahana. Elle chassa l'usurpateur de son esprit pour se reconcentrer sur Hatori. Alors qu'elle avait glisser ses bras sur ses reins, il l'avait enlacé à son tour. Elle ne penserait plus en « je » mais en « nous ». Qu'il en soit ainsi. Elle sentait la chaleur du jeune homme à travers ses vêtements. Enfouissant sa tête dans le creux de son épaule, elle ferma les yeux. Nayumi faisait des siennes, écœurée par de tels sentiments. Des sentiments d'une rare pureté et d'un incroyable puissance. Soupirant de contentement et de satisfaction, Ayumi redressa la tête juste au moment où Hatori parla. Elle eut un sourire reconnaissant et le jeune homme captura ses lèvres. Enivrée à nouveau par Hatori, la jeune femme se rapprocha de lui et passa un bras autour de sa nuque alors qu'elle approfondissait leur échange. Mais, vint le moment, réel supplice, où ils durent se séparer. Lui volant un dernier baiser, elle le regarda partir. C'est sur son visage que la porte se referma. L'infirmière prodigua des soins à une Ayumi docile. Les médicaments ? Elle fit semblant de les prendre. Hors de question d'être amoindrie psychologiquement pour le lendemain. Elle se remit sur son lit. Ses blessures ne lui faisaient plus mal, c'était déjà ça. De plus, sa réserve de Chakra, bien que bloquée, avait refait son stock. Une bonne nuit de sommeil et elle serait d'aplomb pour le lendemain. Elle s'endormit facilement, pour un sommeil sans rêve, avec comme dernière pensée cet être qu'elle avait retrouvé. Cette partie du passé qu'elle avait voulu oublier à cause d'un amour adolescente qu'elle avait cru irréalisable. Si seulement, plus jeune, elle avait su... Mais, elle n'était que Liseuse du Passé. Et non pas de l'Avenir.

Ce fut le soleil qui la réveilla. La fenêtre de sa chambre était grande ouverte, laissant entrer l'odeur du pain chaud et le bruit de la ville qui s'animait. Tsunade avait confiance... Sinon la fenêtre serait fermée. Des voix d'enfants retentissaient de temps à autre. Ils devaient sans aucun doute se rendre à l'Académie Ninja. Ils étaient encore si jeunes, si insouciants. L'enfance et l'adolescence étaient de si magnifiques périodes. Pour un peu que l'on en profite. Ayumi se redressa, les cheveux emmêlés par une agréable nuit de sommeil. Cela faisait tellement de temps qu'elle ne s'était pas réveillée dans son propre corps. Elle avait réellement dormi pour la première fois en deux ans. Sans que ce ne soit la Pervertie qui ne soit à sa place. Lentement, sa main se glissa à son cou et attrapa la fine chaîne qui pendait à son coup. Elle reconnaissait, sans les voir, les idéogrammes de son nom de famille. Elle se sentait tellement honorée d'avoir ce collier. C'était celui que sa mère avait eu de sa mère... Qui le tenait elle-même de sa mère. Autrement dit, ce collier remontait à Naara Maome. Et elle, Ayumi, le possédait aujourd'hui. Un objet avec une pareille valeur sentimentale était obligé d'avoir une force incroyable psychiquement. Et, apparemment, cela faisait de l'effet. Nayumi ne bougeait pas. Elle l'ennuyait profondément au niveau des pensées mais au moins, elle ne tentait pas de faire du forcing pour sortir et reprendre le contrôle du corps. L'objet l'ennuierait trop mais elle serait incapable de l'enlever. Tant d'amour dans un si petit objet, c'était frustrant. Ayumi se tourna vers la table de chevet et fit semblant d'en prendre deux. Sauf qu'elle les jeta adroitement à travers la pièce. Les deux pilules passèrent par la fenêtre et atterrirent Dieu seul sait où. Elle ouvrit alors un tiroir et trouva une brosse à cheveux. Elle se les démêla et sortit de son lit, à la recherche de ses affaires. Quelque part sous son lit, elle trouva un sac... Son sac. Elle le sortit, un sourire satisfait aux lèvres. Seules ses armes étaient absentes. Normal. Elle prit un long ruban noir et se noua les cheveux en une queue de cheval parfaite. Aucune mèche ne dépassait mais ainsi son regard violet ressortait encore plus. C'est alors qu'elle vit les parchemins d'Hatori sur une chaise. Elle les prit et les posa sur la table de chevet, s'attardant sur le sang qui se trouvait sur l'un d'eux. Elle fronça légèrement les sourcils et se remit assise sur son lit, de manière à être de profil par rapport à la porte. Elle avait le dos droit comme un i et son visage était fermé. La lumière du soleil faisait un léger halo doré sur son visage et elle fixait un point imaginaire sur le mur, plongée dans des pensées chaotiques à cause de Nayumi. C'est alors que la porte s'ouvrit. Sans même tourner la tête, elle savait qui c'était. Son cœur loupa un battement et un désir irrépressible de saisir la personne dans les bras la saisit. Cependant, elle se modéra. Elle tourna la tête en direction de la porte et son regard violet rencontra les pupilles céruléennes d'Hatori. Elle eut un léger sourire et le regarda se saisir de ses parchemins pour les ranger. Il prit ensuite ses mains, froides... Qui se réchauffèrent au simple contact de la peau du jeune homme. Elle lut sur ses lèvres et hocha lentement la tête.

De ses mains douces, il retira les parchemins et Ayumi eut un regard inquiet. Son chakra se remit à circuler librement et elle redouta une tentative de sortie de la part de Nayumi. Mais, étrangement, elle resta calme. Un doux sourire éclaira le visage de la belle Princesse qui se rapprocha de son aimé. L'attirant contre elle, elle lui donna un long baiser, caressant du bout des doigts sur visage, pour se souvenir de la texture de sa peau. Garder sur ses lèvres le goût de ses lèvres. Avoir encore en tête son parfum qui l'enivrait. A contre cœur, elle se sépara de lui. Elle regarda le jeune homme droit dans les yeux et grava cet instant dans sa mémoire. Un moment clé pour elle... Un tournant dans sa vie car elle savait ce qu'elle voulait... Pour elle et pour lui... Bien sûr, avant de retourner à Yuki, elle lui dirait la vérité sur son passé. Il devait savoir ce qu'elle savait depuis qu'elle avait huit ans. Il n'avait pas le droit de rester ainsi dans l'ignorance, alors qu'il cherchait désespérément un moyen de se rappeler. S'il savait qu'elle était Kako Ekisha, il devait sûrement se refuser à lui demander de l'aide. Peut-être parce qu'il ne voulait pas qu'elle ait peur. Mais, même en sachant ça, elle n'en avait cure. Elle l'aimait, que ce soit pour son passé, son présent, son avenir. Avec son handicap ou non. Bien sûr, elle avait en mémoire la voix d'un Hatori encore capable de parler. Une voix déjà grave à quatorze ans, mais grave et chantante. Elle aurait tellement aimer trouver un moyen pour qu'il puisse retrouver la voix. Mais, elle n'était pas Medic-Nin. Juste « voyante ». Certes, dis comme ça, ça fait très "Madame Irma". Mais, à son niveau, Ayumi ne pouvait rien faire d'autre. Juste le protéger, lui dire la vérité... Et l'aimer. Elle baissa la tête et la releva. Sa main se porta au visage du jeune homme et s'y posa. Du pouce, elle caressa la peau satiné du jeune homme et, d'une voix grave, elle déclara :


"Trouve Tsuki et mets la en sécurité, s'il te plait."

Bien sûr, elle ne déclara pas qu'elle l'attendrait puisque ce n'était pas le cas. Elle partait sans lui. Elle ne voulait pas l'inclure d'avantage dans une horreur pareille. Nayumi, une fois libérée, pourrait fort bien s'en prendre à Hatori afin de blesser Ayumi psychologiquement. Et, Ayumi ne pourrait pas vivre sans Hatori. Il était son sang, son oxygène. Avant pour elle, l'Enfer était un peu comme Tantale, condamné à ne jamais boire ni manger. Ou même Sisyphe, destiné à pousser éternellement un rocher en haut d'une montagne et de la regarder rouler de l'autre côté et de recommencer toujours la même chose. Ou même ce type qui se faisait manger éternellement le foie par des corbeaux. Mais, maintenant, l'Enfer pour elle serait un endroit où Hatori ne serait pas. Un endroit sans lui serait plus insupportable : il serait invivable. Sans sa moitié, Ayumi perdait de son éclat. Mais, avec lui, elle brillait d'une lueur nouvelle, qui la rendait fière et noble... Encore plus qu'avant. Elle déposa un dernier baiser sur ses lèvres et lui intima, avec une infinie douceur, l'ordre de partir. Ce qu'il fit, après lui avoir donné un dernier baiser... Fugace mais chargé de promesse... Lentement, elle se leva et se dirigea près de la fenêtre, pour le regarder partir. Lorsqu'il fut hors de son champ de vision, Ayumi appela une infirmière qui accourut, inquiète, dans sa chambre. Ayumi la laissa s'approcher du lit où elle s'était rassise. Gentiment, l'infirmière lui demanda :

"Que voulez..."

Mais, ne put guère avoir le loisir de finir sa phrase. Ayumi avait appuyé sur une artère afin d'arrêter l'approvisionnement en sang du cerveau. Elle appuya jusqu'à l'inconscience. Et, rapidement, car le temps lui était comptée, elle prit les vêtements de l'infirmière et vêtit la jeune femme des vêtements de l'hôpital. L'allongeant sur le lit, elle la cacha sous les couvertures et se pencha pour ramasser son sac. Elle attrapa le calepin tombé à terre de l'employée hospitalière et sortit de la chambre. La tête baissé, pour que les gardes près de sa porte ne voient pas son visage, elle put franchir facilement les portes de l'hôpital. Sauf qu'elle faillit être repérer par un Medic-Nin qui demandait de ses nouvelles. Enfin... Des nouvelles de la patiente Naara à l'infirmière Mey. Elle lui répondit et déclara alors que sa journée était finie et qu'elle devait vite rentrer chez elle. Le médecin la laissa partir, fronçant légèrement les sourcils. Ce fut quand Ayumi franchit les portes de l'hôpital qu'elle entendit le ninja médical d'aller voir la chambre où Ayumi aurait dû se trouver normalement. Cette dernière continua tranquillement sa marche jusqu'au coin de la rue. Puis, elle s'introduisit dans un bar et alla au toilette. Elle se déshabilla et sortit rapidement. Assez rapidement pour que personne ne la reconnaisse. Jugeant que les voyages dans les arbres seraient plus judicieux, elle y sauta et se mit en direction des portes jusqu'à ce que l'alarma retentisse. Ben oui... Elle venait de s'enfuir la miss Naara. Tombant sur un pauvre Genin qui était tranquillement dans un arbre en train d'espionner on ne sait quoi, elle eut des remords quand elle se vit obliger de l'assommer. Pourquoi donc ? Pour prendre ses armes, tiens pardi. Alors qu'elle mettait les résultats de son emprunt à longue durée dans son sac, elle continua sa route vers les portes. Ces dernières se refermaient et la jeune femme dû descendre des arbres. Une fois à terre, elle nota que des Chunins lui donnait l'ordre de s'arrêter. Courant en direction des portes, elle les passa in extremis et se dirigea vers la forêt... Le moment de la Séparation était enfin arrivé.
_________________
Ayumi's Theme



Do you want to know your past ? May I Help you ? I'm a Kako Ekisha...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:53 (2016)    Sujet du message: ~~¤ Give Everything You Can ¤~~ [Scénario] [Over]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Naruto :: Follow The Hero Index du Forum -> oO - Konoha - Oo -> Konoha -> L'Hôpital Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com